Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘luisante’

La mort du clown (Jan Van Nijlen)

Posted by arbrealettres sur 29 décembre 2018



La mort du clown

Je ris parce que je sais que je vis toujours
et je rirai toujours quand je ne serai plus :
l’ombre luisante laissée par l’amour
est un astre qu’on voit, bien qu’il ait disparu.

***

Ik lach omdat ik weet dat ik blijf leven,
en lachen zal als ik niet meer zal zijn :
de door de liefde nagelaten schijn
is als een ster, zichtbaar ofschoon verdwenen.

(Jan Van Nijlen)


Illustration

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

L’enfant et le tilleul (Maurice Carême)

Posted by arbrealettres sur 6 octobre 2018



 

Amy Katherine Browning  LimeTreeShade [1280x768]

L’enfant et le tilleul

Cette petite enfant croyait
– Quand elle chantait toute seule
Dans le fond du jardin –
Que personne ne l’écoutait.
Mais elle oubliait le tilleul
A qui le vent prêtait
La longue flûte verte,
Le tilleul qui se croyait seul
Lui aussi au cœur de l’été.
Et les étoiles, sur le bord
Bleu du ciel, se penchaient si fort
Pour mieux les écouter
Qu’on les voyait tomber
Toutes luisantes par milliers

(Maurice Carême)

Illustration: Amy Katherine Browning

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , | 1 Comment »

Une étoile s’est levée (Georges Bataille)

Posted by arbrealettres sur 20 juin 2017



 

Jane Whiting Chrzanoska 1948 - American painter -    (9) [1280x768]

Une étoile s’est levée
tu es je suis le vide
une étoile s’est levée
douloureuse comme le cœur

luisante comme une larme
tu siffles c’est la mort
l’étoile emplit le ciel
douloureuse comme une larme

je sais que tu n’aimes pas
mais l’étoile qui se lève
coupante comme la mort
épuise et tord le cœur

(Georges Bataille)

Illustration: Jane Whiting Chrzanoska

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

AVERSE (Francis Jammes)

Posted by arbrealettres sur 30 novembre 2016



 

Irène Landau  la pluie

AVERSE

La route luit glissante et par moments j’essuie
Ma barbe. Et mes souliers geignent saturés d’eau.
Bouffée après bouffée on voit passer la pluie,
Une maison s’efface au sommet du coteau.

(Francis Jammes)

Illustration: Irène Landau

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

La forme est close sur elle-même (Gérard Pfister)

Posted by arbrealettres sur 16 juillet 2016



La forme est close sur elle-même, et livrée de toutes parts au vide.
Jaillissante, et sans cesse retournant au néant.

Elle n’est que cet instant. Cette lumière qui la caresse.
Cette nuit qui l’habite.

Cette forme luisante et savoureuse,
il te faudra la manger pour connaître ce qu’est le fruit.
Cette peau douce et miséricordieuse,
il te faudra l’étreindre pour connaître la flamme dont elle brille.

(Gérard Pfister)

Illustration: Viviane-Josée Restieau

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :