Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘justification’

Résilience (Hans Magnus Enzensberger)

Posted by arbrealettres sur 31 mars 2021




    
Résilience

La pensée
derrière les pensées.
Un galet ordinaire,
pur, dur,
inaliénable.

Ne se dissout pas,
est indiscutable,
est ce qu’il est,
ne devient ni plus gros,
ni plus petit.

Irrégulier,
unicolore, veiné.
Ni jeune ni vieux.
Ne nécessitant ni justification
ni croyance.

Tu ne sais d’où
tu le tiens, ni où
il va, à quoi
il sert. Sans lui
tu serais peu de chose.

***

Konsistenz

Der Gedanke
hinter den Gedanken.
Ein Kiesel, gewöhnlich,
unvermischt, hart,
nicht zu verkaufen.

Löst sich nicht auf,
steht nicht
zur Diskussion,
ist was er ist,
nimmt nicht zu oder ab.

Unregelmäßig,
nicht bunt, geädert.
Nicht neu, nicht alt.
Braucht keine Begründung,
verlangt keinen Glauben.

Du weißt nicht, woher
du ihn hast, wohin
er geht, wozu
er dient. Ohne ihn
wärst du wenig.

(Hans Magnus Enzensberger)

Découvert ici: https://schabrieres.wordpress.com/

Recueil: Poèmes (1980-2014)
Traduction: Traduit de l’allemand de Patrick Charbonneau
Editions: Vagabonde

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Le silence majeur au faîte du clocher (Jean-Claude Izzo)

Posted by arbrealettres sur 9 mai 2018



Jadis tout avait un sens: et l’ombre et la lumière.
Aujourd’hui tout n’est plus que justification:
pour l’ombre comme pour la lumière.

(Mais quelle science exacte peut répondre

du silence majeur au faîte du clocher?).

(Jean-Claude Izzo)

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Le monde est peuplé de tremblements (Sylvie Fagre G.)

Posted by arbrealettres sur 31 mars 2018




Illustration: ArbreaPhotos
    

Le monde est peuplé de tremblements secrets, de brûlures
qui lui viennent d’un chant au coeur de notre vie.

Son lent égrènement, sans justification,
nous ouvre à l’autre lumière.

(Sylvie Fagre G.)

 

Recueil: Frère humain
Traduction:
Editions: L’AMOURIER

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Mort (Jean Tortel)

Posted by arbrealettres sur 28 juin 2016



Mort

Je ne l’adore ni ne l’interroge. Je ne la maudis pas.
Elle n’est ni un but, ni un interdit ;
ni un secours, ni une justification, ni une gloire,
ni un désir, ni un obstacle, ni un flambeau,
ni un mirage, ni une larve.

Elle ne me console pas et ne me fait pas vivre.
Elle ne m’empêche pas de vivre.
Je ne m’abîme pas en elle, ou devant elle ou par elle.
[…]
Elle a quelque chose de très pur.
Elle est tranquille, mais elle vibre peu
et son mouvement, qui se garde une certaine souplesse,
n’est perceptible que de moi seul.

Elle est lumineuse

(Jean Tortel)

 

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

ESQUIVE (Yannis Ritsos)

Posted by arbrealettres sur 16 novembre 2015



ESQUIVE

Nous buvions notre café dans le jardin, quand on vint nous
dire :
 » Eugénie est morte.  » Les fauteuils étaient en osier,
les verres davantage en verre.
Puis le soir tomba.
La pleine lune vint noircir les statues,
dans une inversion tranquille qui n’était en rien
une justification ou un refus, mais simplement une remarque.

(Yannis Ritsos)

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :