Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘manivelle’

Plaie (Antoine Emaz)

Posted by arbrealettres sur 29 avril 2018



Plaie

les heures passent
à la manivelle
au hachoir
on les force à passer

sans rien faire
l’horloge resterait bloquée
avec ses poids
au bout de leurs cordes
et le gros balancier de cuivre
immobile
arrêté
ce jour-là

ce lieu mental
attire
dès qu’on s’en approche

comment
désactiver

on pourrait partir loin
cela ne changerait rien

il faut remettre en état
la tête
absorber
le choc

ensuite seulement on pourra voir peut-être
s’il y a du ciel plus bleu et pas d’hiver
ailleurs

(Antoine Emaz)

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

En sortant de l’école (Jacques Prévert)

Posted by arbrealettres sur 10 mars 2018



En sortant de l’école
Nous avons rencontré
Un grand chemin de fer
Qui nous a emmenés
Tout autour de la terre
Dans un wagon doré
Tout autour de la terre
Nous avons rencontré
La mer qui se promenait
Avec tous ses coquillages
Ses îles parfumées
Et puis ses beaux naufrages
Et ses saumons fumés

Au-dessus de la mer
Nous avons rencontré
La lune et les étoiles
Sur un bateau à voiles
Partant pour le Japon
Et les trois mousquetaires des cinq doigts de la main
Tournant la manivelle d’un petit sous-marin
Plongeant au fond des mers
Pour chercher des oursins

Revenant sur la terre
Nous avons rencontré
Sur la voie de chemin de fer
Une maison qui fuyait
Fuyait tout autour de la terre
Fuyait tout autour de la mer
Fuyait devant l’hiver
Qui voulait l’attraper

mais nous sur notre chemin de fer
On s’est mis à rouler
Rouler derrière l’hiver
Et on l’a écrasé
Et la maison s’est arrêtée
Et le printemps nous a salués

C’était lui le garde-barrière
Et il nous a bien remerciés
Et toutes les fleurs de toute la terre
Soudain se sont mises à pousser

Pousser à tort et à travers
Sur la voie du chemin de fer
Qui ne voulait plus avancer
De peur de les abîmer

Alors on est revenus à pied
A pied tout autour de la terre
A pied tout autour de la mer
Tout autour du soleil
De la lune et des étoiles
A pied à cheval en voiture et en bateau à voiles

(Jacques Prévert)

Illustration

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Peut-on véhiculer un savoir qu’on n’a pas éprouvé ? (Lorine Niedecker)

Posted by arbrealettres sur 29 novembre 2016



Peut-on véhiculer un savoir qu’on n’a pas éprouvé ?
mais si c’est le transport le problème –
trouve un boulot me disent-ils et achète-toi
une automobile – j’aime autant réunir les pièces
au fur et à mesure : chaise, bureau, maison
et Shakespeare pour manivelle.
Paul, petit moteur, l’amour se porte
si on le tient.

***

Can knowledge be conveyed that isn’t felt?
But if transport’s the problem –
they tell me get a job and earn yourself
an automobile-I’d rather collect my parts
as I go: chair, desk, house
and crankshaft Shakespeare.
Generator boy, Paul, love is carried
if it’s held.

(Lorine Niedecker)

 

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Ma mère (Georges Libbrecht)

Posted by arbrealettres sur 29 mai 2016


 


orgue de barbarie

 

Ma mère sainte des besognes
et qui n’êtes plus parmi nous
vous souvient-il du petit sou
dont je me privais pour que l’homme
plus triste, pauvre et mal debout
tournât pour vous la manivelle ?

(Georges Libbrecht)

Illustration

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , | Leave a Comment »

AVANT QUE… (Maurice Fombeure)

Posted by arbrealettres sur 4 novembre 2015



AVANT QUE…

Avant que d’entendre
Dicter l’Ananké
« Ton gracieux et tendre
Fredon m’eût manqué »

Précise musette
D’instruments anciens
De casseurs d’assiettes
Butors musiciens

J’aime aussi la vielle
D’essaims en fredon
Quand nous manivelle
Son gracieux bourdon

Bourdon ou fredon
C’est tout un ma belle
C’est le rigaudon
Don qui nous appelle

Quand sous les guirlandes
De Noël en Mai
L’amour se demande
Que doit-il aimer ?

« Ton gracieux et tendre
Fredon m’eût manqué… »
Il suffit d’attendre
Voici l’Ananké.

Quand le cri des grives
Nous verra courir.
Ah, que j’en écrive
Avant d’en mourir !

(Maurice Fombeure)

Illustration

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :