Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘lac’

Un bateau peut être mis à l’abri (Chang-Tzu)

Posted by arbrealettres sur 13 août 2017




    
Un bateau peut être mis à l’abri dans une crique ;
une nasse mise à l’abri dans un lac,
mais à minuit un homme robuste peut venir et les emporter.

L’ignorant ne sait pas que
quels que soient les lieux où vous mettez un objet à l’abri,
les plus petits dans les plus grands,
ce que vous avez caché peut disparaître et vous être enlevé.

Mais si vous cachez l’univers dans l’univers,
ce qui vous était précieux ne risque pas de vous être enlevé,
et ce que vous possédez est à vous pour toujours.

Donc, le sage sait que la séparation n’est pas possible
et que ce qui est perdu n’est pas vraiment perdu.

(Chang-Tzu)

 

Posted in méditations | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Du plus lointain reflet (Silvia Baron Supervielle)

Posted by arbrealettres sur 2 août 2017



Illustration: Claude Monet
    
du plus lointain
reflet la lecture
transforme mes yeux
en lacs statiques
où un saule d’or
et pluie respire
encore

(Silvia Baron Supervielle)

 

Recueil: Sur le fleuve
Editions: Arfuyen

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

POÈME POUR UNE PEINTURE (Tang Yin)

Posted by arbrealettres sur 2 août 2017



POÈME POUR UNE PEINTURE

Les immenses eaux d’automne
se fondent avec le ciel
Dans les montagnes d’innombrables arbres
sombrent au fond du crépuscule
Je hèle la barque pour passer le lac
Allongé, j’admire les falaises
sorties de l’eau au soleil couchant

(Tang Yin)

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Peintures noires de Goya (Rose Ausländer)

Posted by arbrealettres sur 2 août 2017



Illustration: Francisco Goya
    

Peintures noires de Goya

Noir
plus noir que noir
pupille de la peur

Génie
dans le feu sombre
danse
son ombre

Aimé par les démons
sans pitié

Chant sauvage
du cygne noir
sur le lac du sabbat des sorcières

(Rose Ausländer)

 

Recueil: Sans visa
Traduction: Eva Antonnikov
Editions: Héros-Limite

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Comme deux bêtes sauvages (Yaacov Steinberg)

Posted by arbrealettres sur 1 août 2017



Illustration: Pascal Renoux
    
Comme deux bêtes sauvages

Comme deux bêtes sauvages perdues dans la nuit, assoiffées,
errant de-ci, de-là, pantelantes, en quête d’eau douce,
et s’abattant sur les rives d’un lac silencieux,

Deux bêtes qui, ayant surpris des sons dans l’obscurité,
à la fois désespérées et sur leurs gardes
trempent un instant seulement le bout de leur langue
dans les vagues muettes, puis la rétractent,

Ainsi, dans l’ardeur aride de notre nudité,
nous nous sommes arrêtés, désespérés, enlacés,
au bord du fleuve immobile des voluptés dormantes.

(Yaacov Steinberg)

 

Recueil: Anthologie de la poésie en hébreu moderne
Traduction: L. Schechtman
Editions: Gallimard

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Etonnement devant le Jour (Renée Vivien)

Posted by arbrealettres sur 21 juillet 2017



Illustration: Frederick Carl Frieseke
    
Etonnement devant le Jour

Mes yeux sont éblouis du jour que je revois !
L’ayant cru défier pour la dernière fois.

Mes yeux sont étonnés de revoir cette aurore,
Ainsi, moi qui souffris autant, je vis encore !

Je vis encor, je souffre et peux encor souffrir…
Sans exhaler mon coeur dans un dernier soupir !

Mais comment puis-je ainsi voir la lumière en face,
Moi dont le coeur est lourd et dont l’âme est si lasse ?

O mon destin mauvais… Je suis devant l’amour
Un adversaire nu… Voici venir le jour !…

Moi donc l’être est plus las que le dernier automne
Qui se meurt sur Ies lacs, je vis… Et je m’étonne !

(Renée Vivien)

 

Recueil: Dans un coin de violettes
Editions: E. SANSOT & Cie

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Ouvertures d’eau verte sur le lac gelé (Gérard Pfister)

Posted by arbrealettres sur 20 juillet 2017



 

Un-trou-dans-le-lac-gele

Ouvertures d’eau verte sur le lac gelé,
des bancs de glace flottent dans les profondeurs
tant de transparence dérobant tant de pureté
— le lait du ciel dans l’opale du regard

(Gérard Pfister)

Illustration

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

RÊVE (Brigitte Level)

Posted by arbrealettres sur 18 juillet 2017



 
    
RÊVE

J’ai rêvé d’une barque blanche
Qui sur le lac se balançait.
Chaque jour était un dimanche
Et le bonheur recommençait.

Tous les petits oiseaux chantaient,
Tous les petits poissons nageaient,
Et les gros chats qui ronronnaient
Jamais, jamais ne les mangeaient.

(Brigitte Level)

 

Posted in humour, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Je suis fille… (Yvonne Le Meur-Rollet)

Posted by arbrealettres sur 17 juillet 2017



 

Alexandre Jacques Chantron  1_0

Je suis fille…

Je suis fille de l’eau des étangs et des sources.
Je sais depuis toujours
Où poussent les jonquilles,
Où pleurent les grands saules,
Où glissent les anguilles,
Où les joncs bleus murmurent
Les secrets des amants
Dont les ombres se mêlent
Sous les troncs des sureaux.

Je suis fille des bois de hêtres et de frênes.
J’ai gravé dans l’écorce
Des serments révolus.
J’ai lu sous les futaies
Les romans interdits où galops et baisers
Menaient à une chambre
Crépitante de bûches
Dont les flammes dansaient au rythme des désirs.

Je suis fille nourrie
Au pays des mirages,
Au pays des silences,
Des soupirs, de l’ennui.
Et les hommes qui passent
Me regardent sans voir le feu qui me consume.
De loin,
Je les regarde :
Ils me font un peu peur :
Leurs ventres sont trop gros, leurs rires sont trop forts
Et leurs mains sont trop moites.

Moi, je rêve toujours d’un poète au teint pâle,
D’un amoureux fragile
Qui marche près d’un lac
Où le temps se suspend aux lames des roseaux.

(Yvonne Le Meur-Rollet)

Illustration: Alexandre Jacques Chantron

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

CRÉPUSCULE (La Flûte de Jade)

Posted by arbrealettres sur 17 juillet 2017



CRÉPUSCULE

Du sommet de la colline, je regardais le lac tempétueux
qui secouait une barque, image de notre destinée.
Elle disparut bientôt dans la brume.

De l’autre côté du ciel, le soleil, à son déclin, rougeoyait,
n’éclairant plus que les cimes des montagnes.
Des pans d’ombre s’abattaient sur la plaine.
Les îles du lac ressemblaient à des perles noires enchâssées dans une immense améthyste.
Au delà du fleuve, la forêt, imbibée de nuit,
était une longue chevelure que dominait,
comme un peigne d’argent, le croissant de la lune.

J’ai pris mon luth,
et j’ai chanté jusqu’à l’heure où se fanent les bouquets des constellations.

(La Flûte de Jade)

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :