Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘(Luis Mizón)’

Qui nous attache? Qui nous menace? (Luis Mizón)

Posted by arbrealettres sur 15 février 2018



Qui nous attache?
qui nous menace?
nous protège une jeune danseuse
nue
les bras levés
dans ses mains
brillent
castagnettes de coquillages
secret de cigale.

(Luis Mizón)


Illustration: Claude Prévost

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Miroir d’eau pure (Luis Mizón)

Posted by arbrealettres sur 15 février 2018



Fait seulement
de toucher et de regard
chaque nuit je vais grimper
l’habitat épars des contes.

Grillons et cigales qui brillent.
Miroir d’eau pure
où se reflète
muette
l’absence du monstre
dans son labyrinthe marin.

***

Hecho sólo
de tacto y de mirada
subiré cada noche
a1 disperso caserío de los cuentos.

Brillantes grillos y cigarras.

Espejo de agua pura
donde se refleja
niuda
la ausencia del monstruo
en su laberinto de mar.

(Luis Mizón)


Illustration

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

L’amour de la lumière (Luis Mizón)

Posted by arbrealettres sur 15 février 2018



L’amour de la lumière
nous rend transparents.

Homme et chardon amour et infortune.

Le coeur est une tache
sous les décombres de la voix rêvée.

***

El amor de la luz
nos hace transparentes.

Hombre y cardo amor y desventura.

El corazón es una mancha
bajo las ruinas de la voz soñada.

(Luis Mizón)


Illustration: Sabin Balasa

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Notre jour sera-t-il sans fin ? (Luis Mizón)

Posted by arbrealettres sur 15 février 2018



 

Notre jour sera-t-il sans fin ?
jamais n’arrivera la fin de notre étreinte ?
les archers de l’ombre se reposent
aujourd’hui leurs flèches sont
rangées dans leurs carquois
ils nous saluent de loin
un verre à la main

tendrement

un jour ils nous attendront
dans les embuscades du retour

(Luis Mizón)

Illustration: Bruno Di Maio

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Tu prétendais enlever une épine de ton pied (Luis Mizón)

Posted by arbrealettres sur 15 février 2018



tu prétendais enlever une épine
de ton pied
et tu te grattais la cheville
en me regardant
personne d’autre que moi
ne put voir
ta jupe relevée
ta cuisse
et ce que je ne dirai à personne

(Luis Mizón)

Illustration: Hélène Mahevo

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Nul ne nous contera l’histoire des corps absents (Luis Mizón)

Posted by arbrealettres sur 15 février 2018



Nul ne nous contera l’histoire
des corps absents
sinon la voix de notre corps
qui brûle
comme un ample feu de broussailles.

Frontière intime
notre vie est divination
de la voix qui dure et murmure
dans cette flamme.

***

Nadie nos contará la historia
de los cuerpos ausentes
sino la voz de nuestro propio cuerpo
que arde
como una gran fogata de maleza.

Íntima frontera
nuestra vida es adivinanza
de la voz que dura y murmura
en esta llama.

(Luis Mizón)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Ces oiseaux que tu vois voler sur le mur (Luis Mizón)

Posted by arbrealettres sur 15 février 2018



 

Ces oiseaux que tu vois voler sur le mur
ne sont que l’ombre de mes paroles
des îles
des tempêtes
des paysages éphémères
même les souvenirs d’un long voyage
apparaissent sur la pierre lisse du mur
parmi d’autres choses attirées
par le regard de la pensée

ce couple de poissons volants
qui vient de frôler ta chevelure
n’a jamais existé hors d’ici

nous n’avons pas besoin du ciel
nous n’avons pas besoin de la
neige ou de la mer
nous avons déjà allumé un feu de joie
sur la côte sauvage de notre chambre
à peine avons-nous besoin d’avoir un nom

(Luis Mizón)

Illustration

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Après chaque exil (Luis Mizón)

Posted by arbrealettres sur 15 février 2018



 

Après chaque exil
je me découvre blessé par la lumière
homme aux racines de pierre
vieux novice de caresses
jeune affamé de pommes
plus tard quand je serai enfant
moi aussi je serai feu

(Luis Mizón)

Illustration: Sandra Gunther

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Pour écrire (Luis Mizón)

Posted by arbrealettres sur 15 février 2018



 

pour écrire il nous faut de l’encre
n’importe quelle encre
et de la poussière d’or dans un sac qui fuit

[…]

je choisis mes semailles
dans le comptoir des papillons jaunes
je regarde tout mais n’achète rien
car je dois m’en aller

(Luis Mizón)

 

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Dis-moi secret de la terre (Luis Mizón)

Posted by arbrealettres sur 15 février 2018



Dis-moi
secret de la terre
flamme si douce
dis-moi cette parole
qu’on entend parfois
là où l’eau s’écoule
effaçant les rides des pierres

(Luis Mizón)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :