Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘justifier’

Le mystère d’être (Albert Strickler)

Posted by arbrealettres sur 6 janvier 2017



Le mystère d’être

Je n’invente jamais rien
La vie est beaucoup trop riche
Pour qu’on lui ajoute quelque chose

Il suffit de croire au miracle
Et il s’impose
Dans la plénitude de son évidence

A elle seule cette conviction
Justifie la poésie
Le mystère d’être
Indissociable de la parole
Qui en témoigne

Raison de dire à qui veut bien le voir
Que cette nuit dans le jardin
Un renard s’est longuement recueilli
Devant les roses

Et qu’en s’en allant
L’auréole de la lune
N’en faisait plus qu’une
Avec la couronne d’épines
Sur sa tête

(Albert Strickler)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 2 Comments »

Tous nos papiers sont faux (Gérard Pfister)

Posted by arbrealettres sur 23 janvier 2016



 

Tous nos papiers sont faux

Nous avançons nus
à la grande frontière

sans même un mot
pour nous justifier

rien que notre fatigue
notre tremblement

notre étrangeté
à nous-mêmes suspecte
Nous ne savons plus notre âge
tout s’est passé en chiffres

nous n’avons pas vu le temps
souffler sur notre front

cette face brouillée n’est pas la nôtre
les photos sont toutes manquées

nous n’avons jamais connu
notre vrai visage

nos vrais yeux
l’expression de notre bouche

tout ce que nous savons
est pour notre confusion

La peau blanche comme un linceul
les cicatrices

nous ignorons le secret
de nos blessures

de notre indignité
nous avons survécu

nulle mission
nulle destinée

mais en nous la vague conscience
de trahir, d’avoir trahi

Ce pays n’est pas le nôtre
nous ne reconnaissons rien

ses chemins nous ont égarés
ses villes nous font peur

nous n’habitons pas ces jours de pluie
ces nuits sans sommeil

il n’est ici pour nous
ni demeure ni repos

Les maisons nous enferment
sans nous abriter

nous avons déserté, renoncé
nous nous souvenons

sans nul souvenir.

(…)

(Gérard Pfister)

Découvert ici chez laboucheaoreilles

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Serait-ce la lune (Saïgyô)

Posted by arbrealettres sur 4 octobre 2015


lune2

 

Serait-ce la lune
qui pour me faire pleurer
m’a rendu songeur
ou un prétexte plutôt
pour justifier mes larmes

(Saïgyô)

 

Posted in haïku, poésie | Tagué: , , , , , , | Leave a Comment »

ARBRE EN FEU (Jean Cuttat)

Posted by arbrealettres sur 12 septembre 2015



ARBRE EN FEU

Je suis de bois fruitier.
Je suis arbre à poèmes.
J’aimai. J’aimerai. J’aime.
Je suis du grand métier.

A quoi servait ma vie
hors de son feu mystique ?
Seul un art poétique
au fond la justifie.

Au feu va la ramée
par des voies indirectes.
Je me donne à la secte
errante des fumées.

Certes je veux les fruits
dont un verger se grise,
mais je vis et j’attise
le feu qui me détruit.

(Jean Cuttat)

Illustration: Didier Traulle

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 1 Comment »

Poètes à venir (Walt Whitman)

Posted by arbrealettres sur 7 septembre 2015



Carrie Lingscheit  (20)

Poètes à venir

Poètes à venir ! orateurs, chanteurs, musiciens à venir !
Ce n’est pas aujourd’hui à me justifier et répondre qui je suis,
Mais vous, une nouvelle génération, pure, puissante, continentale, plus grande qu’on ait jamais vu,
Levez-vous ! Car vous devez me justifier.
Moi je n’écris qu’un ou deux mots indicatifs pour l’avenir ;
Moi, j’avance un instant et seulement pour tourner et courir arrière dans les ténèbres.
Je suis un homme qui flânant le long, sans bien s’arrêter, tourne par hasard un regard vers vous et puis se détourne.
Vous laissant le soin de l’examiner et de le définir,
En attendant de vous le principal.

(Walt Whitman)

Illustration: Carrie Lingscheit

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :