Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘mains’

Jadis la nuit s’armait d’épouvantables mains (Jean Joubert)

Posted by arbrealettres sur 27 août 2017



Jadis la nuit s’armait d’épouvantables mains.
La géante couvrait le dormeur replié
comme ces morts rendus aux matrices pierreuses.

Voyage souterrain,
longue errance que clôt l’offrande d’une torche.

(Jean Joubert)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , | 2 Comments »

Des mains (Tahar Ben Jelloun)

Posted by arbrealettres sur 5 août 2017



Des mains creusées par la terre
se sont dressées
avant de devenir cendre
lumineuses parmi les racines
elles protègent le corps
déposé par le fleuve.

(Tahar Ben Jelloun)

Illustration: Rodin par Jacques

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

ÉVANGILE (Mathieu Bénézet)

Posted by arbrealettres sur 4 août 2017



Illustration: Florian Mermin
    
ÉVANGILE

j’ai creusé le sable pour y chercher une lave
de mes mains saillantes de veines
pour y chercher la nuit
j’ai porté le sable à mes yeux
il brûla les paupières
une lumière aux mains de sable enserra
mes tempes
j’ai creusé le sable où se brisèrent mes ongles
pour y chercher un sang

(Mathieu Bénézet)

 

Recueil: … Et nous apprîmes
Editions: Flammarion

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

L’Hiver (Jean Joubert)

Posted by arbrealettres sur 16 juillet 2017



L’Hiver

Mains de vieillards dans les jardins,
longues perspectives d’ossements,
clous maigres rivant au ciel
les dernières fumées:
l’hiver te blessait.
Tu appelais la neige,
non pas le vent, le soleil ou la pluie,
mais la neige brûlante
qui vint vêtir ta gorge et tes paupières.

Dans la tiédeur des serres
couvées par ce sommeil de plumes,
la lumière se fit plus blanche.

C’est alors que s’ouvrit
le sexe fauve et noir de la grande orchidée.

(Jean Joubert)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Je redoutais la transparence de mes mains (Jean Joubert)

Posted by arbrealettres sur 10 juillet 2017



Notre mémoire s’allégeait.
Bientôt je redoutai sa transparence,
et que nos corps assaillis de lumière
ne fussent plus dans ces gouffres de verre
que silence et geste sans ombre.
Le jour nous dominait. Seule la voix
du jour tonnait sur les sommets déserts.
Je redoutais la transparence de mes mains,
de tes épaules sous mes mains,
la transparence de la bouche et du regard
pareillement lavés des signes végétaux.

(Jean Joubert)

Illustration: Fabienne Contat

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 2 Comments »

Bien sûr (Jean Joubert)

Posted by arbrealettres sur 7 juillet 2017



Bien sûr veille au bout du chemin
la grande bête rageuse.
Bien sûr dans la nuit tâtonnante
elle finira par trouver
le défaut de notre coeur.
Alors nous entrerons dans le domaine creux,
sans ombre ni mémoire
– ni toi ni moi, mais longue et froide transparence.

Vite, serrons entre nos mains nos visages,
l’impatience et la chaleur du sang.

(Jean Joubert)


Illustration: William Bouguereau

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

L’Amoureuse (Jean Joubert)

Posted by arbrealettres sur 27 juin 2017



L’Amoureuse

Elle a des mains, des seins de glaise,
des gestes d’orge sous le vent,
un ventre d’ombre et de fougère
et une bouche à hauteur d’homme.

Elle gémit, elle m’appelle: amant,
et joue avec mes cils, elle sourit en pleurant.

Son toit est le plus pauvre, sa robe déchirée,
mais la clarté se plaît à son visage.

Elle dit: reste! elle dit: nous,
elle dit: pomme, amour, enfant.

Lorsque je pars, elle a ce geste lent
comme d’oiseau qui s’arrache à la terre.

(Jean Joubert)


Illustration: Fabienne Contat

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Mes mains se fermant dans leur ombre (Robert Ganzo)

Posted by arbrealettres sur 30 mai 2017



Mes mains se fermant dans leur ombre
ont arraché des coeurs d’oiseaux
pour les jeter dans vos réseaux,
imagination sans nombre.
Folles! Je vous aurai nourries
de ceux qui m’attendaient tués,
et que voici ressuscités
dans l’air tremblant d’autres prairies.

(Robert Ganzo)

Illustration: Michel Ogier

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Il est des mains (Rabah Belamri)

Posted by arbrealettres sur 13 mai 2017



il est des mains
si mangées par l’ombre
qu’elles ont oublié la prière des étoiles
il est des pierres
habitées par une rumeur d’herbe
qui attendent la pluie
il est un poème
plus vaste que la Nuit du Destin

(Rabah Belamri)

Illustration

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , | 2 Comments »

Les feux de ronces (Jean Joubert)

Posted by arbrealettres sur 13 avril 2017



Les feux de ronces qui tremblaient dans la poussière,
tirant de l’ombre une forêt de chevelures
où des bouches voilées s’entrouvrent et murmurent,
dès que le vent faiblit se fondent dans la terre.

Et vous, filles de ronce et cendres du matin
dont s’offrirent un jour les lèvres, le visage
et le corps étonné aux flammes du carnage,
la nuit de mort déjà s’est couchée sur vos seins.

A peine si je sens votre passage, à peine
si je retrouve en songe votre voix et si
mes mains savent encor le contour attiédi,
après ce grave amour, de votre hanche vaine.

La pluie vous mêle et vous éteint. Il ne demeure
sur la plaine déserte où vous fûtes brasier
– chacune se rêvant flamme d’éternité –
qu’une confuse nuit pleine de vos rumeurs.

(Jean Joubert)

Illustration: Sabin Balasa

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 1 Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :