Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘loupé’

Il Changeait La Vie (Jean-Jacques Goldman)

Posted by arbrealettres sur 3 novembre 2019




Il Changeait La Vie

C’était un cordonnier, sans rien d’particulier
Dans un village dont le nom m’a échappé
Qui faisait des souliers si jolis, si légers
Que nos vies semblaient un peu moins lourdes à porter

Il y mettait du temps, du talent et du coeur
Ainsi passait sa vie au milieu de nos heures
Et loin des beaux discours, des grandes théories
A sa tâche chaque jour, on pouvait dire de lui
Il changeait la vie

C’était un professeur, un simple professeur
Qui pensait que savoir était un grand trésor
Que tous les moins que rien n’avaient pour s’en sortir
Que l’école est le droit qu’a chacun de s’instruire

Il y mettait du temps, du talent et du coeur
Ainsi passait sa vie au milieu de nos heures
Et loin des beaux discours, des grandes théories
A sa tâche chaque jour, on pouvait dire de lui
Il changeait la vie

C’était un p’tit bonhomme, rien qu’un tout p’tit bonhomme
Malhabile et rêveur, un peu loupé en somme
Se croyait inutile, banni des autres hommes
Il pleurait sur son saxophone

Il y mit tant de temps, de larmes et de douleur
Les rêves de sa vie, les prisons de son coeur
Et loin des beaux discours, des grandes théories
Inspiré jour après jour de son souffle et de ses cris
Il changeait la vie

(Jean-Jacques Goldman)

Illustration: Louis Toffoli

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Si mon amour pouvait franchir le soi désert (Kathleen Raine)

Posted by arbrealettres sur 2 décembre 2018




Je les vois maintenant à travers un vide
Plus large, plus profond que le temps et l’espace.
Tout ce que j’ai fini par être
Sépare mon coeur et la rose,
La flamme, l’oiseau, le brin d’herbe.
Les fleurs sont voilées ;
Dans un univers d’ombres, les apparences
Passent sur une grande toile vide
Où l’image vacille, disparaît,
Où rien n’existe, et tout n’est que semblant.
Mais toujours l’esprit, désireux d’aller plus avant,
Les a suivies, tandis qu’elles s’éloignaient
Au fond de leurs espaces intérieurs,
Il arrachait les pétales des fleurs, les ailes des mouches,
Pourchassait le coeur au scalpel,
Disséminait sous une loupe la poussière de la vie ;
Mais les plus inaccessibles, étranges
Écailles iridescentes, cellules, fuseaux, chromosomes,
Simplement toujours sont :
Avec la grêle, les cristaux de neige, les montagnes, les étoiles,
Le renard au crépuscule, les éclairs, les moucherons dans l’air du soir
Tous partagent le mystère de la nature,
Proclament JE suis, et demeurent sans nom.

Parfois, de très loin,
Les créatures me font signe :
Une violette sourit au bord pâle de l’obscurité,
Une goutte de pluie suspendue au toit m’appelle,
Et un jour, dans l’herbe haute humide,
Un jeune oiseau m’a regardée.
Leur être est digne d’amour, est amour ;
Et si mon amour pouvait franchir le soi désert
Qui sépare tout ce que je suis et tout ce qui est,
Elles sauraient pardonner et bénir.

***

I see them now across a void
Wider and deeper than time and space.
All that I have come to be
Lies between my heart and the rose,
The flame, the bird, the blade of grass.
The flowers are veiled;
And in a shadow-world, appearances
Pass across a great toile vide
Where the image flickers, vanishes,
Where nothing is, but only seems.
But still the mind, curious to pursue
Long followed them, as they withdrew
Deep within their inner distances,
Pulled the petals from flowers, the wings from flies,
Hunted the heart with a dissecting-knife
And scattered under a lens the dust of life;
But the remoter, stranger
Scales iridescent, cells, spindles, chromosomes,
Still merely are:
With hail, snow-crystals, mountains, stars,
Fox in the dusk, lightning, gnats in the evening air
They share the natural mystery,
Proclaim I AM, and remain nameless.

Sometimes from far away
They sign to me;
A violet smiles from the dim verge of darkness,
A raindrop hangs beckoning on the eaves,
And once, in long wet grass,
A young bird looked at me.
Their being is lovely, is love;
And if my love could cross the desert self
That lies between all that I am and all that is,
They would forgive and bless.

(Kathleen Raine)

Illustration

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Où vont les soleils (Jean Pérol)

Posted by arbrealettres sur 28 octobre 2018



Illustration: Joseph Galante
    
Où vont les soleils
sous les cieux coupés
par les branches basses

l’enfant sous la treille
l’avenir loupé
l’amour qui tabasse

enfant qui s’efface
sous les couperoses
le pas chaloupé

où c’est les qui-sait
où c’est les jamais
où c’est les temps roses

où c’est ?

Où c’est

(Jean Pérol)

 

Recueil: À part et passager
Traduction:
Editions: De la Différence

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

L’éternité (Wols)

Posted by arbrealettres sur 25 août 2018



 

A Cassis, les pierres, les poissons,
les rochers vus à la loupe
le sel de la mer et le ciel
m’ont fait oublier l’importance humaine
m’ont invité à tourner le dos
au chaos de nos agissements
m’ont montré l’éternité
dans les petites vagues du port
qui se répètent sans se répéter.

(Wols)

Illustration

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

VENUS (Federico Garcia Lorca)

Posted by arbrealettres sur 30 mars 2018



Illustration: Sandro Botticelli
    
VENUS

Effectivement
tu as deux grands seins
et un collier de perles
au cou.

Un infant de brume
te tend le miroir.

Malgré la distance,
je te vois
porter ta main de lys
à ton sexe
et arranger indolemment
le traversin du ciel.

Nous te regardons à la loupe,
la Renaissance et moi!

(Federico Garcia Lorca)

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

On croit me lire (Robert Sabatier)

Posted by arbrealettres sur 12 février 2018




    
On croit me lire

On croit me lire, on ne lit que des mots
si l’on ne sait se servir d’une loupe.
J’ai ma ferveur, il faut aussi la vôtre
sinon vos yeux fermeront leurs fenêtres.

Ce que j’évoque est une tourterelle.
Écoutez-la plus que vous m’écoutez.
Elle est en vous, non loin de vos colombes.
N’est-ce pas elle un jour qui me charma ?

Si j’envisage ici de vous surprendre,
je ne dis rien, je garde la surprise.
Je ne l’ai pas, c’est vous qui la portez,
elle est en vous si vous croyez en elle.

Nous le savons qu’elle existe la fée.

(Robert Sabatier)

 

Recueil: Oeuvres poétiques complètes
Traduction:
Editions: Albin Michel

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Flocon tombé (Awano Seiho)

Posted by arbrealettres sur 22 janvier 2017



loupe2

Flocon tombé
Sur ma loupe :
Goutte de rosée.

(Awano Seiho)

 

 

Posted in haïku, poésie | Tagué: , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :