Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘lépreux’

DANSE DE SINGE (Oscar Venceslas de Lubicz-Milosz)

Posted by arbrealettres sur 23 septembre 2018



orgue de barbarie 2

DANSE DE SINGE

Aux sons d’une petite musique narquoise, sautillante,
Essoufflée, — tandis qu’il pleut, tandis qu’il pleut de la pluie pourrie,
Saute, saute, mon âme, vieux singe d’orgue de Barbarie,
Petit vieillard pelé, sournois, animal romantique et tendre.

Avec ta queue d’automne effeuillée, prétentieusement tordue
En point d’interrogation sur le vide ciel du crépuscule,
Essuie tes pleurs, singe galant, mélancolique et ridicule,
Singe galeux de l’amour mort, singe édenté des jours perdus.

Encore un air, encore un air ! Celui qui sent les tabagies,
Le faubourg lépreux, la foire d’automne et les fritures aigres
Pour faire rire les filles mal nourries, — ô sale, affreux, maigre,
Piteux, épileptique singe, animal pur des nostalgies !

Encore un air, hélas ! le dernier ! — Et que ce soit cette sourde
Valse de jamais, requiem des voleurs morts, musique en échos
Qui dit : adieu les souvenirs, l’amour et la noix de coco…
— Tandis que la pluie pauvre fait glouglou dans la boue vieille et lourde.

(Oscar Venceslas de Lubicz-Milosz)

Illustration

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Hésite (Jacques Izoard)

Posted by arbrealettres sur 29 mai 2018




    
Hésite avant d’énumérer
tes tabous, tes transes, tes terreurs…
On te croira malade de la peste
ou lépreux qu’il faut fuir.
Mais langue en bouche est rebelle.
Tu ne peux rien garder pour toi.

(Jacques Izoard)

 

Recueil: Lieux épars
Traduction:
Editions: De la Différence

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Victoire éclair (René Char)

Posted by arbrealettres sur 7 janvier 2018




    
Victoire éclair

L’oiseau bêche la terre,
Le serpent sème,
La mort améliorée
Applaudit la récolte.

Pluton dans le ciel!

L’explosion en nous.

Là seulement dans moi.

Fol et sourd, comment pourrais-je l’être davantage?

Plus de second soi-même, de visage changeant, plus de saison pour la flamme et de saison pour l’ombre!

Avec la lente neige descendent les lépreux.

Soudain l’amour, l’égal de la terreur,
D’une main jamais vue arrête l’incendie, redresse le soleil, reconstruit l’Amie.

Rien n’annonçait une existence si forte.

(René Char)

 

Recueil: Commune présence
Traduction:
Editions: Gallimard

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Quel solennel silence (Georg Trakl)

Posted by arbrealettres sur 15 octobre 2017



Illustration: Francesco Londonio  
    
Quel solennel silence au jardin désolé,
Quand le jeune novice couronne son front de brun feuillage
Et que son souffle boit un or glacé !

Ses mains touchent la vieillesse d’eaux bleuissantes,
Ou les pâles joues des soeurs dans le froid de la nuit.

Légère, harmonieuse est la marche au long des chambres gaies,
Où la solitude règne et le bruissement de l’érable,
Où peut-être la grive chante encore.

L’homme est beau qui apparaît dans l’ombre,
Quand il meut bras et jambes et s’émerveille
Et que ses yeux lentement roulent aux orbites pourpres !

A vêpres, l’étranger se perd dans les noirs décombres de novembre,
Sous les ramures mortes, au long des murs lépreux,
Où s’en est allé jadis le saint frère
Abîmé dans la tendre musique de son délire.

O solitude où cesse doucement le vent du soir !
Lasse à mourir, la tête s’incline dans l’ombre de l’olivier.

(Georg Trakl)

 

Recueil: Ving-quatre poèmes
Traduction: Gustav Roud
Editions: La Délirante

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 1 Comment »

Les germes (Henri Cazalis)

Posted by arbrealettres sur 23 août 2017



   
    
Les germes, souvent presque invisibles, ne semblent rien,
et cependant ils portent en eux déjà leur splendeur ou leur malédiction futures,
en eux, dans cette force interne, mystérieuse,
qui les appelle à vivre, les fait monter vers la lumière, leur impose une forme,
— la forme d’où naîtra leur destinée à venir, leur joie et leur orgueil,
ou leur indicible misère, la joie, l’orgueil d’Hélène et de Cléopâtre,
ou la misère du pauvre, de l’idiot, du lépreux, du scrofuleux couvert d’ulcères.

(Henri Cazalis)

 

Recueil: Le livre du Néant
Editions: Alphonse Lemerre

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 1 Comment »

L’Amour de Jérusalem (Yehuda Amichai)

Posted by arbrealettres sur 21 mars 2017



L’Amour de Jérusalem

Il y a une rue où l’on ne vend que viande rouge
et une rue où l’on ne vend qu’habits et parfums.
Il y a des jours où je ne vois qu’êtres jeunes et beaux,
et des jours où je ne vois qu’infirmes, aveugles,
lépreux, faces convulsées et rictus.

Ici on construit une maison et là on détruit
ici on creuse la terre
et là on creuse le ciel,
ici on s’assoit et là on marche
ici on hait et là on aime.

Mais celui qui aime Jérusalem
dans les guides touristiques ou les livres de prières
ressemble à celui qui aime une femme
selon le Kama sutra.

Parfois Jérusalem est une ville de couteaux :
même les espoirs de paix sont affûtés pour trancher dans
la difficile réalité, ils s’émoussent ou se cassent.

Les cloches des églises font tellement d’efforts de paix
qu’elles deviennent lourdes, comme un pilon qui broie
dans le mortier
des voix lourdes, graves et remuantes.

Et lorsque
le chantre et le muezzin entonnent leur chant
surgit le cri tranchant :
notre seigneur notre Dieu à tous est un Dieu
un et affûté.

(Yehuda Amichai)

 

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Et quelle étrange chose que certains mots (Yves Bonnefoy)

Posted by arbrealettres sur 4 février 2017



noir

Et quelle étrange chose que certains mots,
C’est sans bouche ni voix, c’est sans visage,
On les rencontre dans le noir, on leur prend la main,
On les guide mais il fait nuit partout sur terre.

C’est comme si les mots étaient un lépreux
Dont on entend de loin tinter la clochette.
Leur manteau est serré sur le corps du monde,
Mais il laisse filtrer de la lumière.

(Yves Bonnefoy)

 

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 2 Comments »

Les cascades (Alain Bosquet)

Posted by arbrealettres sur 5 novembre 2016



Les cascades

Dans la nuit, la cascade a volé
Notre ville, emporté notre plaine
Et vendu sans remords — sacs de blé
Qui pleuraient — nos enfants par douzaines.

Au matin, la cascade arracha
Nos épaules, noya nos pensées,
Puis jeta notre verbe à des chats
Comme un os aux étoiles blessées.

A midi, la cascade rapporte
L’horizon, trois pays, cent faubourgs
Trop souvent parcourus, la cohorte
Des lépreux tolérés sans amour.

A l’instant, la cascade nous force
D’accueillir tous nos songes vidés,
Nos visages perdus, notre torse,
Notre oubli, chaque mot suicidé.

(Alain Bosquet)

Illustration: Octavio Ocampo

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Elle passe… (Renée Vivien)

Posted by arbrealettres sur 27 septembre 2016



Elle passe…

LE ciel l’encadre ainsi que ferait une châsse,
Et je vivrais cent ans sans jamais la revoir.
Elle est soudaine : elle est le miracle du soir.
L’instant religieux brille et tinte. Elle passe…

Je suis venue avec la foule des lépreux
Dès l’aurore, ayant su que je serais guérie.
Ils regardent vers elle avec idolâtrie
En pleurant à voix basse. Et je pleure avec eux.

Un rayon d’espérance illumine l’espace,
Car ses pieds nus ont sanctifié le chemin.
Voyez ! un grand lys blanc est tombé de sa main…
Les sanglots se sont tus brusquement. Elle passe.

De nous tous qui pleurions elle a fait ses élus,
Et parmi nous aucun ne pleure ni ne doute.
Elle ne reviendra plus jamais sur la route,
Mais je la vis passer et je ne souffre plus.

(Renée Vivien)

Illustration: Alexandru Darida

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Je suis probablement un homme mauvais (Franck Venaille)

Posted by arbrealettres sur 18 décembre 2015



Je suis probablement un homme mauvais.

Grinçant de haine
quand ma salive malade coule de mes lèvres,
là, sur ma poitrine.

Demandez-moi d’être heureux
et me voici lamentable et quelconque,
vie ne se vaut qu’en lambeaux
épars sur un mur lépreux.

Enfant, j’aimais l’intimité des bas noirs,
il m’en reste une attirance envers ce qui brûle,
ce qui exalte, ce qui fuit, hélas.

A pleine bouche je mords de rage,
puis solitaire,
toujours vers l’ombre,
m’enfuis.

J’ai peur.
Je pleure.
Ah, trop sensible suis.

(Franck Venaille)

Découvert ici: http://laboucheaoreilles.wordpress.com/

Illustration

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :