Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘légion’

Je vais t’aider mon Dieu (Etty Hillesum)

Posted by arbrealettres sur 5 février 2018




    
Je vais t’aider mon Dieu à ne pas t’éteindre en moi
c’est à mon tour de t’aider et de défendre
jusqu’au bout la demeure qui t’abrite en nous.
Tu vois comme je prends soin de toi.

Je ne t’offre pas seulement mes larmes
et mes tristes pressentiments,
en ce dimanche venteux et grisâtre
je t’apporte même un jasmin odorant.

Et je t’offrirai toutes les fleurs
rencontrées sur mon chemin
et elles sont légion, crois-moi.

Je veux te rendre ton séjour
le plus agréable possible.

(Etty Hillesum)

 

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Enterrez-moi (Robert Sabatier)

Posted by arbrealettres sur 5 janvier 2018



Enterrez-moi

Enterrez-moi dans le sable et que passent
Des légions de fourmis dans mon crâne.
Je serai l’homme à la tête de mort,
Des enfants nus regarderont mes dents,
Et je serai terreur avec ce crâne
Où des oiseaux qu’on nommera pensées
Viendront nicher. Plus jamais de miroirs,
De mots pourris, de lèvres jamais plus
Et le soleil léchera mes os blancs.

(Robert Sabatier)

Illustration: Zdzislaw Beksinski

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Aime-moi (Dylan Thomas)

Posted by arbrealettres sur 24 octobre 2017



 

Aime-moi, non comme les nourrices rêveuses
Mes poumons tombants, ni comme le cyprès
Dans son âge l’argile de la jeune fille,
Aime-moi et soulève ton masque.

Aime-moi non comme les filles du paradis
Leurs amants aériens, ni comme la sirène
Ses amants de sel dans l’océan.
Aime-moi et soulève ton masque.

Aime-moi, non comme le pigeon ébouriffé
Les cimes des arbres, ni comme la légion
Des mouettes la lèvre des vagues.
Aime-moi et soulève ton masque.

Aime-moi comme la taupe aime son obscurité
Et la tigresse le cerf craintif;
Amour et peur soient tes deux amours!
Aime-moi et soulève ton masque!

(Dylan Thomas)

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Vingt ans après (Léa Goldberg)

Posted by arbrealettres sur 7 août 2017



    

Vingt ans après

A
Vingt ans — et comme on dit souvent
«Oui, le monde a bien changé depuis»
Mais ce sentiment n’est pas comme le vin vieux :
Il n’a pas pris de force avec le temps.

Non, crois-moi, ce ne sont pas tes cheveux blancs..
Peut-être est-ce ton regard sans gêne, indifférent,
Où gisent encore les rouleaux cachés de notre vie
Et ce qui, dans le monde, «a bien changé depuis ».

Deux êtres humains, deux parfaits étrangers
De chaque côté d’un abîme de désastres.
Même sur la tombe de nos chers disparus
Nous ne prononcerons plus la même prière.

B
Deux dizaines d’années
Des légions de blanches journées,
Deux dizaines d’années
Devenues un désert dévasté.

Tais-toi, pour l’amour de Dieu!
Comment savoir à qui la faute?
Comme toujours : tu es fautif
Je suis fautive.

Oui entre nous gît le temps,
Les années qui perdent leur sang,
Le cher disparu, le temps,
Que son âme repose…

Et nous, des deux côtés
Comme ennemis après la bataille,
Nos morts sur le champ de bataille
Et pas d’expiation.

(Léa Goldberg)

 

Recueil: Anthologie de la poésie en hébreu moderne
Traduction: F. Kaufmann
Editions: Gallimard

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

CYNTHIA (Pierre Jean Jouve)

Posted by arbrealettres sur 13 avril 2015



 

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

CYNTHIA

Eclatante au-dessus des mâchoires de maisons
Elle est l’oeil brûlant d’où s’enfuit le jour quand il trahit la ville
Abandonnant les arbres noirs aux dieux infernaux ;
Aire froide elle va inonder le jardin
Et l’odeur de tilleul s’élance
Et le chant de l’herbe écrasée et le souffle de l’obscurité :
Cynthia rôde au milieu des grandes coupes vides
Et tarit les étoiles
Quand tout à coup venues des éternités sont apparues
Dix mille légions d’anges
Blancs tout immaculés
Inclinés immobiles, tous ont la même aile vue de profil
Nuages nuées envoyés à Cynthia la grande Vierge
Que veulent-ils ici-bas que veulent-ils éterniser ?

(Pierre Jean Jouve)

Illustration: ArbreaPhotos
 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :