Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘Jean’

Jean qui rit (François David)

Posted by arbrealettres sur 12 février 2020




    
Jean qui rit

Jean qui rit
Jean qui pleure
Jean qui rit
Jean qui pleure
Jean qui rit
Jean qui pleure
Jean qui rit
Jean qui pleure
Jean qui rit
Jean qui pleure
Jean qui rit
Jean qui pleure
Jean qui rit
Jean qui pleure
Jean qui rit
parfois un peu trop fort
pour cacher sa peine

(François David)

Recueil: Les poèmes ont des oreilles
Traduction:
Editions: Rue du Monde

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , | Leave a Comment »

Flou caniculaire (Hélène Duc)

Posted by arbrealettres sur 6 août 2018



 

bleu

Flou caniculaire –
la vague prolonge le bleu
d’un jean vide

(Hélène Duc)

 

 

Posted in haïku, poésie | Tagué: , , , , , , | Leave a Comment »

Moi Jean (Hilda Doolittle)

Posted by arbrealettres sur 23 juillet 2018



saint_jean_baptiste

Hommage aux anges
[3]

Moi Jean, vis. Je test ;
que si quelqu’un ajoute

Dieu lui ajoutera les plaies,
mais dit celui qui est assis sur le trône,

je ferai tout nouveau.
Moi Jean, vis. Je testifie,

mais je ferai tout nouveau,
dit Celui des sept étoiles,

Lui des soixante-dix-fois-sept
injustices passionnées, amères,

Lui des soixante-dix-fois-sept
guerres amères, sans fin.

***

I John saw. I testify;
if any man shall add

God shall add unto him the plagues,
but he that sat upon the throne said,

I make all things new.
I John saw. I testify,

but I make all things new,
said He of the seven stars,

he of the seventy-times-seven
passionate, bitter wrongs,

He of the seventy-times-seven
bitter, unending wars.

(Hilda Doolittle)

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , | Leave a Comment »

SALOMÉ ET LA LUNE (Federico Garcia Lorca)

Posted by arbrealettres sur 6 octobre 2015



SALOMÉ ET LA LUNE

La lune est soeur
de Salomé (princesse
qui dans l’histoire ancienne
mord une bouche morte).

Salomé était le crépuscule.
Un crépuscule d’yeux
et de lèvres.

La lune est le perpétuel
crépuscule.

Soir
prolongé
et délirant.

L’amour sans rivage
de Salomé pour Jean
vint de ce que sa tête,
méduse du désert,
était une lune noire,
une lune impossible,
enfumée et somnolente.

Salomé est la chrysalide
et la lune le bouton,
chrysalide d’ombre
sous un palais sombre.

La lune tremble sur l’eau.
Salomé tremble sur l’âme.
0 sublime beauté.
Vouloir faire d’un baiser
une étoile!

À midi
ou dans la nuit noire,
si vous parlez de Salomé,
la lune se montrera.

(Federico Garcia Lorca)

Illustration: Lucien Lévy Dhurmer

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 1 Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :