Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘magma’

Cette femme tente de nous parler (Jean-Pierre Chambon)

Posted by arbrealettres sur 2 mars 2018



Illustration: France Mondello
    
Cette femme tente de nous parler
mais sa parole contaminée par un virus lexical
n’est plus entre ses lèvres
qu’un magma de syllabes
ainsi nous échouons à saisir
l’annonce pressante
que dans l’affolement de la langue
elle voudrait nous confier

(Jean-Pierre Chambon)

 

Recueil: Tout-venant
Traduction:
Editions: Héros-Limite

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Au jour tombant (Marie-Claire Bancquart)

Posted by arbrealettres sur 22 mai 2017




    
Au jour tombant les choses se relient

fleurs et chat, livre et lampe,
rêvent au magma primordial

vont jusqu’aux abords
de nous qui les admettons si distraitement.

Identifier notre royaume
serait pourtant la vraie urgence de nos soirs.

(Marie-Claire Bancquart)

 

Recueil: Terre Energumène
Editions: Le Castor Astral

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Qui pour prétendre (Werner Lambersy)

Posted by arbrealettres sur 18 septembre 2016



 

Qui pour
Prétendre avoir un jour
Fait l’amour
S’il ne sent pas
Le vent dans l’herbe
Qui respire
L’azur
Comme un plongeur
Livré
A l’ivresse des hauts
Fonds

L’eau de pluie
A cloche-pied dans
La marelle d’une flaque
La source
Qui éveille la montagne
Où dort le magma
Paresseux
Sous
La moustiquaire légère
Des galaxies

Qui pour prétendre
A l’amour s’il n’est pas
Le dernier arbre

Avant la porte du désert

(Werner Lambersy)

Illustration: Hartig Kopp Delaney

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Genèse (Joël Baudry)

Posted by arbrealettres sur 1 juillet 2016



Genèse

La ressemblance est profonde
entre l’herbe et la pierre
sur elles le temps est silencieux,
la mort est vécue et n’existe plus
c’est dans ce rythme que je veux habiter
— mort vécue cent fois ou mort oubliée.

La confiance de l’écriture
justement soudée au souffle des éléments.
Chercher les unités les aimer
bâtir une fierté pour être plus encore
dans le balancement rituel des choses de ce monde.

La ressemblance est complète entre l’herbe et la pierre
mais l’herbe est de mon allure d’homme
la pierre m’échappe encore
— le noyau en moi est imparfaitement immobile.
Quête.
La pierre m’échappe encore.

Qui chevauche le grand voyage
apprend l’immobilité devant la pierre
le signe y existe obligatoirement
qu’importe quoi/qui l’a tracé
qu’importe qu’il y ait eu main d’homme,
le signe existe contemplation.

Cette genèse n’est pas celle de la pierre
la pierre se fiche des six jours et du repos
elle est le magma du dessus
et du dedans elle est l’absence idéale.
Je compte les jours ma marche a besoin du repos
j’existe tellement que je puis m’anéantir.

Dans l’écriture je m’absente.
La grâce des pierres gravées
nourrit le meilleur en nous.

(Joël Baudry)

Découvert ici: http://revuedepoesie.blog.lemonde.fr/

Illustration

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :