Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘loup-garou’

LOUPS-GAROUS (Federico Garcia Lorca)

Posted by arbrealettres sur 30 mars 2018



Illustration
    
LOUPS-GAROUS

Dans le lac de la forêt
pêchent les fantômes
de la nuit.

Gens d’une ballade
sans lune et sans eau.

Ils retirent des poissons d’ombre
avec leurs roseaux d’arôme.

Mais en réalité ils cherchent
leur coeur dans le Jamais

comme je cherche le mien
dans le temps perdu.

Quelle impossible douleur
que de chercher parmi les eaux sans lumière
son coeur !

(Federico Garcia Lorca)

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

La flûte d’écorce (Marie Dauguet)

Posted by arbrealettres sur 19 octobre 2017



Illustration: Josette Bardoux 
    
La flûte d’écorce

Voici chanter sur la lande déserte
La flûte acide et verte,
Et danser dans le vent, dessous
L’ambre remuante des pins, les boucs,
Les gnomes et les loups-garous.

Parmi la bruyère rien qu’une hutte
Et rien qu’une âpre flûte
De bois suintant la sève et l’eau
Et brisant ses chansons en clairs morceaux
A l’abri maigre des bouleaux;

La flûte fraîche comme de la glace
Dont la chanson se casse
– Ainsi les pins que le gel mord. –
Aux doigts du vieux berger jeteur de sorts,
Fait sauteler les boucs sur les rochers des fjords.

(Marie Dauguet)

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

TOUS ET TOUTES SONT AVEC MOI (Roger Bodart)

Posted by arbrealettres sur 19 janvier 2017



TOUS ET TOUTES SONT AVEC MOI

Tous et toutes sont avec moi :
Les sangliers sortant du bois
Comme en plein hiver quand il gèle
Si fort qu’éclate la margelle ;
Tous et toutes sont avec moi,
Les fougères, les ifs, les noix,
Le renard au bord des fontaines,
Les taupes, les grives, les graines,
Le chat-huant, le loup-garou,
Tous et toutes sont avec nous.

(Roger Bodart)

 

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , | 1 Comment »

Le lama (Robert Desnos)

Posted by arbrealettres sur 22 septembre 2016



llama6

Le lama

Lama, fils de lama
Et père de lama,
Cousin de l’alpaca,
Frère de la vigogne,
Frère du guanaco,
A pour toute besogne
D’écouter les échos
Et fuir le loup-garou
Qui vit sous son climat:
Il habite au Pérou
Capitale Lima.

(Robert Desnos)

Illustration

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Parlerie de la vie (Carlos Drummond de Andrade)

Posted by arbrealettres sur 27 juillet 2016



Parlerie de la vie

Comme la vie se mue.
Comme est la vie muette.
Comme la vie est nue.
Comme la vie est nulle.
Comme la vie est tout.
Tout cela qui se perd
sans même de profit.
Comme elle est un sésame
d’une autre vie nouvelle
qui devient vieille avant
de rompre le nouveau.
Comme la vie est autre
comme elle est toujours autre
que celle que l’on vit.
Comme la vie est vie

même quand elle est mort
en sculpture de vie.
Comme la vie est forte
prise dans ses menottes.
Comme la vie fait mal
quand elle enlève son
habit d’argent céleste.
Comme la vie est ci
entremêlé de ça.
Comme la vie est belle
car la vie est panthère
à la fougue brisée.
Comme la vie est folle
imbécile, bouchée
et pourtant enflammée
de se brûler en flamme.
Comme pleure la vie
de savoir qu’elle est vie
et que jamais jamais
ne la prend au sérieux
l’homme, ce loup-garou.
Comme elle rit la vie
à chaque matin de
sa propre absurdité
et à chaque moment
donne à tous de nouveau
un étrange cadeau.
Comme elle joue la vie
à la paix à la guerre
peuplant toute la terre
de lois et de fantômes.
Comme elle joue de son
vieil orgue mécanique
transformant une valse
en un pur Vivaldi.
Comme la vie vaut mieux
que la vie elle-même
toujours ressuscitée
en fleur et en fourmi
dans le caillou qui roule
poitrine désolée
cœur de celui qui aime.
Et comme elle se sauve
d’une seule parole
écrite dans le sang
au jour de la naissance:
amour, vidamour!

(Carlos Drummond de Andrade)


Illustration

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

NOCTURNE VIF (Maurice Fombeure)

Posted by arbrealettres sur 17 octobre 2015



>

NOCTURNE VIF

L’enclume soliloque et les frissons des seigles
Aux villages cernés par la douceur des soirs,

Nous ne regagnerons le conjugal pavois
Qu’à l’heure où les oiseaux flûtiotent dans les bois,

Où le crapaud s’éteint au bord des mares noires
Où l’ultime follet danse dans la mémoire.

La lune resplendine essaye son essor
Et sur les champs ses rets sont arentelles d’or.

Le loup-garou charge le passant comme hotte
Ainsi l’homme succombe : il en a plein ses bottes !

Mais dans ces nuits maléficiées je suis à l’aise :
C’est la nuit que l’on boit, c’est la nuit que l’on baise

C’est la nuit que l’on vit, c’est la nuit que l’on ment
Le miroir à la belle et la rose à l’amant,

C’est la nuit que le vent soupire sous les portes
Au sommeil dis adieu son fantôme l’emporte.

Mais le village est sourd et blanc comme un squelette
Aux cerisiers pleurant sur leurs escarpolettes.

(Maurice Fombeure)

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

LA CORNE DU HÉRAUT (Alfred Jarry)

Posted by arbrealettres sur 10 avril 2015



 

Michael Page 1979 - American Pop Surrealism painter -   (15) [1280x768]

LA CORNE DU HÉRAUT

Pouls dans le vent, pouls dans la mer, pouls sur la nuit qui fuit !
La toux du pouls clans mes artères bruit.
Les cornes des piliers forent leurs graminées
Comme les cors vrillés d’Ammon d’en haut sonnés.
Cloisonnant ton coeur de son marteau doux
Bergère d’Ammon, d’en haut tonne et bruit
Sur le vent, la mer et la nuit.
Le
Pouls.

Les oursins ronds ont hérissé leurs crins.
Les chevaux de mer de leur crinière de fer se creusent les reins
Et la rafale tonne et tord les cors et les cornes.
Voici le vol griffu des hippocampes au lieu des cornes d’Ammon.
Lourd sur le vent, lourd sur la mer, lourd sur la crête
Des bruits
Tapi clans les feuilles comme grimpe un menteur loup garou
Le
Pouls.

Pouls dans la vie et sur la mer hors de la nuit,
Hors du sommeil et par le bruit.
Mort pointillée en repos qui survit
Où soupçonne et bout et tonne partout
Le
Pouls.

(Alfred Jarry)

Illustration: Michael Page

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :