Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘(Lao Tseu)’

Le Tao se répand comme un flot (Lao Tseu)

Posted by arbrealettres sur 24 novembre 2016



Le Tao se répand comme un flot.
Sa puissance est sans limite.

Les dix mille êtres
naissent et vivent de lui
sans qu’il en soit l’auteur.

Il poursuit son oeuvre éternelle
sans vouloir rien imposer.
Il commande aux hommes
sans s’en déclarer le maître.

Il est sans désir
et dénué d’ambition.
On peut le dire petit.
Quelle erreur :
il est immense,
incommensurable.

Les dix mille êtres
retournent à lui
sans qu’il ne demande rien.

On peut alors le dire immense,
et nul ne peut le cerner.

Le sage ignore sa grandeur,
ainsi
elle se réalise d’elle-même.

A l’infini.

(Lao Tseu)

 

 

Posted in méditations | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Celui qui connaît les hommes acquiert la sagesse (Lao Tseu)

Posted by arbrealettres sur 24 novembre 2016



Celui qui connaît les hommes
acquiert la sagesse.
Celui qui se connaît lui-même
possède la lumière.

Celui qui conduit les hommes est fort.
Mais celui qui se maîtrise lui-même
détient la vraie puissance.
Celui qui se contente de ce qu’il a est le vrai riche.

Être sans désir, c’est posséder le monde.
C’est suivre la voie.
Si celui qui persévère fait preuve de volonté,
celui qui demeure dans l’ordre des choses est le Sage absolu.

Celui qui meurt mais reste dans le souvenir des hommes
a touché à l’éternité.

(Lao Tseu)

Illustration: Jules-Bastien Lepage

 

Posted in méditations | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Autrefois le Tao régnait (Lao Tseu)

Posted by arbrealettres sur 24 novembre 2016



Autrefois le Tao régnait.
L’homme suivait
l’ordre de la nature.

Puis il advint une époque
où le Tao fut oublié et ce fut alors
l’ère de la justice des hommes.

Puis ce fut l’époque
de l’intelligence et de l’habileté.
et les ambitions
ne connurent plus de bornes.

La paix quitta les familles.
Mais c’est dans l’adversité
que se révèlent
les fils respectueux.

L’Etat sombra dans le désordre.
Mais c’est pendant l’anarchie
que surgissent
les serviteurs loyaux.

Ainsi le Tao
est toujours près de l’homme
pour le secourir.

(Lao Tseu)

 

 

Posted in méditations | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Supporte la disgrâce d’un cours égal (Lao Tseu)

Posted by arbrealettres sur 24 novembre 2016



Supporte la disgrâce
D’un cours égal.
Accepte l’adversité
comme inséparable
de la condition humaine.

Que faut-il comprendre par
Supporte la disgrâce d’un cours égal ?

La disgrâce n’est pas pire
que la faveur.
Toutes deux engendrent la crainte.
Ne soit donc affecté
ni par la perte
ni par le gain.

Que faut-il comprendre par
L’adversité est inséparable
de la condition humaine ?

L’homme a un corps,
c’est pourquoi
le malheur a prise sur lui.
S’il n’en possédait point,
quel événement
pourrait le frapper ?

C’est pourquoi,
à celui qui se soucie des autres
autant que de lui-même
on peut confier le monde.

Seul celui qui aime les autres
autant que lui-même
est digne de les gouverner.

(Lao Tseu)

Illustration: Cristina Pérez de Villar

 

Posted in méditations | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Accorder le corps et l’âme (Lao Tseu)

Posted by arbrealettres sur 9 novembre 2016



Accorder le corps et l’âme
afin qu’ils voguent à l’unisson
et ne se séparent pas.
Concentrer sa force vitale
et la rendre docile
comme celle du nouveau-né.
Au-delà du réel,
scruter le miroir
poli par le regard de l’âme
et se laisser aspirer
par la lumineuse obscurité.
Ménager le peuple
sans intervenir.
Rester serein,
comme la femme,
lorsque s’ouvrent et se referment
les portes de l’existence.
Garder son ignorance
et voir les choses
dans leur lumière.
Donner la vie
et la protéger.
Produire sans s’approprier.
Agir sans rien attendre.
Diriger sans dominer.
Tel est le chemin
de la mystérieuse perfection.

(Lao Tseu)

Illustration: Cristina Pérez de Villar

 

Posted in méditations | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 3 Comments »

Sans franchir sa porte (Lao Tseu)

Posted by arbrealettres sur 2 novembre 2016



Sans franchir sa porte,
connaître le monde entier.
Sans regarder par la fenêtre,
entrevoir le chemin du ciel…
Plus on voyage,
plus la connaissance s’éloigne.
C’est pourquoi
le Sage connaît sans se mouvoir,
comprend sans examiner
et accomplit sans agir.

(Lao Tseu)

Illustration: Gilbert Garcin

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , | 2 Comments »

Les cinq couleurs aveuglent l’homme (Lao Tseu)

Posted by arbrealettres sur 2 novembre 2016



5-couleurs-f94-800x600

Les cinq couleurs
aveuglent l’homme.
Les cinq notes
assourdissent ses oreilles.
Les cinq saveurs
rendent sa bouche insensible.
Les courses et la chasse
égarent son esprit.
Les richesses
l’empêchent de progresser.
Ainsi
le Sage tourne
son regard en lui-même et,
loin du tumulte et des passions,
exerce librement son choix.

(Lao Tseu)

 

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 2 Comments »

Les rayons de la roue convergent au moyeu (Lao Tseu)

Posted by arbrealettres sur 2 novembre 2016



roue-konark_sun_temple

Les rayons de la roue
convergent au moyeu.
Ils convergent vers le vide.
Et c’est grâce à lui
que le char avance.
Un vase est fait d’argile
mais c’est son vide
qui le rend propre à sa tâche.
Une demeure est faite de murs
percés de portes
et de fenêtres,
mais c’est leur vide
qui la rend habitable.
Ainsi,
l’homme construit des objets,
mais c’est le vide
qui leur donne sens.
C’est ce qui manque
qui donne
la raison d’être.

(Lao Tseu)

 

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , | 2 Comments »

Peut-on conserver plein ce qui veut déborder ? (Lao Tseu)

Posted by arbrealettres sur 2 novembre 2016



verre-plein

Peut-on conserver plein
ce qui veut déborder ?
Le tranchant aiguisé
ne peut que s’émousser,
et aucune salle
ne peut être gardée
si elle contient
or et joyaux.
Avoir de l’orgueil
pour sa puissance et sa richesse
attire l’infortune.
Si tu fais de grandes oeuvres,
termine-les
puis efface-toi.
Telle est la loi du ciel.

(Lao Tseu)

 

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

La grande perfection est comme l’eau (Lao Tseu)

Posted by arbrealettres sur 2 novembre 2016



La grande perfection
est comme l’eau.
Comme elle,
elle dispense ses bienfaits
aux dix mille êtres
et ignore les luttes.
Comme elle,
elle se détourne des obstacles
et les évite,
descend vers la vallée
et demeure là
où les hommes
ne peuvent pas habiter.
C’est pourquoi
elle est proche du Tao.
Dans tout et pour tout,
la perfection commande l’humilité.
Elle demande au coeur
d’être profond comme un puits.
Dans les rapports avec les autres
elle réclame des trésors de patience.
De la parole,
elle attend la vérité.
Quand il faut gouverner,
elle impose la loyauté et l’ordre.
Quand il faut agir
elle exige la compétence.
Elle s’exerce
au moment opportun
et ne lutte jamais.
Ainsi,
elle ne peut s’égarer.

(Lao Tseu)

 

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :