Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘(Marguerite Yourcenar)’

Beauté des instantanés qui fixent l’image de l’eau jaillissante (Marguerite Yourcenar)

Posted by arbrealettres sur 20 septembre 2017



Beauté des instantanés qui fixent l’image de l’eau jaillissante,
fusant hors d’elle-même, rebondissant vers le haut,
comme la gerbe d’écume d’une vague fracassée au bord d’un rocher.
La vague morte engendre ce grand fantôme blanc qui dans un instant ne sera plus.
L’espace d’un déclic, l’eau pesante monte comme une fumée, comme une vapeur, comme une âme.

(Marguerite Yourcenar)

Découvert ici chez Lecture/Ecriture

 
Illustration: ArbreaPhotos
 

 

<a href= »http://arbreaphotos.wordpress.com »>Illustration: ArbreaPhotos</a>

Publicités

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , | 3 Comments »

La vie passée… (Marguerite Yourcenar)

Posted by arbrealettres sur 3 décembre 2016



La vie passée…

La vie passée est une feuille sèche, craquelée,
sans sève ni chlorophylle, criblée de trous, éraillée de déchirures,
qui, mise à contre-jour, offre tout au plus le réseau squelettique de ses nervures minces et cassantes.
Il faut certains efforts pour lui rendre son aspect charnu et vert de feuille fraîche,
pour restituer aux événements ou aux incidents cette plénitude
qui comble ceux qui les vivent et les garde d’imaginer autre chose.

(Marguerite Yourcenar)

Illustration

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , | 2 Comments »

Marie (Marguerite Yourcenar)

Posted by arbrealettres sur 25 juillet 2015


marie_noeuds

Et Marie s’en alla par le sentier qui ne menait nulle part
en femme en qui il importe peu que les chemins finissent
puisqu’elle sait le moyen de marcher dans le ciel.

(Marguerite Yourcenar)

Posted in poésie | Tagué: , , , , | 2 Comments »

Tout le monde n’est pas obligé de comprendre (Marguerite Yourcenar)

Posted by arbrealettres sur 18 août 2014



Gao Xingjian -2011

Tout le monde n’est pas obligé de comprendre, ni tout le temps.
Il y a des domaines, comme la religion ou la poésie,
qui doivent rester obscurs.
Ou éblouissants, ce qui revient au même.

(Marguerite Yourcenar)

Illustration: Gao Xingjian

 

Posted in méditations | Tagué: , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :