Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘mariée’

Le Désir de peindre (Charles Baudelaire)

Posted by arbrealettres sur 19 novembre 2018



 

Le Désir de peindre

Malheureux peut-être l’homme, mais heureux l’artiste que le désir déchire!

Je brûle de peindre celle qui m’est apparue si rarement et qui a fui si vite,
comme une belle chose regrettable derrière le voyageur emporté dans la nuit.
Comme il y a longtemps déjà qu’elle a disparu!

Elle est belle, et plus que belle; elle est surprenante.

En elle le noir abonde: et tout ce qu’elle inspire est nocturne et profond.
Ses yeux sont deux antres où scintille vaguement le mystère,
et son regard illumine comme l’éclair:
c’est une explosion dans les ténèbres.

Je la comparerais à un soleil noir,
si l’on pouvait concevoir un astre noir versant la lumière et le bonheur.
Mais elle fait plus volontiers penser à la lune, qui sans doute l’a marquée de sa redoutable influence;
non pas la lune blanche des idylles, qui ressemble à une froide mariée,
mais la lune sinistre et enivrante, suspendue au fond d’une nuit orageuse et bousculée par les nuées qui courent;
non pas la lune paisible et discrète visitant le sommeil des hommes purs,
mais la lune arrachée du ciel, vaincue et révoltée,
que les Sorcières thessaliennes contraignent durement à danser sur l’herbe terrifiée!

Dans son petit front habitent la volonté tenace et l’amour de la proie.
Cependant, au bas de ce visage inquiétant, où des narines mobiles aspirent l’inconnu et l’impossible,
éclate, avec une grâce inexprimable, le rire d’une grande bouche, rouge et blanche, et délicieuse,
qui fait rêver au miracle d’une superbe fleur éclose dans un terrain volcanique.

Il y a des femmes qui inspirent l’envie de les vaincre et de jouir d’elles;
mais celle-ci donne le désir de mourir lentement sous son regard.

(Charles Baudelaire)

 

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 3 Comments »

Pardonne pardonne (Armand Lanoux)

Posted by arbrealettres sur 15 novembre 2018



Orléans Beaugency
Notre Dame de Félonie
pardonne pardonne.
Notre Dame des Dés pipés
Notre Dame de la Foi mentie
Notre Dame de la Folie
Notre Dame de l’Aveu truqué
Notre Dame de la Mariée vendue
Notre Dame de la Tricherie
Notre Dame de la Pureté perdue
Notre Dame de l’Amour fourgué
Notre Dame de l’inconsciente Cruauté
Notre Dame des faux Témoins des faux Amis
Notre Dame de la triste Vérité
Notre Dame du juste Mépris
Orléans Beaugency
Notre Dame de Félonie
pardonne pardonne
pour les femmes et pour les hommes

(Armand Lanoux)


Illustration

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Il fait un temps (Katell Antoine)

Posted by arbrealettres sur 30 juillet 2018



il fait un temps
un temps suprême
un temps de gâteau de mariée
du bonheur en étages
croisillons de crème
et perles de sucre blanc

(Katell Antoine)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Chanson sans titre (Edmond Jabès)

Posted by arbrealettres sur 7 juin 2018



Et depuis cette histoire
les oiseaux ont quatre ailes
la mariée une bague
la marée un bouquet
le rocher une langue
pour jaser, pour jaser…

Et depuis cette nuit
les murs ont quatre toits
le chagrin un habit
la beauté un nid
et le lit un mât
pour voguer, pour voguer.,,

Et depuis ce naufrage
la mer a quatre bras
l’adieu tous les rats
les perles un poignard

le ciel un foulard
pour pleurer, pour pleurer…

(Edmond Jabès)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , | 3 Comments »

LA JEUNE MARIÉE (La Flûte de Jade)

Posted by arbrealettres sur 15 avril 2018



LA JEUNE MARIÉE

Élever une fille pour lui faire épouser un soldat,
Mieux vaudrait à sa naissance la jeter sur la route.

Seigneur, j’ai natté mes cheveux, le jour de nos fiançailles,
Mais notre lit n’a pas eu le temps de se réchauffer.
Au coucher de soleil, je suis devenue votre femme,
Et nous nous sommes séparés aux premières lueurs de l’aube !

Maintenant je pense à la mort qui vous menace à chaque instant.
L’Angoisse m’oppresse. Mon cœur se déchire.

Je m’étais promis de vous suivre partout…
Mais j’ai senti que ma présence vous aurait soucié davantage.

Ne prononcez pas trop souvent le nom de votre jeune épouse.
Sans oublier jamais votre devoir de soldat.

(La Flûte de Jade)

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

La Belle (Jean Malrieu)

Posted by arbrealettres sur 28 septembre 2017




    
La Belle

Ce que j’ai gagné, c’est la mort.
Transparente, universelle.
Elle a mes yeux ouverts, regarde.
Depuis que je l’ai gagnée, elle me suit…

Elle ne promet rien et donne tout.
Elle fuit ?
Je la cherche.
Je voulais vivre ?
Elle apparaît.

« Je ne t’ai point abandonné, dit-elle.
Je te connais par cœur. »…
Ne nous attendrissons pas.

Rien n’est pressé.
Nous avons le temps.
Personne ne nous attend….

Depuis que je me suis noyé sans le savoir,
je n’ai jamais cessé de faire
de la mousse et de l’écorce.

Très jeune, très vieux, je ne sais,
je joue avec toi comme avec une petite fille.
Je sais seulement que tu es douce
comme la neige qui étouffe…

Je ne savais pas que j’avais à t’aimer.
Ce que j’ai cherché ailleurs, c’est ta jeunesse,
celle qui donne au songe le goût de risquer sa vie.

J’ai failli être immortel.
Quelle blague !…
Si j’ai aimé les fleurs, les fruits, les êtres,
tu me les prêtas.
Je te les rends.

Préparons les noces.
La mariée n’est jamais trop belle.
Fais signe.
Quand tu voudras.

(Jean Malrieu)

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 1 Comment »

Comme une mariée (Jean Daive)

Posted by arbrealettres sur 11 novembre 2016



La vie
qui se déroule ici

entre la rivière
et la prairie

a-t-elle
quoi que ce soit

d’audible ou
de physique

comme une
marée?

Le mot s’est écrit tout seul
s’est prononcé
« comme une mariée ».

(Jean Daive)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , | 2 Comments »

Je me suis mariée (Lorine Niedecker)

Posted by arbrealettres sur 11 avril 2016



 

la jeune mariée

Je me suis mariée

dans la nuit noire du monde
pour la chaleur
sinon la paix.
Tout compte fait –

quelqu’un.

Avec lui, je me suis cachée
des fusils à longue portée.
La tête
dans l’armoire, les pieds
dans le placard.

Un rai de lumière
à l’aube sans oiseau –
Peu instruit
je me suis dit
qu’il buvait

trop.
Bon

je me suis mariée
j’ai vécu sans m’enterrer.
Je croyais –

***

I married

in the world’s black night
for warmth
if not repose.
At the close—
someone.

I hid with him
from the long range guns.
We lay leg
in the cupboard, head
in closet.

A slit of light
at no bird dawn—
Untaught
I thought
he drank

too much.
I say
I married
and lived unburied.
I thought—

(Lorine Niedecker)

Illustration

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Porte (Robert Momeux)

Posted by arbrealettres sur 29 juin 2015




Porte

Le vent est assis
Sur les cheminées de la fête
La noce fut très belle on dit que la mariée
Tient dans sa main la clef des songes
La Seine
Est très loin
Amicale amicale

(Robert Momeux)


Illustration

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :