Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘légèreté’

UN MOT POUR LE VENT (Nissim Ezekiel)

Posted by arbrealettres sur 28 janvier 2023




    
UN MOT POUR LE VENT

Je n’arrive pas à trouver de mot pour le vent.

Un autre mot, une phrase qui en soit pleine
Comme une voile, des vers
Qui se déplacent avec la légèreté du vent
Sur l’herbe ou parmi les arbres,
Qui bruissent en descendant le feuillage de la signification,
Un son qui évoque les sens, celui, soudain,
Lourd et mat, du fruit
Et de longs silences
A la surface du vent et en dessous.

Je n’arrive pas à trouver de mot pour le vent ;
Aveugle comme Homère, méditant sur la mer vineuse,
Je médite sur le vent, fouillant
Les sources de nombreux chants en moi qui n’ont pas vu
le jour,
Révélant en un éclair la flamme constante,
Un feu au coeur du vent.

Je n’arrive pas à trouver de mot pour le vent.

(Nissim Ezekiel) (1924-2004)

Recueil: Un feu au coeur du vent Trésor de la poésie indienne Des Védas au XXIème siècle
Traduction:
Editions: Gallimard

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Je cherche (Christian Bobin)

Posted by arbrealettres sur 30 novembre 2022



Illustration: Alain Chayer
    
Je cherche
ce que nous cherchons tous
Nella
la pureté

Oui tous nous la cherchons
cette chose sans prix
cette chose si pauvre
que le mot de pureté
est encore bien trop riche
pour la dire
et qu’il vaut mieux le remplacer
par celui de bonté
ou mieux encore par celui de
légèreté

Je cherche la légèreté Nella
celle du funambule

Comment faire comment être
De quel pas aller
sur le fil tendu de l’âme

J’avance quand même
peu mais j’avance
et beaucoup grâce à vous

(Christian Bobin)

 

Recueil: La Vie Passante
Editions: Fata Morgana

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , | 2 Comments »

Il y a des profondeurs (Christian Bobin)

Posted by arbrealettres sur 30 novembre 2022




Illustration: ArbreaPhotos
    
Il y a des profondeurs qui mentent
et des légèretés qui ressuscitent.

(Christian Bobin)

 

Recueil: Carnet du soleil
Traduction:
Editions: Lettres Vives

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , | Leave a Comment »

Je ne crois plus qu’aux gestes (Christian Bobin)

Posted by arbrealettres sur 29 novembre 2022




Illustration: Aimé-Nicolas Morot

    
je ne crois plus qu’aux
gestes
Il n’y a pas de mots dans le monde
Il n’y a que des gestes
Le problème de la bonté
de la pureté de la légèreté
n’est pas pour autant résolu
mais il a du moins trouvé sa
juste formulation
Quel geste accomplir
pour atteindre à la vie pure
Quel geste faire ou retenir

(Christian Bobin)

 

Recueil: La Vie Passante
Editions: Fata Morgana

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Légèreté de l’oiseau (Christian Bobin)

Posted by arbrealettres sur 26 novembre 2022



Légèreté de l’oiseau
qui n’a pas besoin pour chanter
de posséder la forêt,
pas même un seul arbre.

(Christian Bobin)

Illustration

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , | Leave a Comment »

Le lent attelage des jours (Gaëlle Josse)

Posted by arbrealettres sur 31 juillet 2022




Illustration: ArbreaPhotos
    
le lent attelage des jours
quand nous rêvons d’une légèreté de troïka
d’un bateau aux voiles blanches
caravelle pour traverser nos songes

nous voulons un feu pour nous réchauffer des
arbres pour se glisser sous les branches et
grimacer aux éclats du soleil

nous cherchons une innocence une lueur qui
jamais ne nous
abandonne

(Gaëlle Josse)

Recueil: et recoudre le soleil
Traduction:
Editions: NOTAB/LIA

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Le vol du colibri (René Depestre)

Posted by arbrealettres sur 22 juillet 2022


colibri-madere-298242

Toute femme quelque part est
fille de la mer et du vent.
Toute femme sait confier
le sang de l’homme
à la fureur marine de la vie.
Toute femme au lit d’amour
sait donner à l’allégresse de l’homme
la légèreté du colibri.

(René Depestre)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , | 3 Comments »

Je ne sais celui que je voudrais être (Robert Mallet)

Posted by arbrealettres sur 14 juillet 2021




Les gens de Glenbeigh boivent et chantent
dans l’auberge des Towers illuminée
de rose à travers la nuit froide étoilée
Un petit âne regarde par la fenêtre
étincelante de ses grands yeux résignés
comme ceux du vieil homme à casquette
qui boit en battant la mesure sans chanter
L’âne se perd dans le noir qu’il cadence
de son pas droit, menu, sûr. Le vieil homme
quitte l’auberge en se tenant aux murs
Les refrains des ballades marines résonnent
sur les prairies et les troupeaux obscurs
le vent prend l’ombre par la taille et danse
Je ne sais celui que je voudrais être
dans la vitrine claire de la fête
et le nocturne où se pâture l’existence
peut-être la lumière des abat-jour
qui donne aux visages lourds
la légèreté des transparences.

(Robert Mallet)

Illustration: Beryl Cook

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Aurais-je mis plus de poids à vivre (Jamel Eddine Bencheikh)

Posted by arbrealettres sur 28 avril 2021



Aurais-je mis plus

De poids à vivre si j’avais
Par avance
Connu la légèreté d’existence?

Tandis que le souvenir se délite
Je tiens des moments
Comme une ronde

L’effroi se démentira-t-il
Le jour où impréparé
Je recevrai l’annonce?

(Jamel Eddine Bencheikh)


Illustration: Gilbert Garcin

Posted in méditations | Tagué: , , , , , , , , , , , , | 2 Comments »

Belle-de-nuit (J.J. Grandville)

Posted by arbrealettres sur 26 août 2020



Belle-de-nuit

[La grisette et le rentier]
Elle a seize ans, un sourire perpétuel sur les lèvres,
un éclair à domicile dans ses yeux.
Ses lèvres sont roses et ses yeux noirs.
Je ne vous parle ni de sa taille, ni de ses pieds,
ni de ses mains, ni de ses cheveux.
Je vous renvoie à tous les portraits de grisettes
qui ont paru depuis mil huit cent trente jusqu’en mil huit cent quarante-six inclusivement.
Car mademoiselle Pierrette n’est pas autre chose qu’une grisette.
Il est vrai qu’elle prend le titre d’artiste en couture.
[Son voisin de palier, le rentier, se présente à midi]
chez l’artiste en robes, autrement dit la couturière.

—Je veux vous parler.
—Et moi je veux dormir.
—Jusques à quand, malheureuse femme,
vous laisserez-vous aller à tous les caprices de votre légèreté?
Jusques à quand votre inconduite fera-t-elle le sujet des conversations de tout le quartier?
Quoi! ni la mine renfrognée du portier,
ni les plaintes, ni les clameurs des locataires contre vous n’ont pu vous avertir?
—Aurez-vous bientôt fini votre sermon? demanda Pierrette en bâillant;
je vous préviens que je tombe de sommeil.
—C’est cela, reprit Coquelet: quand on a fait de la nuit le jour,
il faut bien changer le jour en nuit.
Mais ne voyez-vous pas qu’à ce train de vie vous allez perdre votre jeunesse, ruiner votre santé?
[Et de proposer sa solution:]
—Voulez-vous être ma femme, consentez-vous à devenir madame Coquelet?

Le vieux rentier songea un instant à se mettre à genoux,
mais comme il n’était pas sûr que Pierrette consentît à le relever,
il aima mieux entendre la réponse sur ses jambes.
Cette réponse fut un éclat de rire!

(J.J. Grandville)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :