Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘(Joseph Brodsky)’

Personne à qui le dire (Joseph Brodsky)

Posted by arbrealettres sur 25 août 2018



 

Personne à qui le dire

Dans un millier d’années,
on extraira de sous les rideaux un mollusque
laissant filtrer par la frange
l’empreinte d’une « bonne nuit » sur des lèvres
qui n’avaient personne à qui le dire.

(Joseph Brodsky)

 

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , | Leave a Comment »

Confier le Tout à la garde du Rien (Joseph Brodsky)

Posted by arbrealettres sur 23 août 2018



 

fleur pierres

Confier le Tout à la garde du Rien

C’est sans doute le rôle
de la matière dans
le temps: confier le Tout
à la garde du Rien,
pour peupler les pâturages
du rêve bleu,
rêvant le néant
des traits qui sont les siens.

(Joseph Brodsky)

 

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , | Leave a Comment »

L’air (Joseph Brodsky)

Posted by arbrealettres sur 10 mai 2018



L’air

L’air a sa vie à lui.
Et qu’à personne il n’est donné
de bien saisir.
Il vit de sa vie bleue
de vent. qui naît au ras des yeux
et court à l’infini.

(Joseph Brodsky)

Illustration

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Le chasseur sachant chasser (Joseph Brodsky)

Posted by arbrealettres sur 15 avril 2018



 

Le chasseur sachant chasser cherche la pierre qui roule.
Immobile est demain au-delà d’aujourd’hui,
comme l’attribut derrière le sujet.

(Joseph Brodsky)

Illustration: Édouard Manet

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , | Leave a Comment »

Dans un millier d’années (Joseph Brodsky)

Posted by arbrealettres sur 15 avril 2018


 


 

Dans un millier d’années,
on extraira de sous les rideaux un mollusque
laissant filtrer par la frange
l’empreinte d’une « bonne nuit » sur des lèvres
qui n’avaient personne à qui le dire.

(Joseph Brodsky)

 

 

Posted in méditations | Tagué: , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

A la croisée (Joseph Brodsky)

Posted by arbrealettres sur 1 avril 2018



 

A la croisée

L’humidité se glisse dans la chambre, crispant les épaules
de la belle qui dort sourde à tout appel.
Ainsi se crispe la perdrix quand craquent les branches,
l’ange quand il voit le péché.
A la croisée le coton subtil frémit au rythme alterné des haleines.
L’écume de la soie pâle éclabousse, légère
chaises et miroir, issue vitrée par où les choses
sortent de toute impasse.

(Joseph Brodsky)

Illustration: Zinaida Serebryakova

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

A la croisée (Joseph Brodsky)

Posted by arbrealettres sur 24 septembre 2017



 

A la croisée

L’humidité se glisse dans la chambre, crispant les épaules
de la belle qui dort sourde à tout appel.
Ainsi se crispe la perdrix quand craquent les branches,
l’ange quand il voit le péché.
A la croisée le coton subtil frémit au rythme alterné des haleines.
L’écume de la soie pâle éclabousse, légère
chaises et miroir, issue vitrée par où les choses
sortent de toute impasse.

(Joseph Brodsky)

Illustration

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Et moi, derviche (Joseph Brodsky)

Posted by arbrealettres sur 29 août 2016



 

Et moi, derviche tournant dans ma chambre,
j’embobine autour de moi
son vide, afin que mon âme sache
quelque chose de ce que sait Dieu.

(Joseph Brodsky)

Illustration

 

Posted in méditations | Tagué: , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :