Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘lavoir’

« ÉCOUTE… » (Maurice Fombeure)

Posted by arbrealettres sur 10 avril 2018



Illustration: Phetsamay Rigaud 
    
« ÉCOUTE… »

Dans les forêts du non-être
Nous agitons nos mouchoirs.

Ah! d’invisibles lavoirs
Chantent au bas des fenêtres…

Petit, rentre tes moutons,
Ton étable de carton.

Pas une amarre au sommeil
Sur le partage des eaux

Les forêts du bloc soleil
Voguent chargées de gros oiseaux.

Gabiers du cycle des lunes
Face à la mousson des soirs.

(Maurice Fombeure)

 

Recueil: A dos d’oiseau
Traduction:
Editions: Gallimard

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

La mer (Robert Desnos)

Posted by arbrealettres sur 6 décembre 2017



OLYMPUS DIGITAL CAMERA

La mer ce n’est pas même un miroir sans visage
Un terme de comparaison pour les rêveurs
Un sujet de pensées pour l’engeance des sages
Pas même un lavoir propre à noyer les laveurs

Ce n’est pas un grimoire où dorment des secrets
Une mine à trésor une femme amoureuse
Une tombe où cacher la haine et les regrets
Une coupe où vider l’Amazone et la Meuse

Non la mer c’est la nuit qui dort pendant le jour
C’est un écrin pillé c’est une horloge brève
Non pas même cela ni la mort ni l’amour
La mer n’existe pas car la mer n’est qu’un rêve

(Robert Desnos)

Illustration: ArbreaPhotos

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Une grenouille bleue (Georges Perros)

Posted by arbrealettres sur 30 novembre 2016


grenouille-bleue

Une grenouille bleue
Se mordait la queue
Au fond du lavoir
Allez donc la voir.

Un gros éléphant
Cherchait un pou blanc
Dans une rivière
Allez donc le faire

Un canard déçu
Fuyait, le cul nu
Dans un ciel de cuivre
Allez donc le suivre.

Un oiseau sans nid
Couchait dans le lit
De la cantinière
Dormez, militaire.

Un coq sans clocher
Battait le curé
Dans la sacristie
C’est triste la vie.

(Georges Perros)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Retouche au pardon (Daniel Boulanger)

Posted by arbrealettres sur 5 octobre 2016



Retouche au pardon

tricheur de vieille école
dans le ruisseau l’élève écoute
les aimées au lavoir
bavardes à genoux battant le linge de ses fautes

les doux péchés à l’eau s’en vont en auréoles

(Daniel Boulanger)

Illustration: Hervé Masson

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , | 2 Comments »

Margot au lavoir (Anonyme)

Posted by arbrealettres sur 10 septembre 2016



Pan pan, margot au lavoir
pan Pan, à coups de battoir,
Va laver ton coeur,
Tout noir de douleur.

(Anonyme)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , | Leave a Comment »

Et les visages oubliés que l’eau disperse (Jacques Izoard)

Posted by arbrealettres sur 26 juin 2016



Et rêver d’un lavoir de lavande,
d’un bleu lavoir d’embellies,
avec suaves nuages
et filles nues, et ciel.
Et les visages oubliés
que l’eau disperse.

(Jacques Izoard)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

De Silex Et De Feu (Robert Desnos)

Posted by arbrealettres sur 25 mai 2016



De Silex Et De Feu

La mer ce n’est pas même un miroir sans visage
Un terme de comparaison pour les rêveurs
Un sujet de pensées pour l’engeance des sages
Pas même un lavoir propre à noyer les laveurs

Ce n’est pas un grimoire où dorment des secrets
Une mine à trésor une femme amoureuse
Une tombe où cacher la haine et les regrets
Une coupe où vider l’Amazone et la Meuse

Non la mer c’est la nuit qui dort pendant le jour
C’est un écrin pillé c’est une horloge brève
Non pas même cela ni la mort ni l’amour
La mer n’existe pas car la mer n’est qu’un rêve

Et moi qui l’appelais à l’assaut de la digue
je reste au pied des rocs jonchés de goémon
Tandis que le soleil ouvert comme une figue
saigne sur les tourteaux errant dans le limon

Jamais plus la tempête en sapant les falaises
N’abîmera la ville d’Ys les icebergs
Ne dériveront plus à moins qu’il ne me plaise
De recréer les flots les voiles et les vergues

Déjà sentant la mort et la teinture d’iode
Dans la putréfaction qui comblera les mares
Une flore nouvelle apparaît comme une ode
Vers le ciel impalpable où s’éteignent les phares

(Robert Desnos)

 

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

LA SAMARITAINE (Pascal Riou)

Posted by arbrealettres sur 29 février 2016



LA SAMARITAINE

1
Toujours ce tournis autour de l’essentiel
tellement nous sommes nous,
murés en nous.

Oui, guêpes dans la rage de l’été
ivres de soif autour du lavoir.

2
Tu hisses sans la voir l’eau dansante
et la poussée du jour sur l’herbe qui se voûte
redit en toi les mots du oui
enracinés au souffle comme un verger
dans son Avril.
Tu te retournes, tu t’accueilles
au moyeu de ce vent
qui te parle, si proche,
et tu ouvres une fenêtre
dans ta maison délaissée.

(Pascal Riou)

Illustration: Etienne Parrocel

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

C’était un âge de frivoles innocentes (Louis Calaferte)

Posted by arbrealettres sur 19 décembre 2015



 

C’était un âge de frivoles innocentes
de lavoirs aux bras nus
de jeunes filles roses
de matins à facteurs
d’anges dans les missels
et de molles poupées
assises sur les lits

Vous ai-je assez connus
temps que je recompose
sans croire à mes labeurs?
Gisent les carrousels
des heures dissipées
au coeur de qui me lit

C’était un âge de pelouses mûrissantes

Qui le savait alors
si quelqu’un le savait?

(Louis Calaferte)

Illustration: Hébert Ernest Antoine Auguste

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , | 1 Comment »

Printemps (Robert Desnos)

Posted by arbrealettres sur 23 novembre 2015



Françoise Lallemand reflets-dans-un-lavoir--redim-rec

Printemps

Tu, Rrose Sélavy, hors de ces bornes erres
Dans un printemps en proie aux sueurs de l’amour,
Aux parfums de la rose éclose aux murs des tours,
à la fermentation des eaux et de la terre.

Sanglant, la rose au flanc, le danseur, corps de pierre
Paraît sur le théâtre au milieu des labours.
Un peuple de muets d’aveugles et de sourds
applaudira sa danse et sa mort printanière.

C’est dit. Mais la parole inscrite dans la suie
S’efface au gré des vents sous les doigts de la pluie
Pourtant nous l’entendons et lui obéissons.

Au lavoir où l’eau coule un nuage simule
A la fois le savon, la tempête et recule
l’instant où le soleil fleurira les buissons.

(Robert Desnos)

Illustration: Françoise Lallemand

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :