Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘(Julien Delmaire)’

Rien ne ressemble à ton odeur (Julien Delmaire)

Posted by arbrealettres sur 29 août 2018




    
Rien ne ressemble à ton odeur
Ni le pain chaud de l’espérance
Ta langue consumée de saveur
Sur les lèvres de mon errance
Le couteau nu dans la blessure
Le désir au point de brisure
Le silence qui s’enfuit

Ton odeur, c’est la pluie…

(Julien Delmaire)

 

Recueil: Turbulences
Traduction:
Editions: Le temps des cerises

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

La poésie (Julien Delmaire)

Posted by arbrealettres sur 29 août 2018



Grand Corps Malade   
    
[…]

Ce feu-là nous l’avons perdu
Oublié trahi renié
Parfois lorsque la mélancolie gerce nos habitudes
Un goût de métal froid se mêle à la salive
Les mots s’entrechoquent dans nos bouches
Mais rien ne sort
Rien ou juste un truc
Un truc pas net
Pas correct
Pas propre
Pas poli
Pas convenu
Pas convenable

Ce truc c’est la poésie

La poésie c’est le mot qui brûle
C’est l’enfance rendue à sa révolte…

(Julien Delmaire)

 

Recueil: Turbulences
Traduction:
Editions: Le temps des cerises

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Minuit (Julien Delmaire)

Posted by arbrealettres sur 29 août 2018



Julien Delmaire
    
Minuit dérobe
Les bijouteries
Contre ta robe
Un diamant cri

Je suis l’alcool
Térébenthine
Je suis la folle
Sur la colline

Criblé d’épines
Je suis l’alcool
L’encre de chine
Sur ton épaule

Je suis le Christ
De Kigali
Et l’améthyste
Qu’on a sali

Je suis l’enfance
Défigurée
Je suis l’offense
De l’emmuré

Syntax error
Bug intégral
Signes d’aurore
Jour minéral

Je veux l’oiseau
Lacrymogène
Aux ras des eaux
Cancérigènes

Je veux ton ventre
Dans la fumée
Mes doigts qui entrent
Pour exhumer

Un oasis
Une métaphore
Ton clitoris
Ta mandragore

Je vois l’oubli
Brisant ses chaînes
La mort partie
Avec la haine

Voici le monde
La vie bégaye
Voici la ronde
Des merveilles

Je te retrouve
Ma Géorgie
Le soleil couve
Ton sein rougi

Le temps caresse
Son vieux piano
Ta voix disperse
Les moineaux

Les nègres écument
La nostalgie
La nuit s’allume
Ma Géorgie…

(Julien Delmaire)

 

Recueil: Turbulences
Traduction:
Editions: Le temps des cerises

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :