Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘matin’

Leurs corps demeurent amis (Claude Pujade-Renaud)

Posted by arbrealettres sur 19 décembre 2018



Illustration: Pascal Renoux
    
Leurs corps demeurent
amis
même après l’amour

Poreuses
les peaux
et les rêves
poissons agiles
traversent
les frontières

Au matin
nulle nécessité
de les raconter
à cet autre

embué de nuit
qui n’a pas encore
pris le temps
d’être à nouveau

l’autre

(Claude Pujade-Renaud)

 

Recueil: Instants incertitudes
Traduction:
Editions: Le Cherche Midi
Publicités

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

It’s like the Light of Emily -Vivre avant l’Eveil- (Emily Dickinson)

Posted by arbrealettres sur 16 décembre 2018


emily

Comme la Lumière –
Délice sans forme –

Comme l’Abeille –
Mélodie – sans âge –

Comme les Bois –
Secrets – Comme la Brise –
Pas un mot – mais elle agite
Les Arbres les plus fiers –

Comme le matin
Meilleur – une fois fini –
Et quand les Horloges Eternelles –
Sonnent – Midi!

(Emily Dickinson)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , | 5 Comments »

Au fond du jardin (Claude Pujade-Renaud)

Posted by arbrealettres sur 15 décembre 2018




    
Au fond du jardin
une femme suspend
les draps de l’aube
fraîchement lavés
de la nuit

Mal rincés
marbrés de traînées
sperme des rêves
pris dans la trame

Il faudra recommencer

Lassitude des matins

Du songe
elle attendait
renaissanoe
le voici souillure

Peau aplatie d’ennui
usure lente
des gestes
des linges

Pelouse
piquetée de débris
elle les ramasse
décroche les draps

Rentre
écoute
le ronronnement
de la répétition

(Claude Pujade-Renaud)

 

Recueil: Instants incertitudes
Traduction:
Editions: Le Cherche Midi

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Et sans ire (Alejandra Pizarnik)

Posted by arbrealettres sur 4 décembre 2018



Illustration: Lore
    
et sans ire
et sans heure
sans ores
sans implorer
sans labourer dans la mémoire
sans errer dans le passage de la nuit à l’amour
et de l’amour à son attente

et nous partirons dans un coeur abandonné
et nous partirons dans l’espace ouvert de ton regard

et nous partirons dans un coeur qui attend
amarré au bord d’un précipice
ne pas dessiner l’itinéraire
ne pas employer la plume
sauf s’ils parlent d’oiseaux
ne rien prévoir
pour que rien ne vienne pas
et nous partirons comme part l’obscurité
dans le petit matin des prières enfantines

(Alejandra Pizarnik)

 

Recueil: Approximations
Traduction: Etienne Dobenesque
Editions: Ypfilon

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

DES MOUCHES (Kathleen Raine)

Posted by arbrealettres sur 2 décembre 2018




DES MOUCHES-

Mais ce que je vois
En éclairs sous les feuilles
Alors que le soleil radieux du matin emplit le sycomore
Est un vol
De minuscules météores, rayons
En une transmutation vivante de lumière.

***

FLIES-

But what I see
Flashing under leaves
As morning sunbeams fill the sycamore tree
Is flight
Of minute meteors, rays
In living transmutation of light.

(Kathleen Raine)

Illustration

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , | 2 Comments »

Il n’y a pas de limites pour aimer (Albert Camus)

Posted by arbrealettres sur 29 novembre 2018




Illustration: ArbreaPhotos
    
il n’y a pas de limites pour aimer
et que m’importe de mal étreindre
si je peux tout embrasser.

Il y a des femmes à Gênes
dont j’ai aimé le sourire tout un matin.
Je ne les reverrai plus et, sans doute,
rien n’est plus simple.

Mais les mots ne couvriront pas
la flamme de mon regret.

(Albert Camus)

 

Recueil: L’Envers et l’Endroit
Traduction:
Editions: Folio

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

NUITS (André Pieyre de Mandiargues)

Posted by arbrealettres sur 20 novembre 2018



Illustration
    
NUITS

Des nuits parfois sont mornes.

Les jardins n’ont plus d’odeur
Il n’est plus de frisson aux feuilles
Le ciel bas est plus rouge entre tant de portiques
Les places sont hantées de spectrales statues
Qui passe en vain s’y hâte.

Des nuits s’appesantissent à l’égal de nos jours.

Nuits d’une vieille ville
Trop vieille
Sans oiseaux sans licornes
Sans cavaliers ni dames folles
Ni faons blessés ni biches ni loups-cerviers
Ni sang frais sur les murs des palais ancestraux.

Les jeux de mains les jeux de mots sont feux
Jeux de mots jeux de mains où l’amour s’égarait
Parmi les cascades les lucioles les pierreries
La mousse des dentelles rompues
Les écharpes de soie jetées sur des yeux fiers
Les rires sous les pluies de pétales.

Nuits comme un théâtre de velours défunt
Où s’exaltent nos souvenirs diminués.

Matins étayés de béquilles.

Il reste un goût de cendre et de pourri
Un goût de fleurs croupies d’eaux fanées
Ce goût d’être déçu qui nous plaît plus que tout.

(André Pieyre de Mandiargues)

 

Recueil: L’âge de craie suivi de Dans les années sordides Astyanax et Le Point où j’en suis
Traduction:
Editions: Gallimard

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Qu’il est doux (Baudelaire)

Posted by arbrealettres sur 19 novembre 2018



psyche

N’est-ce pas qu’il est doux, maintenant que nous sommes
Fatigués et flétris comme les autres hommes,
De chercher quelquefois à l’Orient lointain
Si nous voyons encore les rougeurs du matin,
Et, quand nous avançons dans la rude carrière,
D’écouter les échos qui chantent en arrière
Et les chuchotements de ces jeunes amours
Que le Seigneur a mis au début de nos jours?

(Baudelaire)

 

Illustration: Henri-Jules Guinier

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , | 2 Comments »

L’Imagination (Baudelaire)

Posted by arbrealettres sur 19 novembre 2018


sinking

L’Imagination qui dresse son orgie
Ne trouve qu’un récif aux clartés du matin.

(Baudelaire)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , | Leave a Comment »

À quatre temps (Andrée Chedid)

Posted by arbrealettres sur 18 novembre 2018



À quatre temps

Matin
Deviens matin
Sois aube sois phénix
Sème clair
Dans les silos de l’ombre

Midi
Au faite du jour
Hisse nos rêves
À ton mât

Soir
Dissipe le gribouillis des heures
Apaise le jour
Que ton ventre subtil
Se teinte de crépuscules

Nuit
Déverse tes encres
Tes baumes
Et tes lueurs
Sur l’âme
Indéchiffrable.

(Andrée Chedid)


Illustration: Blog de Tanakia

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 8 Comments »

 
%d blogueurs aiment cette page :