Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘lointaine’

LE MAI D’AMOUR (Emile Nelligan)

Posted by arbrealettres sur 4 mai 2019


LE MAI D’AMOUR

Voici que verdit le printemps
Où l’heure au coeur sonne vingt ans,
Larivarite et la la ri ;
Voici que j’ai touché l’époque
Où l’on est las d’habits en loque,
Au gentil sieur il faudra ça
Ça
La la ri
Jeunes filles de bel humour,
Donnez-nous le mai de l’amour,
Larivarite et la la ri.

Soyez blonde ou brune ou châtaine,
Ayez les yeux couleur lointaine
Larivarite et la la ri ;

Des astres bleus, des perles roses,
Mais surtout, pas de voix moroses,
Belles de liesse, il faudra ça
Ça
La la ri
Il faudra battre un coeur de joie
Tout plein de gaîté qui rougeoie,
Larivarite et la la ri.

Moi, j’ai rêvé de celle-là
Au coeur triste dans le gala
Larivarite et la la ri;

Comme l’oiseau d’automne au bois
Ou le rythme du vieux hautbois,
Un coeur triste, il me faudra va
Ça
La la ri
Triste comme une main d’adieu
Et pur comme les yeux de Dieu,
Larivarite et la la ri.

Voici que vient l’amour de mai,
Vivez-le vite, le coeur gai,
Larivarite et la la ri ;

Ils tombent tôt les jours méchants,
Vous cesserez aussi vos chants ;
Dans le cercueil Il faudra ça
Ça
La la ri
Belles de vingt ans au coeur d’or,
L’amour, sachez-le, tôt s’endort,
Larivarite et la la ri.

(Emile Nelligan)


Illustration: William Bouguereau

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

CHANSON DU CAVALIER (Federico Garcia Lorca)

Posted by arbrealettres sur 26 février 2019



 

cavalier 1

CHANSON DU CAVALIER

Cordoue
Lointaine et solitaire.

Cheval noir, grande lune,
Des olives en ma sacoche.
Bien que j’en sache les chemins
Jamais je n’atteindrai Cordoue.

Par la plaine, par le vent
Cheval noir, lune rouge.
La mort est là me regardant
Du haut des tours de Cordoue.

Ah ! qu’il est long le chemin.
Ah ! mon valeureux cheval.
Ah ! que la mort m’attende
Jusqu’à ce que je sois à Cordoue.

Cordoue
Lointaine et solitaire.

(Federico Garcia Lorca)

Illustration

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Nous sommes des nains assis sur des épaules de géants (Bernard de Chartres)

Posted by arbrealettres sur 23 février 2019



 

califourchon

Nous sommes des nains assis sur des épaules de géants.
Si nous voyons plus de choses et plus lointaines qu’eux,
ce n’est pas à cause de la perspicacité de notre vue, ni de notre grandeur,
c’est parce que nous sommes élevés par eux.

(Bernard de Chartres)

Illustration

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Une lointaine lueur d’étoile (Amina Saïd)

Posted by arbrealettres sur 12 janvier 2019



tous les chemins
ramènent au même lieu

le voyage est cheval d’illusion
les braises du monde
noircissent son pas démesuré

elles brûlent
nos langues inquiètes

en lui-même
le poème cherche
il est cette eau noire
qui nous éblouit

lorsque nous lui restituons
une lointaine lueur d’étoile

(Amina Saïd)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , | 2 Comments »

Tous les chemins ramènent au même lieu (Amina saïd)

Posted by arbrealettres sur 12 janvier 2019



tous les chemins
ramènent au même lieu
le voyage est cheval d’illusion

les braises du monde
noircissent son pas démesuré

elles brûlent
nos langues inquiètes

en lui-même
le poème se cherche

il est cette eau noire
qui nous éblouit

lorsque nous lui restituons
une lointaine lueur d’étoile

(Amina saïd)

Illustration: Erich Heckel

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 2 Comments »

L’inconstant (Pablo Neruda)

Posted by arbrealettres sur 11 janvier 2019




L’inconstant

Mes yeux s’en sont allés
derrière une brunette
qui passait.

Était de nacre noire,
était raisin violet.
De sa traîne de feu
elle a fouetté mon sang.

Après toutes les filles
je vais toujours ainsi.

Une blonde est passée
telle une plante d’or
en balançant ses charmes.
Et ma bouche s’est faite
vague qui s’en allait
décharger des éclairs
de sang sur sa poitrine.
Après toutes les filles
je vais toujours ainsi.

Mais vers toi, sans bouger,
sans te voir, ma lointaine,
mon sang, mes baisers volent,
ma brunette et clairette,
ma grande et ma petite,
ma vaste et ma menue,
ma jolie laideronne,
faite de tout l’argent
et faite de tout l’or,
faite de tout le blé
et de toute la terre,
faite de toute l’eau
des vagues de la mer,
faite pour mes deux bras,
faite pour mes baisers,
faite, oui, pour mon coeur.

(Pablo Neruda)

Illustration: Danielle McManus

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Belle (Pablo Neruda)

Posted by arbrealettres sur 10 janvier 2019




Belle

Belle,
pareil à l’eau qui sur la pierre fraîche
de la source
ouvre son grand éclair d’écume,
est ton sourire,
belle.

Belle,
aux fines mains, aux pieds déliés
comme un petit cheval d’argent,
fleur du monde, marchant,
je te vois moi,
belle.

Belle,
avec un nid de cuivre enchevêtré
clans la tête, un nid
d’une brune couleur de miel
où mon coeur brûle et se repose,
belle,

Belle,
aux yeux trop grands pour ton visage,
aux yeux trop grands pour la planète.
Il y a des pays, des fleuves
dans tes yeux,
ma patrie se tient dans tes yeux,
je vagabonde à travers eux,
ils donnent sa clarté au monde
partout où s’avancent mes pas,
belle.

Belle,
tes seins sont pareils à deux pains
– terre froment et lune d’or -,
belle.

Belle,
ta taille
mon bras l’a faite comme un fleuve
mille années parcourant la douceur de ta chair,
belle.

Belle,
rien n’a le charme de tes hanches,
la terre en quelque lieu caché
a peut-être, elle,
la courbe de ton corps et son parfum,
en quelque lieu peut-être,
belle.

Belle, ma belle,
ta voix, ta peau, tes ongles,
belle, ma belle,
ton être, ta clarté, ton ombre,
belle,
tout cela est mien, belle,
tout cela, mienne, m’appartient,
lorsque tu marches ou te reposes,
lorsque tu chantes ou que tu dors,
lorsque tu souffres ou que tu rêves,
toujours,
lorsque tu es proche ou lointaine,
toujours,
ma belle, tu es mienne,
toujours.

(Pablo Neruda)

Illustration: Jean Léon Gerome

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Toi qui murmures dans la brise (Kathleen Raine)

Posted by arbrealettres sur 2 décembre 2018




Toi qui murmures dans la brise —
De quel rêve regardes-tu cette rive
Devenue étrange et belle et lointaine?
Plus lourds sont les pas de la pluie,
Tu es dans l’herbe qui bruit,
Puis rien —.

***

Whisperer in the wind —
From what dream do you look upon this shore
Grown strange and fair and far?
Rain walks with heavier tread,
In rustle of grass you are,
Then not

(Kathleen Raine)

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Eurydice (Kathleen Raine)

Posted by arbrealettres sur 2 décembre 2018




Faite de substance, Eurydice,
Ou bien une ombre?
Invisible il la savait proche,
Qui dans ses bras de chair devenait
Cascade, puis flamme en fuite, puis air désert.
Mais dans cette contrée lointaine
Lui seul était une ombre, elle toute lumière.

***

What substance had Euridice,
Or shade?
Unseen he knew that she was near
Whom when with bodily arms he held
Was waterfall, was fleeting flame, was empty air:
Yet in that country far
He only cast a shadow, bright was she.

(Kathleen Raine)

Illustration: Christian Gottlieb Kratzenstein-Stub

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , | 2 Comments »

Fléchée vers son propre centre (Michel Camus)

Posted by arbrealettres sur 2 décembre 2018



Comme l’on jouirait de se baigner
nu
dans l’allégresse
d’un torrent de haute montagne:

sensation physique
perception métaphysique
de fraîcheur

dès que la conscience
se sent fléchée
vers son propre centre:

la source
infiniment proche
infiniment lointaine.

(Michel Camus)

Illustration: Trulzsch

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :