Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘jubilation’

Laissez-moi… (Gerrit Achterberg)

Posted by arbrealettres sur 16 mars 2017



Laissez-moi…

Laissez-moi vous réduire à un chant,
qui sera dedans en sûreté,
votre jubilation sans nom,
afin qu’elle soit disponible
lorsque je ne saurai plus distinguer
qui je suis parmi les gens.

***

Laat mij…

Laat mij u tot een lied herleiden,
dat er in zal geborgen zijn,
uw nameloos verblijden,
opdat het zal voorhanden zijn
als ik niet meer kan onderscheiden
wie ik tussen de mensen ben.

(Gerrit Achterberg)

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , | 1 Comment »

La pleine page de l’aube (Georges Bonnet)

Posted by arbrealettres sur 19 février 2017



La pleine page de l’aube
les platanes cédant à l’automne
la terre feuille de tant de feuilles

La jubilation du vent
Ses chants mêlés de terre

Les bruissements répétés
de ce qui n’entre pas dans la lumière

(Georges Bonnet)

Illustration

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

DÉCOUVERTE (Sophia de Mello Breyner Andresen)

Posted by arbrealettres sur 17 janvier 2017



DÉCOUVERTE

Ils saluaient avec jubilation les choses
Neuves
Le monde semblait créé
Ce matin-là

***

DESCOBRIMENTO

Saudavam corn alvoroço as coisas
Novas
O mundo parecia criado nessa mesma
Manhâ

(Sophia de Mello Breyner Andresen)


Illustration: Vladimir Kush

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , | 2 Comments »

SOLILOQUE (Giuseppe Ungaretti)

Posted by arbrealettres sur 19 septembre 2016




SOLILOQUE

1

Longtemps je t’ai cherchée en moi,
Jamais je ne te trouvais,
Puis ce qu’est vivre et le monde
M’ont été en toi révélés.

Ce jour-là je fus heureux,
Mais la jubilation du coeur
Frémissant m’avertissait
Qu’elle jamais ne m’assouvit.

Ce ne fut qu’égarement bref,
Déjà tes doigts de sommeil,
Comble de compassion,
Me caressent les yeux.

Attentive, tu m’as donné
Alors cet immense calme
Envahissant après l’amour
Qui en a connu la fureur.

2

Le soleil refulgure en toi
Avec l’aube resurgie.

Pareille gaieté de la mer
Me ramènera-t-elle à croire?

C’est le leurre aujourd’hui de chair
Qui va dévastant mon coeur
Usé par le délire.

Toute visée le trompe,
Le miracle ne revient plus
Que factice, aveuglant.

3

L’amour que j’ai pour toi,
Amour, fait des miracles,
Et quand tu crois m’avoir fui,
Je te surprends, mon amour, qui te leurres,
La pureté revenue
M’illuminer les yeux.

(Giuseppe Ungaretti)

Illustration: Bec Winnel

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Désattendre (Adeline Baldacchino)

Posted by arbrealettres sur 24 juin 2016



Désattendre

Saisi de désir comme on le serait
de froid
quelque chose en nous, de désordonné
qui désempare
nous démembre de l’intérieur
on se tait, dans le noir
l’hiver est brûlant

La nuit est pleine
de fantômes désarticulés
je renonce enfin
au vertige du désir
l’âme anesthésiée
recule tout au fond
d’une armoire sans porte

Je veux la jubilation
mais je trouve ce qui reste
quand elle n’est pas
là quand elle se refuse
au partage indélicat
de l’aube et des rêves
seule, ce qui reste

On écrit comme on fulgure
en étincelles bordées de cris
frappant contre le ciel
qui n’a jamais répondu
creusant les formes de l’absence
répétant des mots vides
leurs discrètes brisures

Demain, sans répit
qui ne vient pas
le sang frappe
il n’y a pas de signe
le temps se démet
se détourne
du corps épuisé

Suffirait-il peut-être
de ne plus rien attendre
et c’est alors que surgirait
ce qui se cache
sous la peau féroce des heures :
leur gloire secrète
gorgée d’invisibles caresses.

(Adeline Baldacchino)

Découvert ici: https://schabrieres.wordpress.com/

 

 

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 6 Comments »

Ne pas parler… (Gilles Baudry)

Posted by arbrealettres sur 23 octobre 2015



Ne pas parler…

Ne pas parler
Plus haut que sa pensée

Pour autant
Ne pas taire le chant

Qui donnerait des ailes
Nous lesterait du poids du monde

En dépit des peurs et des violences
De tout ce qui étiole

Des malheurs qui fissurent
La belle ordonnance des choses

Permettre les affleurements
De l’inconnu

Vêtus d’incertitude
Et de jubilation intime

Consentir à cet appel d’air
Qui rend légère la fragile éternité

(Gilles Baudry)

Découvert ici: https://schabrieres.wordpress.com

Illustration: ArbreaPhotos

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 3 Comments »

 
%d blogueurs aiment cette page :