Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘jongler’

Air (Christian Coin)

Posted by arbrealettres sur 6 juin 2018



Air

Sur le lointain des flots, je pose
Mes yeux pleins de métamorphose.

Sur le dos du vent, je voyage
Ma main jongle avec les mirages.

Sur l’épi gracile, je grise
Mon âme de vagues de brise.

Sur la libellule, je vole
Suivant un boléro frivole.

Sur l’aile de l’effraie, je plane
Perçant son triste filigrane.

Sur un nuage blanc, je chausse
Des trajectoires d’albatros.

(Christian Coin)


Illustration

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , | 1 Comment »

Pourquoi? (Bernard Friot)

Posted by arbrealettres sur 28 février 2018



ce matin
le monde
à ma mesure
je jongle avec les étoiles
je traverse à pied l’océan
immense
je suis
géant léger savant joyeux puissant
et bon

l’instant d’après
tassé rapetissé
déprimé

pourquoi?

(Bernard Friot)

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , | 2 Comments »

REPRENDRE HALEINE (Zéno Bianu)

Posted by arbrealettres sur 7 août 2017




    
REPRENDRE HALEINE

J’ai toujours voulu
tout accueillir tout aimer
tout faire vivre
d’un seul regard démultiplié
m’accorder à ma ligne de plus haute tension
par-delà la fatigue
par-delà l’épuisement
tout accueillir tout
aimer
aller
aller plus avant
vers les grands creusets de l’effervescence
ne jamais en finir avec l’infini
doter chaque instant
d’une présence authentique
dernier souffle premier souffle

Écouter enfin
écouter autrement
écouter toute la palette
de mon radar intime
m’ouvrir
à tous les confins
vivre sept ou neuf vies
en vigueur folle
en vibrant retour de présence
faire jongler la création
ne pas cesser
d’apprendre à naître
jouer en tous lieux et en tous temps
de mon clavier d’apesanteur
comme d’un absolu trait d’union
dernier souffle premier souffle

Autrement
obstinément

où les corps s’électrisent
dans l’insoupçonnable
don de soi

où l’on fait chanter les contraires
au pays
des langues-univers
des immersions fertiles
des transes ciselées
des justesses transformantes

où l’on se reconnaît toujours
dernier souffle premier souffle

Un seul mot
et le monde cesse d’être hostile
un seul mot
et je rejoins le point d’orgue des éblouis
j’entre en résonance
avec la ferveur du big-bang
je convoque mes frères d’altitude
chasseurs subtils
blasons de pur vertige
danseurs d’accélération
tous ceux qui vont et viennent
s’attardent ou jaillissent
entre la vie et la mort
l’eau et le feu
l’oubli et l’extase
dernier souffle premier souffle

Face aux pièges à néant
aux grandes schizophrénies mortifères
qui dévastent
l’esprit même de la planète
je me voue
inlassablement
à l’aïkido du coeur
libre
d’être toujours plus libre
tel un guerrier des bienveillances radicales
libre de tout donner
pour ces instants où la sève
déborde
s’enfièvre davantage
fermente en turbulences
dernier souffle premier souffle

Venise New York Bénarès
au centre
de la ligne d’horizon
l’esprit et l’espace
respirent
ensemble
la lumière irrigue
le réseau des veines
mille poèmes
en amont du poème
mille voix
en amont de la voix
l’amour l’énergie l’amour
il est temps de plonger
pour étreindre les sirènes
dernier souffle premier souffle

Par-delà ces tremblements d’ailes noires
libre
de tout donner pour ce désir
souriant
libre de ne plus croire à rien
sinon
au baume du doute
à l’ardente lucidité
libre
d’exacerber les
précipices
de consentir à l’imprévisible
souffle du sommeil
souffle du poème
dernier souffle premier souffle
second souffle

(Zéno Bianu)

 

Recueil: Satori Express
Editions: Le Castor Astral

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Mon enfant nu (Luciole)

Posted by arbrealettres sur 24 avril 2017



Mon enfant nu

Quand tu t’enfuis sur un éclat de lune
Quand tu jongles avec les morceaux de ciel
Quand tu t’enivres d’effroi et d’extase
Je t’aime de ton cri silencieux
La poussière qui danse au soleil
Est ton scintillement d’étoiles
De ton regard affolé et muet
Je t’aime pour ce que tu es
Quand tu voyages dans l’immensité
Quand tu t’échappes pour rejoindre au ciel
L’enfant nu dont l’ange a omis
De clore à jamais la mémoire
Sur les mystères d’ailleurs
De poser son doigt sur sa lèvre
Mon enfant d’un monde perdu
Je t’aime dans les plis du vent
Mon enfant de sable et de sel
Sur ta peau brûlante
Assoiffée de tendresse
Goutte l’eau d’une caresse
Je t’aime mon enfant miroir
Mon enfant de soleil noir
Mon enfant de souffrance
Mon enfant des errances
Mon enfant des orages
Mon enfant courage
Je t’aime

(Luciole)

Découvert ici: https://petalesdecapucines.wordpress.com/

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 6 Comments »

Jongler avec les mots (Pierre Thiry)

Posted by arbrealettres sur 22 février 2017



jongler-avec-les-mots-800x600

Jongler avec les mots

Jongler avec les mots, les aligner
Laisser danser le stylo sur la feuille
Laisser courir pour le plaisir de l’oeil
Quelque trouvaille aimable, maligne et

L’inattendu finit par survenir
Savourer le temps petit à petit
Dévorer la vie à plein appétit
Sans s’inquiéter des drames à venir.

Machiner la grammaire à l’infini
Tant pis si ce sonnet est mal fini
Et si l’on ne peut gloser tout autour

Sans ce soucier de la fin qui finit
Concocter des sonnets à l’infini
Ainsi que le faisaient les troubadours…

(Pierre Thiry)

Découvert ici: http://www.bulledemanou.com/

Illustration

Recueil: Sansonnets un cygne à l’envers
Traduction:
Editions:Books on Demand

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Le petit clown blanc de la lune (Jacques Charpentreau)

Posted by arbrealettres sur 12 avril 2016



Le petit clown blanc de la lune
Joue du violon, bat du tambour,
Jongle avec des noyaux de prunes,
Des diamants, des pommes d’amour,
Dans la douce nuit de velours.

Le petit clown blanc de la lune
Se balance au ciel en rêvant;
Par-dessus la mer et les dunes,
Il se laisse bercer au vent
Sur son grand trapèze volant.

Le petit clown de la lune
Me regarde au fond de la nuit.
Il console mes infortunes,
Il me sourit, pâlit, et puis
Le petit clown s’en va sans bruit.

(Jacques Charpentreau)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 2 Comments »

Les Mille-Iles (Louis-Honoré Fréchette)

Posted by arbrealettres sur 31 mars 2015



 

Adrian Chesterman   OC_c [1280x768]

Les Mille-Iles

Massifs harmonieux, édens des flots tranquilles,
D’oasis aux fleurs d’or innombrables réseaux,
Que la vague caresse et que les blonds roseaux
Encadrent du fouillis de leurs tiges mobiles.

Bosquets que l’onde berce au doux chant des oiseaux,
Des zéphirs et des nids pittoresques asiles,
Mystérieux et frais labyrinthe, Mille-Iles,
Chapelet d’émeraude égrené sur les eaux.

Quand la première fois je vis, sous vos ombrages,
Les magiques reflets de vos brillants mirages,
Un chaud soleil de juin dorait vos verts abris ;

D’enivrantes senteurs allaient des bois aux grèves ;
Et je crus entrevoir ce beau pays des rêves
Où la sylphide jongle avec les colibris.

(Louis-Honoré Fréchette)

Illustration: Adrian Chesterman 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 2 Comments »

 
%d blogueurs aiment cette page :