Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘joujou’

Monsieur X (Jean l’Anselme)

Posted by arbrealettres sur 26 septembre 2018



Monsieur X

C’était un vieil hibou
affreux comme un pou
avec son caillou
nu comme mon genou.

Mais comme il était chou
quand il faisait joujou
avec son chien BIJOU !

(Jean l’Anselme)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Aux yeux de faïence (Joë Bousquet)

Posted by arbrealettres sur 24 octobre 2017


Aux yeux de faïence
Des jolis joujoux
Naïf l’amour d’enfance
Qui finit sans nous

Dans les yeux de brume
Des fantômes noirs
Tout ce que nous fûmes
Est mort sans nous voir

Mais l’azur qui sombre
Sous le poids d’un lys
Abandonne aux ombres
D’effacer l’oubli

Et ses pleurs fiancent
Le ciel qu’il n’est plus
Aux yeux en enfance
Des jours jamais vus

Que ma peine est lente
A suivre sans moi
Les joujoux qui chantent
Mon coeur d’autrefois

L’heure de rosée
Qui fut tout l’amour
De leur voix brisée
Dans mes chants d’un jour

Quand les froids emmènent
Les enfants qu’ils sont
Ils ont de la peine
A porter leurs noms

Si lourds de leur âme
Qu’elle accroît des cieux
Le flot noir qui rame
Au coeur de leurs yeux

Quand les jours se lassent
Des joujoux salis
Leurs yeux noirs s’effacent
Sous des yeux d’oubli

Dans un vol d’abeille
Sous les ors muets
Des maisons qui veillent
S’en vont les jouets

Sous nos pleurs d’une heure
Payer d’un gros sou
Les enfants qui meurent
De nos chants de fous

(Joë Bousquet)


Illustration

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

LA CHANSON DES BAISERS (A. Gallais)

Posted by arbrealettres sur 14 juillet 2017




    
LA CHANSON DES BAISERS

Quelle est cette pure caresse :
Caresse qui berce le cœur
Et fait éclore la jeunesse
Au paradis d’Amour vainqueur ?
Quelle est cette pure caresse
Dont chacun garde souvenir
Et que nulle douleur ne blesse.

Que rien ne fait s’évanouir ?
C’est le baiser de l’enfant à la mère.
C’est le baiser de la mère à l’enfant
Dont la douceur est fraîche et printanière :
Baiser chaste et divin du Bonheur triomphant !

Quel est ce frisson qui transporte
Et verse à l’être mille émois
Quand l’Amour naissant nous apporte
A vingt ans ses troublants abois ?
Quel est ce frisson dont notre âme
Est soudain joyeuse en ce jour,
Et dont la merveilleuse flamme
Fait de nous des dieux sans retour ?

C’est le baiser de l’amant à l’amante,
C’est le baiser de l’amante à l’amant
Dont la chaleur intime et pénétrante
Des paradis charnels anime le roman !

Quelle est donc cette étreinte chère,
Qui se donne auprès d’un berceau,
Cependant que, la mine fière,
D’orgueil on ressent un tressant?
Quelle est donc cette étreinte amie
Qui témoigne de l’union
Sans calcul, par l’Amour bénie
De deux âmes à l’unisson?

C’est le baiser de l’époux à l’épouse,
C’est le baiser de l’épouse à l’époux,
En contemplant, de tendresse jalouse,
L’enfant de leur désir riant à ses joujoux !

Quel est donc ce froid qui nous glace
A l’approche du froid hiver.
Alors que mainte ride trace
Sur nos fronts son sillon de fer ?
Quel est donc ce froid qui traverse
Nos regards recherchant le ciel ?
Quel est donc ce glas qui nous berce
De son calme rythme éternel ?

C’est le baiser de la Mort à la Vie,
C’est le baiser de la Vie à la Mort :
Baiser qui tue et la haine et l’envie,
Baiser juste où chacun, riche ou pauvre, s’endort !

(A. Gallais)

 

Recueil: Anthologie universelle des baisers (III France)
Editions: H. Daragon

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Le hibou (Maurice Carême)

Posted by arbrealettres sur 18 mai 2017



Le hibou

Caillou, genou, chou, pou, joujou, bijou,
Répétait sans fin le petit hibou.

Joujou, bijou, pou, chou, caillou, genou
Non, se disait-il, non, ce n’est pas tout.

Il y en a sept pourtant, sept en tout :
Bijou, caillou, pou, genou, chou, joujou.

Ce n’est ni bambou, ni clou, ni filou
Quel est donc le septième ? Et le hibou,

La patte appuyée au creux de sa joue,
Se cachait de honte à l’ombre du houx.

Et il se désolait, si fatigué
Par tous ses* devoirs de jeune écolier

Qu’il oubliait, en regardant le ciel
Entre les branches épaisses du houx

Que son nom, oui, son propre nom, hibou,
Prenait, lui aussi, un X au pluriel.

(Maurice Carême)

Illustration

 

Posted in humour, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 2 Comments »

Je suis la Vendangeuse d’Yeux (Saint-Pol Roux)

Posted by arbrealettres sur 14 mai 2017



 

Zdzislaw Beksinski  26

Depuis l’aube des temps je plane sur la Vie
Tel un oiseau de proie aux serres de démon
[…]
Il me faut chaque jour d’énormes hécatombes
Je mange tous les soirs un morceau d’univers…
[…]
Je suis la Vendangeuse
d’Yeux
[…]
Je suis l’acerbe Vendangeuse aux doigts d’octobre
(dansant dans un pressoir imaginaire)
Contemple
Mes talons d’orgie…

Contemple
Le pressoir à forme de cercueil déborde !
Et jusqu’à ma gorge déferle
Un fouillis d’yeux d’où gicle un reste de regards…

Vois
Ces yeux passionnés pour les joujoux
Ces yeux enthousiastes des bijoux
Ces yeux de peuples ayant faim
Ces yeux de rois le ventre plein…
Ces yeux de marins sur la mer
Ces yeux d’astrologues dans l’air
Ces yeux d’époux qui sont un quoique deux
Ces yeux de monastère en extase de Dieu…

(Saint-Pol Roux)

Illustration: Zdzislaw Beksinski

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

COMPLAINTE POUR DON JUAN (Édouard Dubus)

Posted by arbrealettres sur 13 avril 2017



COMPLAINTE POUR DON JUAN

Je suis un piano brisé,
Parce qu’il a trop amusé.

Au clavier tout neuf, des menottes
A plaisir ont cassé des notes.

J’ai roucoulé très gentiment
Des morceaux pleins de sentiment.

Histoire de rire, des femmes
Ont tapote des airs infâmes,

D’autres des « tradéridéras
Et des « laïtous » d’opéras.

C’était faux, on n’y songea guère
A la guerre comme à la guerre.

Chacune voulut à son tour
Quelque ritournelle d’amour,

Et joua sans miséricorde
En massacrant corde sur corde,

Tant et tant ! que les trémolos
Eurent la gaîté des sanglots.

On croyait ouïr, aux roulades,
Les râles d’un tas de malades.

Quand ce fut assez odieux,
Elles me firent leurs adieux.

A coups de pied dans la carcasse :
Un joujou déplaît, on le casse.

Je suis un piano brisé,
Parce qu’il a trop amusé.

(Édouard Dubus)

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Sur le canal Saint-Martin (Paul-Jean Toulet)

Posted by arbrealettres sur 28 septembre 2016



 

Sur le canal Saint-Martin glisse,
Lisse et peinte comme un joujou,
Une péniche en acajou,
Avec ses volets à coulisse,
Un caillebot au minium,
Et deux pots de géranium
Pour la Picarde, en bas, qui trôle.

(Paul-Jean Toulet)

Illustration: Abraham Mintchine

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , | 2 Comments »

 
%d blogueurs aiment cette page :