Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘(Junzaburô Nishiwaki)’

LA PLUIE (Junzaburô Nishiwaki)

Posted by arbrealettres sur 26 juillet 2018


 


 

statue pluie 4_z

LA PLUIE
AME

Dans le vent du Sud la tendre déesse est arrivée
Elle a mouillé le bronze mouillé la fontaine
Mouillé le ventre de l’hirondelle et le poil de l’or
Elle a pris la marée dans ses bras, léché le sable, gobé les poissons
Elle a secrètement mouillé les temples, les établissements de bain,
les salles de théâtre,
Harpe à cordes de platine
La langue de la déesse dévergondée secrètement
A mouillé ma langue

(Junzaburô Nishiwaki)

Illustration

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

JOURNÉE D’HIVER (Junzaburô Nishiwaki)

Posted by arbrealettres sur 22 janvier 2017



 

JOURNÉE D’HIVER
FUYU NO HI

En une saison de tempêtes installées
Je marchais au hasard
A l’horizon sans limite du coeur.
Je m’égarai
Vers un village entouré d’une haie d’aubépine.
D’un feu de plein air où un mendiant fait cuire un chien
Des nuages violets s’étirent.
L’homme qui avait chanté le chant des roses à la fin de l’été
Se lamente au naufrage du coeur.
— Une pie ne raconte pas qu’elle a pris un fruit —
C’est dans ce village que je fixe une lampe et me mets à l’étude.
« Étudions comme Milton. »
Murmure un ange à l’allure de recteur d’université.
Mais jusqu’à la floraison dans les buissons de fleurs comme celles des poires
Avec les chasseurs, avec les pêcheurs, j’ai joué aux échecs, pour finir.
Tout ce que j’ai perdu, ce soir même,
Je voudrais le consacrer :
Envers l’homme qui muse autour de la haie au papillon
Envers qui arrive perdu le martin-pêcheur, l’être humain,
Envers la femme illimitée
Pour cette journée d’hiver
Dans une coupe à pied aussi haute qu’une tour
Fruits de la haie et larmes versées.

(Junzaburô Nishiwaki)

 
Illustration: ArbreaPhotos

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 3 Comments »

 
%d blogueurs aiment cette page :