Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘(Jong N. Woo)’

Dans cet arbre tracé il n’y a pas seulement l’arbre (Jong N. Woo)

Posted by arbrealettres sur 25 février 2016



dans cet arbre tracé
il n’y a pas seulement l’arbre
mais le ciel, l’air, le vent,
l’odeur d’été, la chaleur, un certain
silence, un long murmure…,
tout s’y trouve mêlé, modulé,
métamorphosé

là où l’arbre se fait espace
là où l’arbre devient paysage-monde
là où le regard
appelle le regard

(Jong N. Woo)

Illustration: Jean-michel Folon

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Voir (Jong N. Woo)

Posted by arbrealettres sur 25 février 2016



voir
c’est se retirer, s’isoler, s’éloigner
puis de nouveau, mais autrement,
sortir au dehors, en plein air,
devant l’immobilité mouvante, variante
de l’arbre

voir
c’est ainsi contempler, patienter, endurer,
veiller, s’abandonner

jusqu’à ce que l’invisible se fonde
avec l’incommensurable apparaître

(Jong N. Woo)

Illustration: Odilon Redon

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Parler à – (Jong N. Woo)

Posted by arbrealettres sur 25 février 2016



Christian Schloe oe

parler à –

comme je parlerais
à une fleur

(et cette fleur est sans,
sans horizon
ni destinée)

*
ce parler-à

(comme pour la première
fois, comme l’unique fois)

commence et finit
sans loi sans économie
sans préalable sans
ordre, aucun

échouant
chaque nuit
sur la plage infime, infinie
du peut-être

*

(…)

parler
comme à
une fleur sans

qui a disparu
et ne disparaît pas

qui a quitté et le jour et la nuit
mais demeure fixée
quelque part
dans un coin de l’âme
et du corps

à l’état de la pure
fragance

(Jong N. Woo)

Illustration: Christian Schloe

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :