Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘kermesse’

ON TUE UN COCHON (Norge)

Posted by arbrealettres sur 15 octobre 2018



Valérie Bertoni 97 [800x600]

ON TUE UN COCHON

Long cri planté dans mes novembres d’enfance
comme une croix sanglante.
Et te souviens-tu, maman, du porcelet d’avril
qui gambadait dans la prairie, un bleuet entre les dents.

Déjà l’éponge et le vinaigre.
Et déjà les dés qui roulent.
O Golgotha de kermesse aux boudins.

— Le mot cri et le mot crime.

(Norge)

Illustration: Valérie Bertoni

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

INVENTAIRE DE L’ARCHE (Jean Dypreau)

Posted by arbrealettres sur 17 juin 2018



INVENTAIRE DE L’ARCHE

Le caméléon
Face à l’arc-en-ciel,
il s’exerce.

Le cygne
Il entre la tête
dans son miroir.

Le mouton
Il va flairer
aux mains de la fileuse
un peu de son passé.

L’aigle
Il regarde toujours plus haut :
il a peur du vertige.

L’éphémère
Je suis éphé…
mère, achève son fils
en lui fermant les yeux.

La taupe
Dès ma naissance
mes parents m’apprirent
à m’enterrer.

Les hippocampes
Aux kermesses de la mer
il y a des manèges d’hippocampes.

(Jean Dypreau)

 

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Proème (Octavio Paz)

Posted by arbrealettres sur 6 mai 2018




Proème

Parfois la poésie est le vertige des corps et le vertige du bonheur et celui de la mort;
la promenade les yeux fermés au bord du précipice et la kermesse dans les jardins sous-marins;
le rire qui met le feu aux préceptes et aux dix commandements;
la descente des mots parachutés sur les sables mouvants de la page;
le désespoir qui embarque sur un bateau de papier et traverse,
pendant quarante jours et quarante nuits, l’océan de l’angoisse nocturne et la mer de pierre de l’angoisse diurne;
l’adoration du moi, l’exécration du moi et sa dissipation;
l’épithète décapitée, l’enterrement des miroirs;
la récolte des pronoms fraîchement coupés dans les jardins d’Épicure et de Netzahualcóyotl;
un solo de flûte sur la terrasse de la mémoire et un ballet d’étincelles dam l’oubliette de la pensée;
les migrations de verbes par myriades, d’ailes et de griffes, de graines et de mains;
l’ossature des noms aux racines plantées dans les ondulations du langage;
l’amour du jamais vu et l’amour de l’inouï, l’amour du jamais dit : l’amour de l’amour.

Syllabes semences.

(Octavio Paz)

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 2 Comments »

Fragments (Jean Dypreau)

Posted by arbrealettres sur 13 mai 2016



Le Caméléon
Face à l’arc-en-ciel
Il s’exerce

Le Cygne
Il entre la tête
Dans son miroir

Le Mouton
Il va flairer
Aux mains de la fileuse
Un peu de son passé

L’Aigle
Il regarde toujours plus haut
Il a peur du vertige

La Taupe
Dès ma naissance
Mes parents m’appprirent
A m’enterrer

Les Hippocampes
Aux kermesses de la mer
Il y a des hippocampes

(Jean Dypreau)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

LES RUISSEAUX (Georges Rodenbach)

Posted by arbrealettres sur 3 novembre 2015



LES RUISSEAUX

Tu connais aussi nos ruisseaux,
Nos sources pures
Où le feuillage au bord des eaux
Met des guipures.

L’eau prend plaisir dans le gazon
A se répandre
Et va chantant à l’horizon
La mère Flandre

Petits ruisseaux arc-en-ciellés,
Faisant des bulles,
Petits ruisseaux qui sont frôlés
De libellules.

Tous ces ruisseaux sont des flâneurs,
O mère Flandre !
Mais ce sont aussi des donneurs
De conseil tendre.

Zèle d’amour pris aux amants
Dans les Kermesses,
Qui font devant eux leurs serments,
Et leurs promesses.

Petits ruisseaux, les confidents,
Chantant de joie
Quand on rafraîchit ses mains dans
L’eau qui tournoie.

Et, joyeux, donnant en cadeau,
Pour les dimanches
Aux amoureux, des bagues d’eau
En perles blanches.

Leurs talus sont si rapprochés
Qu’entre les berges
Rien ne se mire : ni clochers,
Ni toits d’auberges,

Ni grands moulins transfigurant
Le paysage;
Mais le cadre est juste assez grand
Pour un visage.

Et c’est tout leur bonheur qu’au fil
De l’eau charmée
Se reflète seul un profil
De femme aimée!

(Georges Rodenbach)

Illustration

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Les hippocampes (Jean Dypréau)

Posted by arbrealettres sur 18 juin 2015



Le caméléon
Face à l’arc-en-ciel,
il s’exerce.

Le cygne
Il entre la tête
dans son miroir.

Le mouton
il va flairer
aux mains de la fileuse
un peu de son passé.

L’aigle
Il regarde toujours plus haut:
il a peur du vertige.

L’éphémère
Je suis éphé…
mère, achève son fils
en lui fermant les yeux.

La taupe
Dès sa naissance
mes parents m’apprirent
à m’enterrer.

Les hippocampes
Aux kermesses de la mer
il y a des manèges d’hippocampes.

(Jean Dypréau)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , | 1 Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :