Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘(Ludovic Janvier)’

Une poignée de monde (Ludovic Janvier)

Posted by arbrealettres sur 29 octobre 2018



 

Une poignée de monde

À supposer que les oiseaux se taisent
toujours une branche craque au bord de l’écoute

à supposer que le bois ne s’étire pas
toujours on y devine une rumeur de vent

à supposer qu’on n’entende plus le moindre souffle
dans le calme il y a toujours un bruit qui se prépare

à supposer que l’imminent demeure imperceptible
il y a ce bruit de voix que fait la pensée

à supposer que la pensée elle aussi renonce
il reste ce murmure en moi parce que je t’attends

à supposer qu’un jour je renonce à t’attendre
le silence écoutera toujours venir la fin d’attendre

(Ludovic Janvier)

Découvert chez Lara ici
 
Illustration: ArbreaPhotos

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 3 Comments »

À LA RACINE (Ludovic Janvier)

Posted by arbrealettres sur 29 octobre 2018



 

À LA RACINE

À la racine du paysage
Qui vous commence dans les yeux
À l’origine du silence
Qu’on écoute à travers la journée
Il y a cette couleur de matin
Aube est le nom d’une rivière en France

Le muet qui chante au creux du calme
Le muet qui tremble dans fontaine
Le muet qui tourne sa clé dans l’ombre
Le muet qui bouge au fond d’immobile
Le muet de rive et le muet de rivière
Le muet de pâle et le muet de clairière
Le muet qui vous écoute et le muet qui respire

Je plaisantais
C’est l’e muet que je veux dire

(Ludovic Janvier)

Découvert chez Lara ici
 
Illustration: ArbreaPhotos

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Sous ton cri (Ludovic Janvier)

Posted by arbrealettres sur 29 octobre 2018



 

Sous ton cri

Pas seulement ton cri mais le oui sous ton cri
pas seulement le oui mais le ciel sous le oui
pas seulement le ciel mais l’écho sous le ciel
pas seulement l’écho mais la nuit sous l’écho
pas seulement la nuit mais la soif sous la nuit
pas seulement la soif mais le bleu sous la soif
pas seulement le bleu mais l’ombre sous le bleu
l’ombre pas seulement mais le rire sous l’ombre
et sous le rire la campagne en plein été

(Ludovic Janvier)

Découvert chez Lara ici
Illustration: William Bouguereau

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , | 1 Comment »

Je m’acharne à croire aux mots (Ludovic Janvier)

Posted by arbrealettres sur 28 septembre 2018



 

Je m’acharne à croire aux mots, seulement voilà :
on les croit faits pour désigner les choses, or ils désignent le manque d’elles.
Leur lointain, si vous préférez. Et c’est ce lointain qui nous écarte de nous.

(Ludovic Janvier)

Découvert chez Lara ici

Illustration: Alberto Giacometti

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , | 4 Comments »

On quittera toujours la mer à reculons (Ludovic Janvier)

Posted by arbrealettres sur 29 juillet 2018



 

On quittera toujours la mer à reculons
c’est toujours le même regret
c’est la même lenteur debout
qui vous déchire d’avec le pays
chaque adieu vous retourne infiniment
chaque pas qu’on pose hors de l’eau
veut creuser jusqu’à l’eau encore

(Ludovic Janvier)

Découvert chez Lara ici
 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , | 2 Comments »

Sous ton cri (Ludovic Janvier)

Posted by arbrealettres sur 30 avril 2018



Sous ton cri

Pas seulement ton cri mais le oui sous ton cri
pas seulement le oui mais le ciel sous le oui
pas seulement le ciel mais l’écho sous le ciel
pas seulement l’écho mais la nuit sous l’écho
pas seulement la nuit mais la soif sous la nuit
pas seulement la soif mais le bleu sous la soif
pas seulement le bleu mais l’ombre sous le bleu
l’ombre pas seulement mais le rire sous l’ombre
et sous le rire la campagne en plein été

(Ludovic Janvier)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Femmes qui passent (Ludovic Janvier)

Posted by arbrealettres sur 29 avril 2018



Femmes qui passent
Femmes qui passent ne veut pas dire
qu’elles passent au large de moi
mais qu’elles passent à travers moi
regards allures et parfums
en y laissant de multiples traces
aussitôt gonflées comme un plumage
lequel tarde à se refermer

(Ludovic Janvier)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Comme un oeil (Ludovic Janvier)

Posted by arbrealettres sur 24 avril 2018



Comme un oeil

Le rien à faire à la taille du vent
les gris les rauques au silence impossible
les cris d’enfants qui dansent le départ
les vols de mouettes aux longs temples de bleu
ce temps couché dont la mer est la table
lorsque debout dans l’éternel retour
jambe tendue tu cherches à déchiffrer
comme en rêvant la figure du sable
ou pris de sel couché dans les éclats
entre le ciel et l’ombre sous les ombres
nageur tu gagnes et tu fends la fraîcheur
le corps dans l’eau comme un oeil grand ouvert

(Ludovic Janvier)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Levée de nous (Ludovic Janvier)

Posted by arbrealettres sur 8 mars 2018



Levée de nous tu quittes la chaleur
où nous étions couchés à nous tenir
d’une enjambée tu donnes à voir et tu reprends
offrant le clair de toi offrant le sombre
emportés par ton allure mais suspendus
avec l’odeur qui m’abandonne pour te suivre
nue à trois pas de l’instant qui tremble
tu poses en équilibre entre le monde et moi
souriante à caresser du geste le regret
dans l’air ténu penche-toi que je désespère
un peu plus de te voir là qui recommences
en essayant sur moi le pouvoir d’apparaître

(Ludovic Janvier)

Illustration Pierre Pelot

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , | 2 Comments »

Doucement avec l’ange (Ludovic Janvier)

Posted by arbrealettres sur 4 février 2018



Doucement avec l’ange
Pense à tes grimaces de fou entre tes murs
à ta passion d’enfant puni pour le rien faire
à la honte de ton nom la honte de parler
à tes hurlements de rage en direction du monde
à tes longs pets les soirs de contrariété
au désespoir de jamais réussir à être toi
à tous ces ratés queue en main bel étonné
aux hommes évalués d’un sale oeil tout rancune
à ton envie quelquefois de mordre en pleine chair
à tes sursauts de peur au moindre bruit dans le silence
à tes adieux de lâche aux femmes abandonnées
à tes injures en secret vers les contradicteurs
aux bestioles massacrées à tes coups de pied au chien
à tes stations devant la glace en murmurant pauvre con
alors doucement avec l’ange hein doucement

(Ludovic Janvier)


Illustration

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 2 Comments »

 
%d blogueurs aiment cette page :