Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘jouvence’

Narcisse charmeur (Hâfez Shirâzi)(Hafiz)

Posted by arbrealettres sur 22 décembre 2020



Illustration: John William Waterhouse
    
Narcisse charmeur

Dors-tu, mon narcisse charmeur ?
Ce n’est certes pas sans raison.
Ta chevelure est en désordre ?
Ce n’est pas non plus sans raison.
Que dire du lait de tes lèvres,
De leur sel et de leur douceur ?
Ce n’est pas non plus sans raison.
Ta bouche est source de jouvence,
Mais tes cils me percent le coeur :
Ce n’est pas non plus sans raison.
Ton absence me fait souffrir.
Si j’éprouve tant de douleur,
ce n’est pas non plus sans raison.
Le vent du soir émeut les roses.
S’il effeuille toutes les fleurs,
ce n’est pas non plus sans raison.

Même si tu caches ta peine, ô Hâfez,
quand je vois tes pleurs,
ce n’est pas non plus sans raison.

***

(Hâfez Shirâzi)(Hafiz)

 

Recueil: L’amour, l’amant, l’aimé
Traduction: Vincent-Masour Monteil
Editions: Actes Sud

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Le bon moment (Hâfez Shirâzi)(Hafiz)

Posted by arbrealettres sur 21 décembre 2020



    
Le bon moment

Rien de meilleur que le plaisir :
printemps, verdure et amis tendres.
Où est l’échanson ? Dis-le-moi !
Pourquoi donc me fait-il attendre ?
Sache apprécier chaque occasion
que la fortune te propose,
Car personne ne peut savoir
quelle sera la fin des choses.
Sois vigilant, car notre vie
est suspendue à un cheveu.
Ne prends garde qu’à tes ennuis :
le monde tournera sans eux.
Que signifie : Eau de Jouvence ?
Qu’est-ce qu’un Paradis terrestre ?
L’une n’est qu’un petit ruisseau ;
l’autre, un bon petit vin champêtre.
Pudique ou buveur, ce ne sont
que deux facettes du réel.
Les deux aspects sont attirants,
mais nous allons choisir lequel ?
Le secret derrière l’écran,
qu’en connaît le Ciel ? Maintenant,
Tais-toi, prétentieux ! A quoi bon
traiter avec le chambellan ?
Si je n’étais pas responsable
de mes erreurs, de mes offenses,
Que signifierait Ton pardon,
ô mon Dieu miséricordieux ?
Le dévot boit l’eau de l’Eden ;
Hâfez, le vin. Auquel des deux
Le Créateur, en fin de compte,
donnera-t-il la préférence ?

***

(Hâfez Shirâzi)(Hafiz)

 

Recueil: L’amour, l’amant, l’aimé
Traduction: Vincent-Masour Monteil
Editions: Actes Sud

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

L’oeil entre en combustion vive (Zéno Bianu)

Posted by arbrealettres sur 30 novembre 2020



 

L’oeil entre en combustion
vive
un feu de jouvence

(Zéno Bianu)

 

 

Posted in haïku, poésie | Tagué: , , , , , | Leave a Comment »

NUDITÉ (Géo Libbrecht)

Posted by arbrealettres sur 8 janvier 2020



NUDITÉ

Nudité bacchante au soir des hautbois,
négresse malaise en mal de paillote,
cette nuit d’été, lisse à quel vieux coeur,
ce fut l’aventure au visage clair.
Sous les cocotiers, cueillettes d’étoiles,
et pour cible, au ciel, un oeil de panthère,
qui l’avait troué buvait sa lumière,
et passait à gué des eaux de jouvence.

(Géo Libbrecht)

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Jouvence des Névons (René Char)

Posted by arbrealettres sur 23 mai 2019



Dans le parc des Névons
Ceinturé de prairies,
Un ruisseau sans talus,
Un enfant sans ami
Nuancent leur tristesse
Et vivent mieux ainsi.

Dans le parc des Névons
Un rebelle s’est joint
Au ruisseau, à l’enfant,
A leur mirage enfin.

Dans le parc des Névons
Mortel serait l’été
Sans la voix d’un grillon
Qui, par instant se tait.

(René Char)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Encore un fils (Norge)

Posted by arbrealettres sur 15 octobre 2018



Encore un fils

N’aurais-tu pas un second fils, Seigneur ?
La terre attend un nouveau labourage,
L’argile est sourde et l’homme est oublieur ;
Ta vieille voix n’a plus le même orage.

Un jeune fils après mille et mille ans
Pour nous éclore une jeune espérance.
L’homme assoiffé guette un jeune printemps,
Ta vieille croix a perdu sa jouvence.

Ce fils cadet viendrait nous enseigner
Les feux, les vins de nouvelles aurores
Et sur son cri saurait beaucoup saigner
Car l’homme croit ce que le sang colore.

Amour viendrait avec ton second fils,
Comme Jésus, longtemps nous jubiler
Et nous, Seigneur, pour changer le supplice,
Nous saurons bien le pendre ou le brûler.

(Norge)

Illustration: Salvador Dali

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

PORTRAIT DE FEMME EN CAVE (Odile Caradec)

Posted by arbrealettres sur 24 octobre 2017




    
PORTRAIT DE FEMME EN CAVE

Elle rit en montrant ses grandes dents
hennissantes
elle se réjouit d’avoir été propriétaire
de deux fontaines de jouvence
présentement elle est à sec comme un vieux
hareng saur

Jadis elle fut une femme
elle n’en est plus que l’historique
il y a en elle un arbre qui pousse qui pousse
Cet arbre immense, c’est son squelette qui
grandit
peu à peu il prend toute la place
Oui, les parties dures de son corps envahissent
l’espace
Seigneur ! et qui les voit ?

(Odile Caradec)

 

Recueil: Revue Vagabondages
Editions: Cherche Midi

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

En vérité, nous sommes une seule âme, moi et toi (Rûmi)

Posted by arbrealettres sur 13 mars 2017




En vérité, nous sommes une seule âme, moi et toi
Nous apparaissons et nous nous cachons toi dans moi, moi dans toi
Car il n’existe entre toi et moi, ni toi ni moi
Nous sommes le miroir et le visage à la fois
Nous sommes ivres de la coupe éternelle
Nous sommes le baume et la guérison
Nous sommes l’eau de Jouvence et celui qui la verse.

(Rûmi)

 

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

LES TROIS SOURCES (Alexandre Pouchkine)

Posted by arbrealettres sur 22 novembre 2015




LES TROIS SOURCES

Dans la steppe infinie et morne de ce monde
mystérieusement trois sources ont jailli ;
la source de jouvence, vive, impétueuse,
s’épanche à gros bouillons, miroitante, chantante.
Celle de Castalie offre une onde inspirée
à la soif des bannis dans le désert du monde.
La dernière, glacée, est celle de l’oubli,
plus suave qu’une autre aux brûlures du coeur.

(Alexandre Pouchkine)

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :