Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘lotus’

ISIS ERRANTE (Kathleen Raine)

Posted by arbrealettres sur 14 décembre 2018



Illustration: Susan Seddon Boulet
    
ISIS ERRANTE

Cela aussi est une expérience de l’âme,
Le monde démembré qui jadis fut le dieu tout entier,
Dont les fragments brisés gisent à présent, morts.
Cette disparition de la réalité elle-même est réelle.

Recueillant sous mon manteau noir les vestiges de la vie
Qui stagnent, déchus, parmi les gens et les lieux,
Je scrute le double désert de ma solitude,
Le monde extérieur mort, et l’esprit stérile.

Jadis Il fut présent, sacré, dans la maison du monde,
Portant le jour comme un vêtement, sa beauté visible
Dans l’homme et le blé lorsqu’Il descendait la rivière fertile.
Il comblait d’amour l’espace de ma nuit.

Je trace le contour de sa main qui disparaît sur un nuage,
Et cela, son sang, coule de la blessure d’un soldat qui meurt.
Dans les champs fracassés son corps est épars, ses membres gisent

Écartelés comme une carlingue naufragée dans le sable.
Son crâne est une cathédrale morte, et les rayons de sa couronne
Brillent dans du fer-blanc et du verre cassé.
Ses yeux bleus se reflètent des lacs dans le ruisseau,
Et sa force est la pierre désolée des cités abattues.

Oh, dans les débris de vaisselle de mes rêves,
Me tournant vers les tessons des jours passés,
Découvrirai-je son visage aimé profané?
Les fonds inexplorés du sommeil sont-ils sa tombe?

Après la fin dangereuse estompée de la nuit
Dans les caveaux de la peur ses os reposent-ils,
Et le dédale du cauchemar mène-t-il vers la puissance qui est là cachée?
Les eaux infernales menaçantes recouvrent-elles le roi ichtien?

Je rassemble les fragments divins dans le mandala
Dont le centre est la puissance créatrice perdue,
Le soleil, le cœur de Dieu, le lotus, l’électron
Qui fait palpiter monde après monde, rayon après rayon
Pour que celui qui vivait au commencement renaisse au dernier jour.

***

ISIS WANDERER

This too is an experience of the soul
The dismembered world that once was the whole god
Whose broken fragments now lie dead.
This passing of reality itself is real.

Gathering under my black cloak the remnants of lift
That lie dishonoured among people and places
I search the twofold desert of my solitude,
The outward perished world, and the barren mind.

Once he was present, numinous, in the bouse of the world,
Wearing day like a garment, bis beauty manifest
In corn and man as he journeyed down the fertile river.
With love he filled my distances of night.

I trace the contour of bis hand fading upon a cloud,
And this bis blond flows from a dying soldier’s wound.
In broken fields bis body is scattered and bis limbs lie
Spreadeagled like wrecked fuselage in the sand.

His skull is a dead cathedral, and bis crown’s rays
Glitter from worthless tins and broken glass.
His blue eyes are reflected from pools in the gutter,
And his strength is the desolate stone of fallen cities.

Oh in the kitchen-midden of my dreams
Turning over the postherds of post days
Shall I uncover his loved desecrated face?
Are the unfathomed depths of sleep his grave?

Beyond the looming dangerous end of night
Beneath the vaults of fear do his bons lie,
And does the mate of nightmare lead to the power within?
Do menacing nether waters cover the fish king?

I piece the divine fragments into the mandala
Wjhose centre is the lost creative power,
The sun, the heart of God, the lotus, the electron
That pulses world upon world, reg upon ray
That he who lived on the first me rire on the hast day.

(Kathleen Raine)

 

Recueil: Sur un rivage désert
Traduction: Marie-Béatrice Mesnet et Jean Mambrino
Editions: Granit
Publicités

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

PIERRES DE LA FORÊT BRUMEUSE (Kenneth White)

Posted by arbrealettres sur 21 septembre 2018



rochers rouges brume

 

PIERRES
DE LA FORÊT BRUMEUSE
ln memoriam Hiang Pi Fong

1.
Où s’arrête le chemin
les changements commencent
et les rochers surgissent
idées de la terre

2.
Allongé dans la brume
parmi les rochers rouges
attentif aux leçons
du vent et de la pluie

3.
Au dire du vieil homme
ici dans la montagne
tout contre le ciel
chaque rocher est un lotus

*

STONES
OF THE CLOUDY FOREST
In memoriam Hsiang Pi Feng

1.
Where the path ends
the changes begin
and the rocks appear
ideas of the earth

2.
Lying in the mist
among red rocks
admiring the lessons
of wind and rain

3.
As the old man said
up in the mountains
close to the sky
every rock looks like a lotus

(Kenneth White)

Illustration

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Ô fleurs de lotus (Otokuni)

Posted by arbrealettres sur 6 septembre 2018



De l’aurore
faites ouvrir les yeux
ô fleurs de lotus

(Otokuni)


Illustration

Posted in haïku, poésie | Tagué: , , , , , | 2 Comments »

Au mont Lou (Li Po)

Posted by arbrealettres sur 8 août 2018




    
Au mont Lou, je contemple le pic des Cinq Vieillards

Au midi du Lou-chan, émergent cinq vieillards
Découpant dans le bleu des lotus couleur d’or.
Splendeur des Neuf Rivières, je pourrais t’embrasser –
Construire ici mon nid, dans les pins et les nues !

(Li Po)

 

Recueil: La montagne vide Anthologie de la poésie chinoise (IIIè – XIè siècle)
Traduction: Patrick Carré et Zéno Bianu
Editions: Albin Michel

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Ecole buissonnière (Charles Cros)

Posted by arbrealettres sur 4 août 2018



 

Ecole buissonnière

Ma pensée est une églantine
Eclose trop tôt en avril,
Moqueuse au moucheron subtil
Ma pensée est une églantine ;
Si parfois tremble son pistil
Sa corolle s’ouvre mutine.
Ma pensée est une églantine
Eclose trop tôt en avril.

Ma pensée est comme un chardon
Piquant sous les fleurs violettes,
Un peu rude au doux abandon
Ma pensée est comme un chardon ;
Tu viens le visiter, bourdon ?
Ma fleur plaît à beaucoup de bêtes.
Ma pensée est comme un chardon
Piquant sous les fleurs violettes.

Ma pensée est une insensée
Qui s’égare dans les roseaux
Aux chants des eaux et des oiseaux,
Ma pensée est une insensée.
Les roseaux font de verts réseaux,
Lotus sans tige sur les eaux
Ma pensée est une insensée
Qui s’égare dans les roseaux.

Ma pensée est l’âcre poison
Qu’on boit à la dernière fête
Couleur, parfum et trahison,
Ma pensée est l’âcre poison,
Fleur frêle, pourprée et coquette
Qu’on trouve à l’arrière-saison
Ma pensée est l’âcre poison
Qu’on boit à la dernière fête.

Ma pensée est un perce-neige
Qui pousse et rit malgré le froid
Sans souci d’heure ni d’endroit
Ma pensée est un perce-neige.
Si son terrain est bien étroit
La feuille morte le protège,
Ma pensée est un perce-neige
Qui pousse et rit malgré le froid.

(Charles Cros)

Illustration

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Comme une goutte d’eau demeurée sur une feuille de lotus (Anonyme VIIIème siècle)

Posted by arbrealettres sur 27 juillet 2018



 

Comme une goutte d’eau demeurée
Sur une feuille de lotus
De l’étang de Tsurugi
(Évocateur d’un sabre),
Je ne sais où aller.
A l’heure que j’avais fixée
Je voulais vous rencontrer
Quoique ma mère m’eût dit :
« Ne couche pas avec cet homme
Que tu as déjà rencontré! ! »
Le coeur pur et clair
Comme le fond de l’étang
De Kiyosumii
Jusqu’à ce queje vous rencontre
je ne vous oublierai.

(Anonyme VIIIème siècle)

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

À LA BELLE ÉTOILE (Hwang Ji-u)

Posted by arbrealettres sur 26 juillet 2018



 
    
À LA BELLE ÉTOILE

La lune, dans sa plénitude de lumière, pénètre dans la montagne vide
La montagne s’illumine
La lune se vide.
Montagne éclairée, lune vide.
Je ne pourrais plus regarder
Tant l’émotion me trouble.

La lune, engloutie dans l’eau,
Effleure en passant la feuille de lotus.
Vibrations des ondes
Les nuages comme des vers à soie grignotent la pleine lune,
Soudain je suis estompé.

Illusion, illusion.
Deviens simple profane.

(Hwang Ji-u)

 

Recueil: DE L’HIVER-DE-L’ARBRE AU PRINTEMPS-DE-L’ARBRE Cent poèmes
Traduction: Kim Bona
Editions: William Blake & co

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

De la feuille de lotus (Yoshimine no Munesada)

Posted by arbrealettres sur 26 juillet 2018



 

feuille de lotus

De la feuille de lotus,
Les péchés de ce monde ne peuvent atteindre
Le coeur.
Pourquoi fait-elle prendre les gouttes de rosée
Pour des perles?

(Yoshimine no Munesada)

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

LA LUNE AUX YEUX BLEUS (Pierre Louÿs)

Posted by arbrealettres sur 18 juillet 2018



Illustration
    
LA LUNE AUX YEUX BLEUS

La nuit, les chevelures des femmes et les branches des saules se confondent.
Je marchais au bord de l’eau.
Tout à coup, j’entendis chanter :
alors seulement je reconnus qu’il y avait là des jeunes filles.

Je leur dis : « Que chantez-vous ? »
Elles répondirent : « Ceux qui reviennent. »
L’une attendait son père et l’autre son frère;
mais celle qui attendait son fiancé était la plus impatiente.

Elles avaient tressé pour eux des couronnes et des guirlandes,
coupé des palmes aux palmiers et tiré des lotus de l’eau.
Elles se tenaient par le cou et chantaient l’une après l’autre.

Je m’en allai le long du fleuve, tristement, et toute seule,
mais en regardant autour de moi,
je vis que derrière les grands arbres la lune aux yeux bleus me reconduisait.

(Pierre Louÿs)

 

Recueil: Les chansons de Bilitis
Traduction:
Editions: Gallimard

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Sitôt dépouillée de son vêtement (Kenneth White)

Posted by arbrealettres sur 30 juin 2018



âme

 

« Sitôt dépouillée de son vêtement
la conscience
apparaît nue
et l’énergie pure se manifeste »

le lotus et l’éclair

« tout comme le sel se dissout dans l’eau
l’esprit fond dans son principe »

dans les bras de la fille-de-connaissance

le feu le vent la terre l’eau
l’espace aussi — honorez-les

« il entre ainsi en rapport
avec toutes sortes de créatures
et connaît le chemin de la libération »

***

« As soon as the conscience
is rid of its covering
it stands out naked
and energy shows its essence »

the lotus and the lightning

« just as salt is dissolved in water
so the mind that takes its woman »

in the arms of the knowledge-girl

earth water fire wind
and space too — honour them

« so he comes into relation
with every kind of creature
and knows the path of freedom »

(Kenneth White)

Illustration

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :