Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘(Kenneth White)’

Dans le silence vert et mouillé (Kenneth White)

Posted by arbrealettres sur 20 septembre 2018



 

Dans le silence vert et mouillé
du bois de pins
le cri noir du corbeau

***

In the wet green silence
of the pine wood
a crow’s black call

(Kenneth White)

 

 

Posted in haïku, poésie | Tagué: , , , , , , , | Leave a Comment »

APRÈS-MIDI D’AUTOMNE (Kenneth White)

Posted by arbrealettres sur 20 septembre 2018



 

érable rouge

APRÈS-MIDI D’AUTOMNE

Quand le silence
ici sur la côte
à quelques milles au nord
de la Rivière-au-Tonnerre

je bois ce qui reste de whisky
en regardant les feuilles d’érable
brûler dans la froide lumière

je dis au revoir à quelque chose
mais je ne sais pas à quoi
(Golfe du Saint-Laurent)

*

AUTUMN AFTERNOON

Big silence
here on the North Coast
a few miles up
from Thunder River

I drink the last of the whisky
watching the maple leaves
burning in the frosty light

I’m saying goodbye to something
but I don’t know what
(Gulf of the St. Lawrence)

(Kenneth White)

Illustration

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

OBSCUR (Kenneth White)

Posted by arbrealettres sur 20 septembre 2018



 

mousse arctique

OBSCUR

Aigle royal
grand cerf rouge
seraient presque
trop grandioses

je choisis pour ma part
cette mousse arctique
sur la face du rocher
qui demeure obscure

*

OBSCURE

Golden eagle
red deer
would be
almost too much

I’ll settle for
this arctic moss
on the rock’s
obscure face

(Kenneth White)

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

EXEMPLE (Kenneth White)

Posted by arbrealettres sur 20 septembre 2018



filon de quartz

 

EXEMPLE

Comme un mince filon de quartz dans le grès
qui a derrière lui toute la géologie
et dont la pureté est au-delà de la perfection

*

EXAMPLE

As a thin blaze of quartz in sandstone
has behind it the whole of geology
and in its purity is beyond perfection

(Kenneth White)

Illustration

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , | Leave a Comment »

RANDONNÉE (Kenneth White)

Posted by arbrealettres sur 19 septembre 2018



 

promenade_irlande

RANDONNÉE

Merci pour cette poignée de jours d’avril
pour le vent blanc qui souffle
pour la terre sombre et les herbes entremêlées
et la fille qui marche à mes côtés
(Au pays des douze collines, Irlande)

*

ROAD FRAGMENT

My thanks for this handful of April days
for the white wind blowing
for the dark earth and the tangled grass
and the girl beside me walking
(Twelve Ben Country, Ireland)

(Kenneth White)

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

LETTRE ÉCRITE DANS LA MONTAGNE EN HIVER (Kenneth White)

Posted by arbrealettres sur 19 septembre 2018



 

Rockwell Kent   (9)

LETTRE ÉCRITE
DANS LA MONTAGNE EN HIVER
« Dans le tantra le plus haut, quel que
soit le lieu où l’on se trouve, c’est là le
mandala, quels que soient les mots que
l’on prononce, ce sont là les syllabes mantriques. »
(C.M. Chen, Vajrayana Meditations)

Dans ce monde
toujours plus âcre, toujours plus dur
toujours plus blanc

tu me demandes des nouvelles ?

La glace éclate en caractères bleus
qui saurait les lire ?

je me parle grotesquement à moi-même
et le silence répond

*

WINTER LETTER
FROM THE MOUNTAIN
« In the highest tantra, wherever one hap-
pens to be , that is the mandala, whatever
words one utters, these are the mantric syllables. »
(C.M. Chen, Vajrayana Meditations)

In this world
always harder and more acrid
more and more white

you ask me for news?

the ice breaks in blue characters
who can read them ?

I talk grotesquely to myself
and the silence answers

(Kenneth White)

Illustration: Rockwell Kent

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , | 2 Comments »

L’ESPRIT SANS GÎTE (Kenneth White)

Posted by arbrealettres sur 13 août 2018



 

Rockwell Kent   (2)

L’ESPRIT SANS GÎTE

« L’esprit lucide a son gîte en lui-même. »
(Sutra du Yoga)

A présent j’ai franchi le Cap
je me perds dans l’espace océan

mais nager dans ces eaux me plaît

car au loin dans le vide j’entrevois
ah, les signes blancs

*

THE HOMELESS MIND

« The seeing mind is at home in itself »
(Yoga Sutra)

Now I’ve jumped off the Cape
I’m lost in my own ocean

but I’m liking the swimming

for far out in the emptiness
I can see, ah, the white signs

(Kenneth White)

Illustration: Rockwell Kent

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , | 2 Comments »

AUTOBIOGRAPHIE 29 (Kenneth White)

Posted by arbrealettres sur 23 juillet 2018



 

AUTOBIOGRAPHIE 29

« Celui qui entrevoit l’énigme du nihilisme
pourrait entrevoir aussi une étoile
qui file, et acquiesce. »
(K. Axelos, le Jeu du monde)

Chaque étoile
soudain embrasée
flamboie
ou file
traçant un arc de lumière fugitive
par-dessus le souffle du néant
et me laisse
seul près du roc
ou trébuchant
cherchant mon chemin à tâtons
par les sous-bois
avec
pour seul sentiment de l’existence
le frémissement d’un ventre animal

*

AUTOBIOGRAPHY 29
« The man who sees into the enigma of
nihilism, might also see a shooting star, and acquiesce. »
(K Axelos, le Jeu du monde)

Each star
in its own sudden fire
blazes
or shoots
in a fast fine curve of light
over the breathing emptiness
and leaves me
alone by the rock
or stumbling
groping my way
through the undergrowth
with only
the feeling of existence
as it trembles in an animal’s belly

(Kenneth White)

 

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

ÉQUINOXE (Kenneth White)

Posted by arbrealettres sur 22 juillet 2018



 

Modified Yin & Yang symbol - sunny day versus moon at night

ÉQUINOXE

Ces jours de vive eau

où le tonnerre
parle à travers la pluie

où la beauté par éclairs
fuse à travers le cerveau

*

EQUINOX

Those tidal days

when the thunder
talks through the rain

and a lightning beauty
flashes over the brain

(Kenneth White)

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , | 3 Comments »

CAFÉ DU MIDI (Kenneth White)

Posted by arbrealettres sur 22 juillet 2018



 

Tamara de Lempicka, Jeune fille en vert

CAFÉ DU MIDI
« Lo cors a fresc, sotil e gai. »

Assis là
dans l’ombre
avec un livre

je vois Mireille
beauté vive
traverser le square

O nuit
donne-moi à lire
le poème de son corps

*

CAFÉ DU MIDI
« Lo cors a fresc, sotil e gai. »

Sitting here
in the shadow
with literature

I see Mireille
keen beauty
crossing the square

O night
please bring me
to her body bare

(Kenneth White)

Illustration: Tamara de Lempicka

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :