Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘(Maurice Benhamou)’

Nos visages (Maurice Benhamou)

Posted by arbrealettres sur 14 juillet 2018



    

Nos visages
entre les deux mains de l’obscur

se tournent
vers l’inexplorable.

Le regard s’agrandit
de tout l’espace de la nuit

ou bien dans sa vacance
la nuit s’engouffre-t-elle ?

(Maurice Benhamou)

 

Recueil: Tréfonds du Temps
Editions: Unes

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Et la montagne (Maurice Benhamou)

Posted by arbrealettres sur 5 août 2017




    
Et la montagne
devient un grand épaulement de nuit,
une nuit dans la nuit
pour ceux qui attendent
se taisant, oh, se taisant,
tant que la chair embue de nuit
se mue en de la terre inviolable,
de la matière de silence.

Ce fut une nuit
à l’odeur de terre moisie,
à l’odeur de cachot ;
l’instant d’une seule étoile
indifférente
la nuit
de la Révélation du Rien.

Miasmes de temps
qu’exhalent
les tièdes obscurités végétales.
Dans le chevelu des étoiles
grésillent des « où ? » des « quoi ? »

Un glacis d’effroi
ourle
le champ du guetteur.

(Maurice Benhamou)

 

Recueil: Tréfonds du Temps
Editions: Unes

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Ça commence toujours (Maurice Benhamou)

Posted by arbrealettres sur 5 août 2017



Illustration: Pablo Picasso
    
Ça commence toujours
par un étranglement
du coeur.
Comme si
le commencement
était déjà la fin.

L’oeil dans sa fosse
a-t-il tourné
avec le feu et l’eau ?

Une clepsydre de sang
a-t-elle produit du temps ?

Les morts
crient
que rien n’a eu lieu.

(Maurice Benhamou)

 

 

Recueil: Tréfonds du Temps
Editions: Unes

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Sur le pas de l’informe (Maurice Benhamou)

Posted by arbrealettres sur 5 août 2017




Illustration: ArbreaPhotos
    
Sur le pas
de l’informe
là où n’existe
que du proche

où chaque seconde
vous entre dans le sang

le frôlement
d’adieu.

Non à ce qui s’éloigne.
A ce qui vient si près, si
près de moi
que je ne sais plus
qui l’adresse.

(Maurice Benhamou)

 

Recueil: Tréfonds du Temps
Editions: Unes

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Voici (Maurice Benhamou)

Posted by arbrealettres sur 5 août 2017




Illustration: ArbreaPhotos
    
Voici.

L’ombre qui m’accompagne
n’est pas mienne
ni d’aucune lumière ne répond.

Je lui parle
je lui donne un nom
« Ombre de personne »
pour l’appeler dans les ténèbres.

(Maurice Benhamou)

 

Recueil: Tréfonds du Temps
Editions: Unes

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Des déserts engourdis (Maurice Benhamou)

Posted by arbrealettres sur 5 août 2017




    
Des déserts engourdis
traversent avec douceur
les sabliers de la mémoire.

Il y a encore à mourir
dans l’absence des morts.

Déflagration cosmique
de la plus muette voyelle.

Des tonneaux de tonnerre
roulent
dans la vallée.

Penche-toi.
Ecoute
de tout ton souffle.

(Maurice Benhamou)

 

Recueil: Tréfonds du Temps
Editions: Unes

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Ta présence endormie (Maurice Benhamou)

Posted by arbrealettres sur 4 août 2017



Illustration:  Théodore Chassériau
    
Ta présence endormie
m’atteignait dans mon sommeil.

(Maurice Benhamou)

 

Recueil: Tréfonds du Temps
Editions: Unes

Posted in poésie | Tagué: , , , , | Leave a Comment »

Quelqu’un voulut construire un mur (Maurice Benhamou)

Posted by arbrealettres sur 4 août 2017




    
Quelqu’un
voulut construire un mur
pour étouffer
le cri d’un mur.

Le mur
criait
avec le mur.

(Maurice Benhamou)

 

Recueil: Tréfonds du Temps
Editions: Unes

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , | Leave a Comment »

Anciennement pleurées sur terre (Maurice Benhamou)

Posted by arbrealettres sur 4 août 2017




    

Anciennement pleurées
sur terre,
remontent vers ce cri
les larmes de tous les temps.

Mais où trouver
dans la boue des paroles
et les macérations
d’obscur
assez de lumière
pour une
larme ?

Absente
comme la plus lointaine étoile morte
que j’aie dans l’oeil,

toi, sur la tache aveugle
tu te tiens.

(Maurice Benhamou)

 

Recueil: Tréfonds du Temps
Editions: Unes

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

L’air s’épaissit en nuées (Maurice Benhamou)

Posted by arbrealettres sur 4 août 2017



Illustration
    
L’air s’épaissit en nuées.

A la bifurcation
des chemins
attend
celle qui m’environne.

Je navigue et divague
en ce qui résiste
au néant

une haleine de lune
un bruissement d’être
dans les mimosas écumeux
où se recueille
grâce
d’arrière vie,
le souffle de l’absence.

Pourquoi chercher
le seuil crépusculaire
de ce qui commence ?

En l’innommable
brûlant, brûlant,
plus loin que la chair,
court la déchirure.

(Maurice Benhamou)

 

Recueil: Tréfonds du Temps
Editions: Unes

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :