Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘Jérusalem’

Quand tu cherches Dieu (Yunus Emre)

Posted by arbrealettres sur 29 décembre 2017




    
Quand tu cherches Dieu,
cherche-le dans ton coeur.

Il n’est pas à Jérusalem,
ni à la Mecque ,
ni dans le hajj (pèlerinage).

(Yunus Emre)

 

Posted in méditations | Tagué: , , , , , , | 3 Comments »

Jamais à Rome, tombèrent tant de martyrs (Hilda Doolittle)

Posted by arbrealettres sur 2 juillet 2017



±

Hommage aux anges
[6]

Jamais à Rome,
tombèrent tant de martyrs ;

pas à Jérusalem,
jamais à Thèbes,

virent de leurs propres yeux,
la bataille des Titans,

tant se levèrent pour voir
les roues des chars tourner,

virent la foudre de Zeus en action
et comment depuis les mains géantes,

l’éclair fracassa la terre
et fendit le ciel, sans fuir

vers l’abri des grottes,
mais leur volonté intacte,

sans courber la tête, regardèrent
et bien qu’ignorants, adorèrent

et ne savaient pas ce qu’ils adoraient
ni qu’ils étaient

ce qu’ils adoraient,
s’ils avaient su que le feu

de force, d’endurance, de colère
dans leur coeur,

faisait partie du même feu
qui dans la bougie sur un bougeoir

ou dans une étoile,
a pour nom un des sept,

est nommé parmi les sept Anges,
Uriel.

***

Never in Rome,
so many martyrs fell;

not in Jerusalem,
never in Thebes,

so many stood and watched
chariot-wheels turning,

saw with their very eyes,
the battle of the Titans,

saw Zeus’ thunderbolts in action
and how from giant hands,

the lightning shattered earth
and splintered sky, nor fled

to hide in caves,
but with unbroken will,

with unbowed head, watched
and though unaware, worshipped

and knew not that they worshipped
and that they were

that which they worshipped,
had they known the fire

of strength, endurance, anger
in their hearts,

was part of that same fire
that in a candle on a candle-stick

or in a star,
is known as one of seven,

is named among the seven Angels,
Uriel.

(Hilda Doolittle)

Illustration: Konstantin Flavitsky

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

L’Amour de Jérusalem (Yehuda Amichai)

Posted by arbrealettres sur 21 mars 2017



L’Amour de Jérusalem

Il y a une rue où l’on ne vend que viande rouge
et une rue où l’on ne vend qu’habits et parfums.
Il y a des jours où je ne vois qu’êtres jeunes et beaux,
et des jours où je ne vois qu’infirmes, aveugles,
lépreux, faces convulsées et rictus.

Ici on construit une maison et là on détruit
ici on creuse la terre
et là on creuse le ciel,
ici on s’assoit et là on marche
ici on hait et là on aime.

Mais celui qui aime Jérusalem
dans les guides touristiques ou les livres de prières
ressemble à celui qui aime une femme
selon le Kama sutra.

Parfois Jérusalem est une ville de couteaux :
même les espoirs de paix sont affûtés pour trancher dans
la difficile réalité, ils s’émoussent ou se cassent.

Les cloches des églises font tellement d’efforts de paix
qu’elles deviennent lourdes, comme un pilon qui broie
dans le mortier
des voix lourdes, graves et remuantes.

Et lorsque
le chantre et le muezzin entonnent leur chant
surgit le cri tranchant :
notre seigneur notre Dieu à tous est un Dieu
un et affûté.

(Yehuda Amichai)

 

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Jérusalem (Yehuda Amichai)

Posted by arbrealettres sur 18 mars 2017



Jérusalem

Sur un toit de la Vieille Ville une lessive dans l’ultime lumière du jour :
le drap blanc d’une ennemie la serviette avec laquelle mon ennemi
essuie la sueur de son front.
Dans le ciel de la Vieille Ville un cerf-volant.
Et au bout du fil, un enfant que je ne peux voir à cause du mur.
Nous avons hissé beaucoup de drapeaux ,ils ont hissé beaucoup de drapeaux.

Pour nous faire croire qu’ils sont heureux.
Pour leur faire croire que nous sommes heureux.

(Yehuda Amichai)

 Illustration

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :