Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘mains’

DÉFONCEMENT (Alejandra Pizarnik)

Posted by arbrealettres sur 12 novembre 2018




DÉFONCEMENT

Quelqu’un a voulu ouvrir une porte.
Ses mains font mal,
agrippées à leur prison d’os de mauvais augure.
La nuit entière s’est débattue contre sa nouvelle ombre.
Il a plu dans le petit matin et on martelait avec des éperons.
L’enfance implore depuis mes nuits de crypte.
La musique émet des couleurs ingénues.
Des oiseaux gris au jour naissant sont à la fenêtre
Close ce que mon poème est à mes maux.

(Alejandra Pizarnik)

Illustration: Jan Nieuwenhuys

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Comment ? (Jean-Claude Renard)

Posted by arbrealettres sur 28 septembre 2018



Comment voir
ce que les yeux ne voient pas?

Comment faire
ce que les mains ne font pas?

Comment être
ce que les choses ne sont pas?

Comment dire
ce que les mots ne disent pas?

(Jean-Claude Renard)

 

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , | Leave a Comment »

A DES OISEAUX (Gilles Vigneault)

Posted by arbrealettres sur 23 septembre 2018



 

An He

A DES OISEAUX

A des oiseaux d’ailleurs à des roses nouvelles
Ma mie allez conter de la lèvre et du doigt
Quelles sont mes chansons et quel est mon patois
Quand je cause de vous au temps qui nous nivelle

Il est temps que vos mains et votre voix révèlent
A des roses d’ailleurs, aux oiseaux de ces bois
Caresses de mes mains et chansons de ma voix
Avant que la rumeur ou le vent ne s’en mêlent

Contez que vous aimez et si cela n’est point
Assez pour que les fleurs se fanent un peu moins
Et pour que les oiseaux viennent sur votre épaule

Dites-leur le secret des âmes qui se frôlent
Et les oiseaux iront dans les jeux du matin
Fêter la rose neuve et l’automne au jardin

(Gilles Vigneault)

Illustration: An He

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Proverbe sans fin (André Frédérique)

Posted by arbrealettres sur 20 septembre 2018



Proverbe sans fin

Manger du bleu boire du gris
Font les couleurs de l’âme pâle
Couler des jours couler des nuits
Comme à travers ses mains le sable

(André Frédérique)


Illustration

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

LES MAINS (Pierre Morhange)

Posted by arbrealettres sur 28 août 2018



Nos deux mains
Se serraient bien
Dans ma poche de manteau

Nos deux paumes
S’aimaient bien
Le dessus de chaque main
Ressentait la laine

Que nos mains se connaissaient bien
Dans la nuit de ma poche
Bien ensemble à l’abri
Avec de petites farces

Les passants se doutaient bien
Que nos mains s’aimaient bien
Se cachaient se touchaient
Et eux rien

Ils voyaient à nos yeux à nos nez
Ce que faisaient nos mains
Et nos mains s’enroulaient
S’endormaient
Et nos corps marchaient

On se touchait
Tout à fait
Et c’était parfait
Nos mains nous suffisaient
On pouvait s’y retirer
S’y savoir s’abreuver
L’essentiel c’est se toucher

Quand nos corps se promenaient
Nos deux mains se tenaient
Nos deux corps séparés
Par nos mains se touchaient

(Pierre Morhange)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 6 Comments »

Le voyage de mon cœur (Joël Disez)

Posted by arbrealettres sur 2 juin 2018


Aujourd’hui, comme hier,
comme avant-hier,
comme toujours,
je marche jusqu’à la barrière de ta maison.
Je vois, toute blanche,
la chanson fleurie de ton bonheur
en une farandole de parterres.
Mon cœur amoureux
se faufile à travers les buissons.
Zigzaguant d’un souffle heureux,
il parvient près de la fenêtre ouverte.
Là, attentif un instant à la chaleur de cet écrin,
il contemple, penaud, le décor de ta vie:
les tentures suaves aux couleurs d’automne,
les tapisseries fleuries et les vases en offrandes d’effluves.
Puis mon cœur s’immisce jusqu’à l’antre de vie.
Tu ne le vois pas, affairée que tu es au partage du repas.
Alors, tout doucement, il se loge dans un coin de la cuisine,
attiré, subjugué par toutes les senteurs paisibles
qui virevoltent dans la pièce.
Il te contemple.
Toi tu ne le vois pas.
Il te regarde longtemps, longtemps.
S’enivrant de ton parfum,
il accroche de multiples soupirs de bonheur
à chacun de tes gestes, pensant, naïf,
que tous ces papillons invisibles
t’étourdiront de leurs ailes magiques,
décidant ainsi ton regard cruel à plus de tendresse à son égard.
Il dépose en l’intimité de tes mains,
ses envies de caresses, parsème ta longue chevelure d’étoiles pailletées
afin de se perdre en une nuit étoilée.
Il orne ta gorge d’un collier de murmures puis,
en rougissant, dessine au creux de tes reins ses offrandes de désirs.
Il t’entend alors chanter une futile comptine,
bercé par la douce mélodie de ta voix de laine,
il bat le rythme de la mélopée
de ses palpitations enfantines.
Mon cœur gorgé de tendresse,
les larmes de son amour au bord des lèvres,
se prend à crier, à hurler sa détresse,

lorsque la porte s’ouvre et que ton mari entre.

(Joël Disez)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

LA CARESSE (Paul Valéry)

Posted by arbrealettres sur 22 mai 2018



 

LA CARESSE

Mes chaudes mains, baigne-les
Dans les tiennes…. Rien ne calme
Comme d’amour ondulés
Les passages d’une palme.

Tout familiers qu’ils me sont,
Tes anneaux à longues pierres
Se fondent dans le frisson
Qui fait clore les paupières

Et le mal s’étale, tant,
Comme une dalle est polie,
Une caresse l’étend
Jusqu’à la mélancolie.

(Paul Valéry)

Illustration: Bénédicte Pontet

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Et je m’écoute (Henri Meschonnic)

Posted by arbrealettres sur 2 mai 2018


silence_by_donjuki

et je m’écoute
mot par mot
de plus en plus bas pour aller
de plus en plus loin silence
en mettant de plus en plus
ce silence après mot
parce que plus il y a de
silence dans un mot plus il
va loin sous le bruit des langues
ces mots-là on les retrouve
des années silence
après
tant qu’on ne sait plus même d’où
ils viennent
qui
ils nous apportent
pourtant c’est là que nos mains
retrouvent
le temps en nous

(Henri Meschonnic)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , | 2 Comments »

À de certains moments (Guillevic)

Posted by arbrealettres sur 8 mars 2018



À de certains moments,
C’est tant de mains
Que tu voudras saisir

Pour les caresser toutes.

(Guillevic)

Posted in poésie | Tagué: , , , , | 1 Comment »

Union dans la nature (Jean-Baptiste Besnard)

Posted by arbrealettres sur 18 janvier 2018



Union dans la nature

Le vent se glisse dans tes cheveux
Qui conservent leur ordonnance
Le temps coule entre tes doigts
Sans les dessécher

Nous sommes notre propre nourriture
Nos corps se cherchent
Et il suffit que nos mains se joignent
Pour partager la pluie et le soleil
Et découvrir le plaisir

Nous allons au pied des grands arbres
Voir s’agiter les feuillages
Et tandis que la nuit nous unit
Ta voix apprivoise mes rêves
Et l’ombre de ta bouche se fait chair.

(Jean-Baptiste Besnard)


Illustration: Gaëlle Boissonnard

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :