Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘(Mathieu Brosseau)’

Et s’il ne fallait plus rien dire (Mathieu Brosseau)

Posted by arbrealettres sur 8 décembre 2017



Illustration: Vladimir Kush
    
Et s’il ne fallait plus rien dire que les signes sans trace
Seuls les signes dissimulent
Eux seuls percent la vie d’une seconde vie

Seuls les signes forcent l’existence
Il n’y a pas d’art, seule vanité
Les moustaches du rat le disent
Contre la paroi, bien avant, seul,

Mer, le mouvement est en contre-jour,
Seul, la perle me figure, poussée contre,
L’effort dit bien qu’il ne faut plus rien dire que l’étreinte
L’effort dit bien qu’il n’y a plus de lieu sous la paroi
Et je vois l’absence à reculons.

[…]

Et s’il ne fallait plus dire
Que les signes du silence

[…]

Et s’il fallait dire l’absence
Quels seraient les signes du silence ?

(Mathieu Brosseau)

 

Recueil: L’espèce
Traduction:
Editions: Mots Tessons

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

L’encre ne veut plus rien dire (Mathieu Brosseau)

Posted by arbrealettres sur 8 décembre 2017




    
L’encre ne veut plus rien dire que sa trace
Le reste est affaire d’être en demeure
D’être en lieu et place de ce qui se dit

S’il ne fallait plus se perdre mais rester là

Assis dans ça
Assis dans le serpent qui camisole la force
Assis dans ce qui se sait

Inscrit dans l’être en demeure
Dans la demeure de celui qui fuit

(Mathieu Brosseau)

 

Recueil: L’espèce
Traduction:
Editions: Mots Tessons

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Cet avant (Mathieu Brosseau)

Posted by arbrealettres sur 8 décembre 2017



Illustration
    
Cet avant qui nous concevait
Grenouille poussant dans l’oeil liquide

(Mathieu Brosseau)

 

Recueil: L’espèce
Traduction:
Editions: Mots Tessons

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :