Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘manque’

Manque (René Char)

Posted by arbrealettres sur 13 juin 2019



 

Emil Holarek  -Eva-Sundefall_ShiftN [1280x768]

Combien durera ce manque de l’homme
mourant au centre de la création
parce que la création
l’a congédié?

(René Char)

Illustration: Emil Holarek

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , | Leave a Comment »

L’lNTIME ABSOLU (Rabindranath Tagore)

Posted by arbrealettres sur 6 juin 2019



    
L’lNTIME ABSOLU
Antaratama

L’objet de mon désir que je poursuivais
divaguant
n’était que peu de chose.
J’arpentais le désert —
ce qu’y cherchait mon coeur altéré
n’était ni or ni diamant,
rien qu’un peu d’eau au creux des mains
rien qu’une ombre sous les palmes d’une source
pour un instant.
Ce rien réconcilie la mort et la vie,
ce rien délasse la fatigue du chemin.

Au marché où l’air n’est que bruit
et poussière
entendre quelques notes d’un chant
est entre tout rarissime et pourtant
ce n’est que peu de chose.

C’est comme une averse éphémère
au passage imprévu d’un nuage
qu’attend la terre aride
en fin de baishakha brûlant,
comme une douce main qui réveille
d’un cauchemar suffocant.

C’est si peu de chose et pourtant
que son manque m’accable
et mon coeur inconsolable
le recherche éperdument.

Il était d’impossibles rêves
que je poursuivis et fis miens
mais que je désertai
en passant.

Le trésor qu’on ne sent que sourdre
dans ses veines,
qui fait la trame des songes,
qui siège au coeur du mouvement,
qui ne laisse d’épigraphe
ni de gloire ni de mémoire
sur écriteau de pierre ;

dans l’étoile du soir de phâlguna
s’inscrit son histoire,
son langage seule ma flûte le connaît —
ce don au tréfonds de ma vie fusionné
qui fut au-delà de mon espérance,
pour qui je ne bâtis aucune maison,
qui hors pesanteur reste dérobé à la vision,

c’est sa douleur qui emplit
mon être tout entier
c’est sa nostalgie
qui fait mon univers.

(Rabindranath Tagore)

 

Recueil: L’écrin vert
Traduction: Saraju Gita Banerjee
Editions: Gallimard

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Le froid est la couleur du manque (Jacques Sojcher)

Posted by arbrealettres sur 23 mars 2019




    
Le froid est la couleur
du manque.
Tu remplis le vide
d’images
qui donnent une hébétude.
L’autre est la présence
du leurre.

(Jacques Sojcher)

 

Recueil: L’idée du manque
Traduction:
Editions: Fata Morgana

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Le manque (Jacques Sojcher)

Posted by arbrealettres sur 23 mars 2019




    
Le manque n’est pas une idée.
L’oubli fait du visage une image.
C’est une joie sans retour.
Une prière sans Dieu.

(Jacques Sojcher)

 

Recueil: L’idée du manque
Traduction:
Editions: Fata Morgana

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Il y a un nom perdu (Roberto Juarroz)

Posted by arbrealettres sur 15 mars 2019




    
Il y a un nom perdu.

Nous ne savons pas s’il a toujours été perdu,
une seconde après avoir été prononcé
ou peut-être déjà d’avant.

Nous ne savons pas si quelqu’un l’a caché
et oublia l’endroit,
ou si l’endroit disparut de lui-même.

Nous ne savons pas s’il fut peut-être retiré
du flux furtif des noms
afin de préserver une anomie
indispensable dans l’ouvert.

Nous ne savons pas si la futilité de l’homme
le laissa choir
comme un déchet supplémentaire
dans la pente générale des déchets.

Mais maintenant il nous manque.
Non pour désigner ceci ou cela
parmi tant de choses qui n’ont pas de nom.

Son manque nous affecte plus au fond :
le nom perdu
fracture les noms du reste des choses.

Le nom perdu
creuse petit à petit les autres noms
et nous abandonne dans ce presque unanime désert de mots,
où le vent de la nuit
change de place tous les lieux.

Le vent de la nuit
ou une topographique vengeance de l’abîme.

De sorte que la perte d’un nom
nous a fait perdre tous les noms.

***

Hay un nombre perdido.

No sabemos si estuvo siempre perdido,
desde un segundo después de articulado
o quizá desde antes.

No sabemos si alguien lo ocultó
y olvidó el lugar
o si el lugar desapareció por si mismo.

No sabemos si tal vez fue retirado
del flujo furtivo de los nombres
para preservar una anomia
imprescindible en lo abierto.

No sabemos si la trivialidad del hombre
dejó que se cayera
como un desecho mas
en el declive general de los desechos.

Pero ahora lo extrañamos.
No para designar esto o aquello
entre tantas cosas que no tienen nombre.

Su falta nos afecta más adentro:
el nombre perdido
fractura los nombres de todas las otras cosas.

El nombre perdido
ahueca poco a poco todos los otros nombres
y nos deja abandonados en este casi un
unánime desierto de palabras,
donde el viento de la noche
cambia de sitio todos los lugares.

El viento de la noche
o una topográfica venganza del abismo.

Así el extravío de un nombre
nos ha hecho perder todos los nombres.

(Roberto Juarroz)

 

Recueil: Quatorzième poésie verticale
Traduction: Sivia Baron Supervielle
Editions: José Corti

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

J’ai un oiseau noir (Roberto Juarroz)

Posted by arbrealettres sur 5 mars 2019



Illustration: Georges Braque
    
J’ai un oiseau noir
pour qu’il vole de nuit.
Et pour qu’il vole de jour
j’ai un oiseau vide.

Mais j’ai découvert
que les deux se sont mis d’accord
pour occuper le même nid,
la même solitude.

C’est pourquoi, parfois,
je leur ôte ce nid,
pour voir ce qu’ils font
quand leur manque le retour.

Ainsi j’ai appris
un incroyable dessin :
le vol sans conditions
dans l’absolument ouvert.

(Roberto Juarroz)

 

Recueil: Nouvelle Poésie Verticale
Traduction: Roger Munier
Editions: Lettres Vives

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Voilette (Emily Dickinson)

Posted by arbrealettres sur 21 décembre 2018


voilette

Un Charme pare un visage
Visible à demi –
La Dame n’ose lever sa Voilette
De peur qu’il se dissipe –

Mais regarde au travers des Mailles –
Désire – et se refuse –
Craignant que l’Entrevue – n’annule un manque
Que l’Image – assouvit –

(Emily Dickinson)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , | 2 Comments »

Les Opposés – attirent – (Emily Dickinson)

Posted by arbrealettres sur 21 décembre 2018


laforceetladouceurnc4

Les Opposés – attirent –
Le Difforme – rêve à la Grâce –
Le Loqueteux – au Feu clair –
Au Jour – l’Agonisant –

Pour l’Aveugle – voir –
Est un Bien qui comble –
Pour le Captif – c’est un nouveau joug –
Espérer – est jeu – de Gueux –

Le manque – Te rend amoureux –
Bien que le Dieu –
Ne soit
Que Moi –

(Emily Dickinson)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

De la lumière, quelqu’un attend (Morten Nielsen)

Posted by arbrealettres sur 1 décembre 2018




    
De la lumière, quelqu’un attend —

De la lumière quelqu’un attend.
mais mon attente n’a pas encore pris fin.
Si je t’offrais à présent mes mains,
elles seraient vides.

À travers la pluie, la lumière de l’espace
tombe à fines gouttes sur mon visage —
mais tous les sens se tournent à nouveau
vers les cris d’une voix.

Elle crie — elle gémit, et ta lumière
a disparu à travers la pluie.
Je dois encore rester seul avec un manque
que je n’ai pas vaincu.

De la lumière, quelqu’un attend.
Je suis seul avec une voix dans le vide.
Il serait cruel de venir vers toi qui attends
avant que mon attente ait pris fin.

***

Der er Lys og nogen venter —

Der er Lys, og nogen venter.
Men min Ventetid er endnu ikke omme.
Hvis jeg gav dig mine Hænder nu,
var de tomme.

Ud igennem Regnen falder
paa mit Ansigt Rummets Lys i fine Draaber —
men saa vender aile Sanser si paany
mod en Rost der raaber.

Og den raaber — og den jamrer,
og dit Lys igennem Regnen er forsvundet.
Jeg maa endnu være ene med et Savn,
som jeg ikke har forvundet.

Det er Lys, og nogen venter.
Jeg er ene med en Stemme i det tomme.
Det var ondt mod dig, der venter, huis jeg kom,
for min Ventetid er omme.

(Morten Nielsen)

 

Recueil: Guerriers sans armes Krigere uden vaaben
Traduction: Pierre Grouix
Editions: Grèges

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Privilégie (Pierre Oster)

Posted by arbrealettres sur 25 octobre 2018



Illustration
    
Privilégie le manque absolu
qui te permet d’intérioriser, dans le dénuement,
les forces dont tu es la résultante.

(Pierre Oster)

 

Recueil: Paysage du Tout
Traduction:
Editions: Gallimard

Posted in méditations | Tagué: , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :