Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘(Lucien Noullez)’

Du bonheur on ne sait presque rien (Lucien Noullez)

Posted by arbrealettres sur 17 novembre 2017



Illustration: Daria Petrilli
    
Du bonheur on ne sait presque rien
on voit sa nuque blanche
et parfois il tombe dans les reins d’une femme.

(Lucien Noullez)

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , | 3 Comments »

On aimerait parfois (Lucien Noullez)

Posted by arbrealettres sur 17 novembre 2017



Illustration
    
On aimerait parfois
Trouver dans la poche du soir l’enfant
qu’on a été,
qui nous regarderait
Sans complaisance et sans colère,
un peu rond de stupeur
et la bouche remplie
de brouillard blanc.

(Lucien Noullez)

 

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Il n’y a pas de preuves (Lucien Noullez)

Posted by arbrealettres sur 30 mars 2017



Il n’y a pas de preuves
et chacun se rassure;
il n’y a pas non plus de remuements.
On ne connaît pas de sourires
pas de pétillements particuliers
dans les prières
ni d’angoisse
ni de genoux calamiteux sur le marbre.
Ici
pour se déshabiller on ne demande rien.
Seulement, comment le dire, seulement
la solitude qui écarte les jambes
et qui répète il n’y a pas de preuve
il n’y a pas de maison, rien
qu’un tombeau vide
une rosée
un dos
un chalumeau peut-être
dans le ventre.

(Lucien Noullez)

Illustration: Edward Hopper

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Dans ma petite foi (Lucien Noullez)

Posted by arbrealettres sur 30 mars 2017



 

Dans ma petite foi
j’aurais voulu loger le monde.
J’aurais voulu loger les pleurs
de celles que je fais pleurer.
Et n’être rien,
pas même une lecture ou une orange.
Sur le tablier de la terre,
j’aurais voulu,
dans ma petite foi,
me laisser éplucher sans fin.

(Lucien Noullez)

 

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Il n’y a pas de bonheur (Lucien Noullez)

Posted by arbrealettres sur 6 février 2017



nager-8

Il n’y a pas de bonheur,
c’est le dieu du Bonheur
qui me l’a dit.

Il n’y a même pas de bon dieu
m’a-t-il précisé en nageant
dans la piscine de l’autre monde
où il souffle et respire,
passe sur le dos,
en cherchant les naufragés.

Il n’y a pas de bonheur,
c’est même dieu qui l’aurait dit.
Ça ressemble à une promesse,
ai-je dit à Dieu.

Il continuait à nager.

(Lucien Noullez)

Découvert ici: https://schabrieres.wordpress.com/

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Toute la plaine… (Lucien Noullez)

Posted by arbrealettres sur 14 janvier 2017



Toute la plaine…

Toute la plaine est posée là
comme une laine sur la mort.

Puis lente elle s’effacerait
ne laisserait ici que l’algue du geste

et la mémoire vibrerait encore un moment
dans la blancheur un très petit moment

l’ultime instant cardiaque.

(Lucien Noullez)

Illustration

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

J’achète un vélo (Lucien Noullez)

Posted by arbrealettres sur 15 août 2016



J’achète un vélo disait la
mourante :
les ailes sont trop chères et j’ai
perdu mon auréole en regardant
voler des soucoupes fragiles.
Voici ce qu’elle a dit,
je crois.
Je ne suis pas très sûr.
Je la regardais,
j’étais égaré dans ce paysage immense
et quand je suis rentré à bicyclette,
je crois que les rayons pleuraient.

(Lucien Noullez)

Découvert ici: https://schabrieres.wordpress.com/

Illustration:Elise Rieuf

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Mais déjà la fatigue aux reins de lilas (Lucien Noullez)

Posted by arbrealettres sur 29 mars 2016



Mais déjà la fatigue aux reins de lilas
tombe sur nous et laisse dans la cour
un voile de paroles.
C’est peut-être aujourd’hui parmi les phalènes
qu’un ange va venir annoncer le seigneur.
Il se fait au milieu des rires
une fissure imperceptible, un très léger
passage
offert au vide,
Comme si les lampes du festin,
les joutes des couverts et les éclats
de voix pouvaient ouvrir la porte
à la jeune beauté flambant dans son ivoire.

(Lucien Noullez)

Découvert ici: https://schabrieres.wordpress.com/

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Depuis longtemps, la petite tortue (Lucien Noullez)

Posted by arbrealettres sur 12 mars 2016



Depuis longtemps,
la petite tortue de l’impossible
m’implore les yeux doux.
« Voudrais-tu bien me suivre, s’il te plaît ? »
Depuis longtemps, j’ai les oreilles en berne
et je n’écoute rien.
Le vent siffle.
Depuis longtemps la petite tortue me parle
et j’ai peur.

(Lucien Noullez)

Découvert ici: https://schabrieres.wordpress.com/

Illustration

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Toute la plaine est posée là (Lucien Noullez)

Posted by arbrealettres sur 3 mars 2016



Toute la plaine est posée là
comme une laine sur la mort.

Puis lente elle s’effacerait
ne laisserait ici que l’algue du geste

et la mémoire vibrerait encore un moment
dans la blancheur un très petit moment

l’ultime instant cardiaque.

(Lucien Noullez)

Découvert ici: https://schabrieres.wordpress.com/

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :