Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘(Marcel Thiry)’

Et les femmes sont si belles (Marcel Thiry)

Posted by arbrealettres sur 7 mai 2018



Et les femmes sont si belles
Et les femmes sont si belles
Et les seins sous les dentelles
Si gonflés de vérité,
Et les mains si pardonneuses
Et les bouches si donneuses
De tels dons d’éternité,
Et l’été, sous les ombrelles,
Dans les prés, dans les ombelles,
Les bras nus ont de si belles
Si donneuses nudités,
Et les femmes sont si belles
Et les femmes sont si belles…

(Marcel Thiry)

Illustration: Andrzej Malinowski

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Toi qui pâlis au nom de Vancouver (Marcel Thiry)

Posted by arbrealettres sur 18 septembre 2017



Illustration: Edward Hopper
    
Toi qui pâlis au nom de Vancouver,
Tu n’as pourtant fait qu’un banal voyage;
Tu n’as pas vu la Croix du Sud, le vert
Des perroquets ni le soleil sauvage.

Tu t’embarquas à bord de maint steamers,
Nul sous-marin ne t’a voulu naufrage;
Sans grand éclat tu servis sous Stürmer,
Pour déserter tu fus toujours trop sage.

Mais qu’il suffise à ton retour chagrin
D’avoir été ce soldat pérégrin
Sur les trottoirs des villes inconnues,

Et, seul, un soir, dans un bar de Broadway,
D’avoir aimé les grâces Greenaway
D’une Allemande aux mains savamment nues.

(Marcel Thiry)

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

La Mer de la Tranquillité (Marcel Thiry)

Posted by arbrealettres sur 14 février 2017



mer-de-la-tranquillité [800x600]

La Mer de la Tranquillité, c’est dans la lune,
Le nom, rien que le nom pour suffire à l’extase…

(Marcel Thiry)

Illustration

 

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , | 2 Comments »

TRISTESSE DES ÎLES (Marcel Thiry)

Posted by arbrealettres sur 2 juin 2016



 

TRISTESSE DES ÎLES

J’ai attaché tant de rêves
A des mâtures partantes,
Et je regrette la rive,
La dune où la cloche tinte.

Voici l’azur sur la grève
Et les palmes éclatantes ;
Je pense au pays des grives
Dans les brumes indistinctes.

Je pense à la douce pluie,
Je touche la douce plaie
De me rappeler la plage

Où le vol palpite et crie
Des grands goélands de craie
Sur les émouvants nuages.

(Marcel Thiry)

Illustration: ArbreaPhotos
 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :