Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘(Max Rouquette)’

LA LICORNE (Max Rouquette)

Posted by arbrealettres sur 13 mars 2018



LA LICORNE

ATTENTIVE à l’écho de son pas
dans la clarté de l’ombre et la forêt d’étoiles
la Bête marche unique en son éternité.
Pas ténébreux, effroi des bêtes,

elle illumine et courbe au-dessus des collines
les chênes enivrés de lune.
Senteur de vierge et parfum d’immortelle

lui sont le dernier prix d’un sommeil de rocher,
source limpide à la soif qui la brûle,
nuit sans étoile où son sommeil se fond.
Belle licorne douce bête de rêve,

enivrement d’une chair accomplie,
ton pas qui sonne éternel me fait peur
et bien plus ton sommeil qui de la mort me parle.

***

L’UNICORN

AFECCIONADA au resson de son pas
dins la lutz d’ombra e la seuva d’estèlas
la bèstia va unenca en son etèrne.

Pas de tenèbra, espavent de feruna,
emblanquinèla e fa dinar suis serres
los roires embriagats de luna.

Olor de verge e perfum d’immortala
li son l’ultime prètz d’un sòm de ròca,
fònt d’aiga linda a la set que l’enfuòca,
nuòch sens estèla ont s’ajaça e s’escònd.

Bèl unicòrn doça bèstia de sòmi,
embriagament d’una carn espelida,
crente ton pas qu’etèrne restontís
e mai ton sòm que la mòrt me recòrda.

(Max Rouquette)

Illustration

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

LA PITIÉ DU MATIN (Max Rouquette)

Posted by arbrealettres sur 31 juillet 2016



LA PITIÉ DU MATIN

DETACHES du sein de la nuit
les morts attendent sous les herbes
enivrés par le sombre lait
qui vient en ruisseau des étoiles.

Ni le pavot ni la magie
ni la lassitude qui tombe
sur l’ardente chair de vingt ans
n’ont le flux épais de ce songe.

Les yeux ouverts au vertige du gouffre
toute leur vie sans relâche ils ont bu
le lait de gel qui gonfle un sein d’étoile.

La pitié du matin sur les terrasses
les recueillait, fascinés et perdus,
cependant que sans fin marchait la grande nuit.

***

LA PIETAT DAU MATIN

DESTACATS dau sen de la nuòch
os mòrts espèran jos las èrbas
embriagats per lo sorne lach
qu’en riu li ven de las ensenhas.

Ni lo pavòt ni los encants
ni mai lo lassitge quand tomba
sus la carn fèra de vint ans
rajan espés coma aquel sòmi

Los uòlhs dubèrts au gorg que los pivèla
sènsa relambi en sa vida an begut
lach de gèu que confla un sen d’estèla.

La pietat dau matin as parabandas
os recampava, enclausits e perduts,
entre qu’etèrna anava la nuòch granda.

(Max Rouquette)

Illustration: Patrick Swirc

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

LA VOIX (Max Rouquette)

Posted by arbrealettres sur 31 juillet 2016



LA VOIX

LA VOIX qu’autrefois entendirent
les oiseaux d’il y a mille ans
chante au milieu des arbres
et l’eau réfléchit au désert
les plaines éternelles de l’air.
Vers le néant vole leur souvenir
en vols aigus qui montent dans le soir,
perdus dans le gel de novembre.
Et l’eau obscure court sans trêve,
oublieuse des grands oiseaux,
de la face pure du ciel,
et de ma main dans sa fraîcheur.

***

LA VOTZ

AQUELA VOTZ qu’ausiguèron antan
los aucèls de mai de mila ans
canta dins la ramilha
e l’aiga miralha au desèrt
las planas etèrnas de l’èr.
Deus lo non-rès vòla lo seu remembre
en vous aguts que landan dins lo sèr,
perduts en la gèu de novembre.
E raja etèrna l’aiga escura
oblidosa deis grands aucèls
de la cara linda dau cèu
e de ma man dins sa frescura.

(Max Rouquette)

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

CHEVALIER PERDU (Max Rouquette)

Posted by arbrealettres sur 31 juillet 2016



 

CHEVALIER PERDU
TU N’ÉTAIS PAS perdu au bois,

personne ne se perd dans le bois.
Où est le chevalier perdu,

où se cache l’enchanteur,
le bossu qui de cinq en quatre
poursuit l’invisible coucou ?
Dans la haute bruyère, personne
seul avec l’écho de son pas,
pour s’appuyer longtemps à l’arbre
tant il est las de cheminer,
et regarder dans l’eau sans ride,
un ciel de jonc et de grenouille,
chevalier dans le bois perdu.

Si perdu que de l’ombre verte
jamais jamais ne reviendra.

***

CAVALIER PERDUT

ERAS PAS pèrdut dins lo busc,
degun non se pèrd dins lo bòsc.

Ont es lo cavalièr perdut,
ont es l’encantaire escondut,
lo gibós que de cinc en quatre
seguís un enveirent cocut ?
Degun dedins la nauta bruga,
sol amb lo resson de son pas,
que longtemps a l’arbre s’apuga
de caminar de tant qu’es las,
e pivelat pèr l’aiga plana,
mira un cèu de jonc e de rana,
cavalièr dins lo bòsc perdut.

Tan perdut que de l’ombra verda
jamai jamai non tornarà.

(Max Rouquette)

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

LES HERBES D’EAU (Max Rouquette)

Posted by arbrealettres sur 31 juillet 2016


 

LES HERBES D’EAU

La mer d’été, ombreuse et belle
sous la pinède de Magaud
à la dentelle de ton pied nu
jetait son écume dansante.

A l’ombre amère d’un rocher
s’étiraient les herbes d’eau,
des corps de nymphes se livraient
aux caresses du sable.

Notre songe au fond de l’eau
suivait chaleureux et mince
l’image sombre d’une barque
dans son propre balancement.

Et de la danse de ton regard
où hésitait le désir
le fil de mon rêve ondulait
comme les herbes de la mer.

***

LAS ERBAS D’AIGA

La mar d’estiu, ombrosa e bela
jos la pineda de Magaud,
a l’orle de ton pè descauç
trasiá sa gruma dansarela.

A l’ombra amara d’un rocas
las erbas d’aiga s’alongavan,
de cors de nimfas se volcavan
a la flatinga dau sablàs.

Nostre somi, au fons de l’aigada
seguisiá, calorós e teu,
l’image fose d’un bateu
amb la sieuna balançada.

E dau dansar de ton mirar
ont lo teu desir tremolava,
lo fiu de mon somi ondejava
coma las erbas de la mar.

(Max Rouquette)

Illustration

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 2 Comments »

BIEN ME PLAISENT… (Max Rouquette)

Posted by arbrealettres sur 31 juillet 2016


 

BIEN ME PLAISENT…

Bien me plaisent les blanches fleurs
nées avant les jours du printemps
frissonnantes au vent glacé
venu des blanches cimes.

Bien me plaisent aux jardins chauds
aux jours d’été la rose lourde
un peu penchée sous son parfum
et le lys pareil au jour qui lève.

De neige, d’aube, de sang et d’or,
au fil de l’an que de fleurs nées !
Mais au jardin secret du coeur
éternel est l’été.

La fleur d’amour qu’y est éclose
toujours embaume la ramée,
et le désir y fait aubade
comme un oiseau de Paradis.

***

PLAN M’AGRADAN

Plan m’agradan las blancas flors
nascudas abans temps de prima;
tremolantas au vent gelós,
bufa de blanca cima.

Plan m’agrada dins los orts cauds
a temps d’estiu la rosa greva,
jos son perfum clinada un pauc
e l’èli aitau lo Jorn que leva.

De neu, dauba, de sang e d’or
au fiu de l’an quant de flors nadas !
mas en l’ort secret de mon cor
eterna es l’estivada.

La flor d’amor que i espelis
sempre n’embauma la ramada
e lo desir i fai aubada
coma un auceu de Paradis.

(Max Rouquette)

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

LA VIEILLE (Max Rouquette)

Posted by arbrealettres sur 30 juillet 2016


LA VIEILLE

Le doux visage de la vieille
demi-penchée au fil du temps,
l’oeil bleu sous la fine paupière
un lambeau de ciel dans le vent ;
d’un subtil souvenir la tête lourde
suit la claire danse du feu,
qui va et vire et toujours hante
la cendre chaude du passé.

***

LA VIELHA

La doça cara de la vielha
mitat clinada au f iu dau temps,
l’uolh blau jos la fina parpelha
coma un floc de ceu dins lo vent ;
d’un record teu la testa greva
seguís dau f uoc lo dar dansar,
que vai e vira, e sempre treva
la cendre cauda dau passat.

(Max Rouquette)

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

LES OISEAUX QUE J’AI CROISÉS (Max Rouquette)

Posted by arbrealettres sur 29 juillet 2016


 

LES OISEAUX QUE J’AI CROISÉS

Les oiseaux que j’ai croisés une heure de ma vie,
dans le passé volent éternellement
avec mon âme de cette heure ;
ainsi d’un arbre de l’hiver
une feuille qui se détache
et qui s’en va au fil de l’eau.
Moi de cette heure, oiseaux d’antan,
palombes évanouies
oh vous mena sans trêve ni repos
l’eau dans sa fuite ?
toujours, toujours, mon coeur chemine
pèlerin ignorant du repos
dans la combe de ma poitrine,
éternel pèlerin sous un ciel
traversé d’absence d’oiseau.

***

LOS AUCELS QU’AI CROSAT…

Los aucels qu’ai crosat, una ora de ma vida,
dins lo passat volan eternament
ambe mon amna d’aquela ora ;
coma d’un aubre de l’ivern
una fuolha que se destaca,
e qu’au fiu de l’aiga se’n vai.
Ieu d’aquela ora, auceus d’antan,
palombas esvanídas
ont vos menet ses ges d’arrest, ni mai de patz
l’aiga, dins sa fugida ?
Sempre, sempre, mon cor camina
romieu que non sap lo repaus
dins la comba de ma peitrina,
eterne romieu jos un ceu
traversat d’abséncia d’aucel.

(Max Rouquette)

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , | 2 Comments »

DAPHNÉ (Max Rouquette)

Posted by arbrealettres sur 29 juillet 2016


 

DAPHNÉ

Les lauriers amers où se cachait
de cette chair la belle ombre dorée
qui si rapide s’enfuyait au crépuscule,
dans un émoi de nymphe poursuivie
le vent leur fait, de son souffle léger,
chanter l’ombre dorée pour ma mémoire.

***

DAFNÉ

Los rams amans onte se rescondiá
d’aquela carp la bela ombra daurada
qu’au calabrun, tan lesta f ugissiá
amb un es frai rai de nim f a secutada,
lo vent ne f ai, de son alén leugier,
per mon record cantar l’ombra daurada.

(Max Rouquette)

Illustration

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

OISEAUX (Max Rouquette)

Posted by arbrealettres sur 29 juillet 2016


 

OISEAUX

Oiseaux de l’été
qui volez vers l’eau,
la source tarie,
le vol éternel ;

traversant le ciel
oiseaux de Novembre,
chemin de Saint Jacques
au bleu du souvenir ;

oiseaux de bois noir
cercles de silence,
au ciel de mémoire
toujours revenez;

et de rose marbre
ô mystique paon,
becquetant l’or du soir
aux raisins romans.

***

AUCELS

Aucels de l’estiu
en vòu de vers l’aiga,
la fos aturada,
eterna volada ;

traversant lo ceu,
aucels de Novembre,
camin de San Jaume
au blau dau remembre ;

aucels de bos negre
ceuclants en silenci,
au ceu dau record
revenetz de longa ;

e de rose marbre,
ô pavón mistic,
becant l’aur dau vespre
au rasim roman.

(Max Rouquette)

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »