Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘matinée’

Mais déjà (Christian Viguié)

Posted by arbrealettres sur 2 avril 2019



Mais déjà l’infini
n’est qu’une matinée de plus
un présage
la course du soleil
derrière le coquillage étonné
d’un rideau.

(Christian Viguié)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , | 2 Comments »

Je suis un nuage (Pär Lagerkvist)

Posted by arbrealettres sur 16 novembre 2018



Je suis un nuage, un nuage dans le ciel au dessus de la terre.
Je fus en cette matinée merveilleuse et vais bientôt être effacé.
Je suis si heureux de ne vivre que cette matinée,
que je naisse et meure avec elle
et que ce soit l’étincelant soleil qui me fasse mourir.

***

Jag är en sky, en sky i jordens himmel.
Jag blev till denna underbara morgon och skall strax
utplånas igen.
Jag är så lycklig över att jag bara lever denna morgon,
att jag föds och dör med den
och att det är den strålande solen som skall komma
mig att dö.

(Pär Lagerkvist)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

La matinée s’avance à petits pas (Jean-Claude Pirotte)

Posted by arbrealettres sur 1 août 2018



la matinée s’avance à petits pas et c’est
encore la même besogne de vitrier
ou de raccommodeur de porcelaine
le même ouvrage de plus en plus délicat
auquel il faut se livrer sans délai :
repriser la mémoire étamer l’espérance
restaurer les éclats d’une lucidité qu’ébranle
chaque nuit davantage un vertige sournois
et le merle moqueur de l’ancienne rengaine
n’est de nul secours ni la tourterelle voisine
puisque bâtir sur rien la nouvelle journée
ou plutôt non, la relever des ruines
d’hier afin de décliner les sempiternelles
prémisses de son effondrement, c’est ton lot

(Jean-Claude Pirotte)


Illustration

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , | 2 Comments »

UNE MATINÉE EN ASSYNT (Kenneth White)

Posted by arbrealettres sur 9 juillet 2018



UNE MATINÉE EN ASSYNT

Assis sur un rocher en Écosse
pensant aux phases orogéniques

ce sol est le plus ancien de tous
plus ancien que l’antique calédonien
plus ancien et de loin que l’hercynien
ou que le tout récent alpin

c’est un paysage
quasi indéchiffrable dans sa taciturnité

mais le rouge de la bruyère
nous empoigne le coeur
et le vol de cet oiseau blanc
qui franchit la crête
illumine l’esprit.

***
A MORNING IN ASSYNT

Sitting on a rock in Scotland
thinking of orogenic phases

this is the oldest of the old
older than the ancient caledonian
older by far than the hercynian
or yesterday’s alpine

it is a landscape
almost unreadable in its taciturnity

but the red of the heather
goes straight to the heart
and the flight of that white bird
over the ridge
enlightens the mind.

(Kenneth White)

Illustration

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

La serveuse de la cafétéria (Petr Král)

Posted by arbrealettres sur 2 juillet 2018




    
La serveuse de la cafétéria reste à l’aéroport,
dans son corps et sa matinée.

(Petr Král)

 

Recueil: Cahiers de Paris
Traduction:
Editions: Flammarion

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , | Leave a Comment »

Matinée (Jean Grosjean)

Posted by arbrealettres sur 29 avril 2018



Illustration
    
Matinée

La matinée s’est assise.
Les papillons vont de fleur en fleur
et les zéphyrs de feuille en feuille.

Quelqu’un au loin.
Ses pas soulèvent et laissent retomber la poussière.
Un oiseau s’envole d’un buisson.

J’ai toujours été là.
Le monde a toujours été là.
Tu nous visitais avant de nous visiter.

(Jean Grosjean)

 

Recueil: Les parvis
Traduction:
Editions: Gallimard

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Les oiseaux s’envolent et les fleurs tombent (Kheng-Tsin)

Posted by arbrealettres sur 11 avril 2018



 

    

Les oiseaux s’envolent et les fleurs tombent

A l’aurore d’une matinée de printemps,
les oiseaux, arrivant par volées,
S’abattent dans le parterre en fleurs,
devant le pavillon de mon tranquille jardin.

A peine sont-ils posés,
que l’ouvrage de la nuit les effraie ;
Ils partent brusquement, tous ensemble,
non moins destructeurs que la nuit.

Le battement de leurs ailes
a détaché bien des pétales ;
Le vent, qui entrechoque les tiges,
maltraite aussi mes pauvres fleurs.

Des nuages de toutes couleurs
voltigent sur les degrés du perron ;
Il semble qu’il soit tombé de la neige rose,
comme au séjour des immortels.

Les oiseaux partis, le chant cesse ;
Les pistils et les étamines jonchent le sol,
flétris et dispersés.

De la terrasse du pavillon
j’ai contemplé longuement ce spectacle.
Ne sommes-nous pas souvent prodigues du temps
où nos années sont en fleurs ?

(Kheng-Tsin)

 

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

La pluie (François David)

Posted by arbrealettres sur 9 mars 2018



La pluie

C’est une matinée triste
Une matinée où la pluie tombe
Tombe à verse sans s’arrêter.
Les enfants de l’école
Pour s’abriter de la pluie
Vont se mettre sous le préau.
Victor qui a couru sous la pluie
Est trempé de la tête aux pieds.
L’eau coule sur ses cheveux
Et sur son front
Et sur ses joues.
L’eau coule même dans son cou.
Isabelle le regarde.
Elle le voit tout trempé,
Elle le regarde et lui sourit.
Alors Victor tout à coup
Trouve qu’elle est jolie
Jolie jolie
Si jolie
Cette pluie.

(François David)


Illustration

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , | 1 Comment »

LOIN, LÀ-BAS (Rubén Darío)

Posted by arbrealettres sur 26 février 2018



Illustration
    
LOIN, LÀ-BAS

Ô boeuf qui soufflait de la vapeur quand un jour je le vis,
tout enfant, sous le soleil du Nicaragua aux ors éclatants,
dans la féconde hacienda, pleine de l’harmonie
du tropique ; ô colombe des bosquets résonnants
au bruit du vent, des haches, des oiseaux et des fringants
taureaux, je vous salue, car vous êtes ma propre vie.

Lourd boeuf, tu évoques la douce matinée
qui appelait à la traite de la vache laitière,
quand mon existence était toute blanche et rosée,
et toi, roucoulante colombe des hautes terres,
tu incarnes dans mon printemps éloigné
tout ce que recèle la divinité printanière.

(Rubén Darío)

 

Recueil: Chants de vie et d’espérance
Traduction: Lionel Igersheim
Editions: Sillage

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

LE CLOU QUE J’ENFONCE (François de Cornière)

Posted by arbrealettres sur 25 février 2018



Illustration: Jane Palmer 
    
LE CLOU QUE J’ENFONCE

Ce ne sont pas de grands poèmes
mes petits vers.
Tout au plus des impressions
que j’ai du fond de moi
laissées venir sur du papier
— et quand je le pouvais.

Aujourd’hui
je scie des planches
(vous êtes dans la petite chambre)
je rafistole des chaises
(et je vous entends rire)
je débroussaille je fais des tas
(le mistral fait tout voler).

Je note cela sur un coin de la table
et quand le marteau tape
toute la montagne résonne
sur le clou que j’enfonce
au coeur de cette matinée bleue.

(François de Cornière)

 

Recueil: Ces moments-là
Traduction:
Editions: Le Castor Astral

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :