Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘magnolia’

Les nuages passent (Sho Hayashi)

Posted by arbrealettres sur 17 octobre 2017



Les nuages passent —
La blancheur du magnolia
est à son comble

(Sho Hayashi)

Illustration

 

 

Posted in haïku, poésie | Tagué: , , , , | Leave a Comment »

Vers la pleine lune (Kunio Sato)

Posted by arbrealettres sur 17 octobre 2017



Vers la pleine lune,
le halo
des magnolias blancs

(Kunio Sato)

 

 

 

Posted in haïku, poésie | Tagué: , , , , | Leave a Comment »

Le ciel s’obscurcit (Yoshio Negishi)

Posted by arbrealettres sur 17 octobre 2017



feuille de magnolia1

Le ciel s’obscurcit.
À l’instant, une feuille de magnolia
tombe dans le vide

(Yoshio Negishi)

 

 

Posted in haïku, poésie | Tagué: , , , , , , , | Leave a Comment »

Le Désert (Louise Colet)

Posted by arbrealettres sur 15 octobre 2017



Illustration: Douanier Rousseau

    

Le Désert

Le désert ! le désert dans son immensité,
Avec sa grande voix, sa sauvage beauté ;
Ses pics touchant les deux, ses savanes, ses ondes,
Cataractes roulant sous des forêts profondes ;
Ses mille bruits, ses cris, ses sourds rugissements,
Gigantesque concert de tous les éléments !

Le désert ! le désert ! quand l’aube orientale
Se lève, et fait briller les trésors qu’il étale :
Quand du magnolia le bouton parfumé
S’ouvre sous les baisers de quelque insecte aimé ;
Quand la liane en fleurs, odorant labyrinthe,
Enlace le palmier d’une amoureuse étreinte ;
Et que, s’éjouissant sous ces légers lambris,
Escarboucles vivants chantent les colibris !

Le désert d’Amérique avec toutes ses grâces,
Lorsque d’aucun mortel il ne gardait les traces,
Et qu’avec ses grands bois, ses eaux, ses mines d’or
Aux regards de Colomb il s’offrit vierge encore.

Ah ! qui ne la rêva cette belle nature ;
Qui n’eût voulu quitter ce monde d’imposture,
Ce monde où tout grand cœur finit par s’avilir,
Pour courir au désert, vivant, s’ensevelir ?
Pour chercher dans l’Éden de Paul et Virginie
L’ineffable bonheur que la terre dénie,
Vœu de paix et d’amour par chaque cœur conçu,
Et qui s’évanouit, hélas! toujours déçu !

Voilà souvent quel est mon rêve
Dans ces instants d’ennui profond.
Où le désespoir comme un glaive
Reste suspendu sur mon front.

Le désert, le désert m’appelle,
Pourquoi ces chaînes à mes pas ?
Oiseaux voyageurs, sur votre aile
Pourquoi ne m’emportez-vous pas ?

Il faut à mon âme engourdie
Un nouveau monde à parcourir ;
Il faut une sphère agrandie
Au poète qui va mourir !…

(Louise Colet)

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Notre arbre est-il le lotus (Hilda Doolittle)

Posted by arbrealettres sur 3 juillet 2017



Lotus_Tree_by_panjer [800x600]

Les murs ne tombent pas
[27]

Notre arbre est-il le lotus
du bosquet de lotus,

le rêve
grisant, somnolent du lourd magnolia ?

ou le pommier grenat
dont le nom décore des sonnets,

mais soit acide soit trop mûr,
parfait pour l’instant seulement ?

de toutes les floraisons du bois,
sommes-nous amandier sauvage ou cerisier d’hiver ?

sommes-nous pin ou sapin,
sentinelle, solitaire ?

ou cyprès,
fragrant-arbutus ?

***

Is ours lotus-tree
from the lotus-grove,

magnolia’s heavy, heady, sleepy
dream?

or pomegranate
whose name decorates sonnets,

but either acid or over-ripe,
perfect only for the moment?

of all the flowering of the wood,
are we wild-almond, winter-cherry?

or are we pine or fir,
sentinel, solitary?

or cypress,
arbutus-fragrant?

(Hilda Doolittle)

Illustration

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Le magnolia nu (Marie-Anne Bruch)

Posted by arbrealettres sur 21 avril 2017



Le magnolia nu
toutes ses fleurs à ses pieds
– effeuillage d’avril.

(Marie-Anne Bruch)

Découvert ici: http://laboucheaoreilles.wordpress.com/

 

Posted in haïku, poésie | Tagué: , , , , , , | Leave a Comment »

La Vierge au Tapis (Renée Vivien)

Posted by arbrealettres sur 11 avril 2017



La Vierge au Tapis

PALE et mélancolique ainsi qu’une malade,
Un tapis fondu languit sous tes pieds.
— Plus majestueux qu’un temple de jade,
Les magnolias et les tulipiers
Ont laissé pleuvoir la nuit de leur voûte. —
Tramé dans un soir aux bleus inconnus
Par de brunes mains que l’été veloute,
Un fragile tapis languit sous tes pieds nus.

Le tapis déployé sous tes pieds de malade
Déroule ses plis fanés, mariant
L’ombre d’une rose ou d’une grenade
Sanglante, à des blancs lépreux d’Orient.
Et ses verts d’eau morte et de pré funèbre
S’éteignent, plus doux qu’un rêve terni,
Tandis que l’automne exalte et célèbre
Monna Lisa souriant à San Giovanni.

(Renée Vivien)

Illustration: Charles Zacharie Landelle

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

La buse trempée (Richard Wright)

Posted by arbrealettres sur 10 avril 2017



 

La buse trempée
Sur les magnolias qui gouttent
Au soleil couchant.

***

A rain-wet buzzard
Amid dripping magnolias
In the setting sun.

(Richard Wright)

 

 

Posted in haïku, poésie | Tagué: , , , , , , | Leave a Comment »

Des gouttes de pluie (Richard Wright)

Posted by arbrealettres sur 10 avril 2017



pluie magnolias [1280x768]

Des gouttes de pluie
Courbent les magnolias roses
Au soleil couchant.

***

Raindrops are tilting
Pink from magnolias
In the setting sun.

(Richard Wright)

Illustration

 

Posted in haïku, poésie | Tagué: , , , , , , , | Leave a Comment »

On entend à peine (Richard Wright)

Posted by arbrealettres sur 28 novembre 2016



magnolia [1280x768]

On entend à peine
Les magnolias sous la lune ;
Nuit paisible et chaude.

***

Softer than sound,
The moon-struck magnolias
On a still hot night.

(Richard Wright)

Illustration

 

 

Posted in haïku, poésie | Tagué: , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :