Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘méchant’

Le monde est méchant (Théophile Gautier)

Posted by arbrealettres sur 4 août 2018



Le monde est méchant

Le monde est méchant, ma petite:
Avec son sourire moqueur
Il dit qu’à ton côté palpite
Une montre en place de coeur.

– Pourtant ton sein ému s’élève
Et s’abaisse comme la mer,
Aux bouillonnements de la sève
Circulant sous ta jeune chair.

Le monde est méchant, ma petite:
Il dit que tes yeux vifs sont morts
Et se meuvent dans leur orbite
A temps égaux et par ressorts.

– Pourtant une larme irisée
Tremble à tes cils, mouvant rideau,
Comme une perle de rosée
Qui n’est pas prise au verre d’eau.

Le monde est méchant, ma petite :
Il dit que tu n’as pas d’esprit,
Et que les vers qu’on te récite
Sont pour toi comme du sanscrit.

– Pourtant, sur ta bouche vermeille,
Fleur s’ouvrant et se refermant,
Le rire, intelligente abeille,
Se pose à chaque trait charmant.

C’est que tu m’aimes, ma petite,
Et que tu hais tous ces gens-là.
Quitte-moi ; – comme ils diront vite:
Quel coeur et quel esprit elle a !

(Théophile Gautier)

Illustration: Charles Dwyer

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Beaucoup de fièvre (Norge)

Posted by arbrealettres sur 29 juillet 2018


Beaucoup de fièvre

Maman, maman, je vois des diables
Qui dansent sur le paravent.
— Chut, c’est une bergère aimable
Qui paît ses agneaux simplement.

Maman, maman, quelle tempête !
Le vent retourne ma barquette.
— Mais non, bébé, c’est ton berceau
Qui tremble tant tu fais de sauts !

0, maman, de méchants garçons
Viennent s’asseoir sur mes poumons.
— Dodo, chéri, c’est ton délire.
Le docteur dit qu’il faut dormir

Maman, je suis au bout du monde ;
Si tu lâches ma main, je tombe.
— Meurs, mon petit, meurs gentiment,
Mon ventre est lourd d’un autre enfant.

(Norge)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Le bouquet (Jacques Prévert)

Posted by arbrealettres sur 19 juin 2018



Illustration: Marc Chagall
    
Le bouquet
Pour toi pour moi
loin de moi près de toi
avec toi contre moi
chaque battement de mon cœur
est un fleur arrosée par ton sang
Chaque battement c’est le tien
chaque battement c’est le mien
par tous les temps tout le temps
La vie est une fleuriste
la mort un jardinier
Mais la fleuriste n’est pas triste
le jardinier n’est pas méchant
le bouquet est trop rouge
et le sang trop vivant
la fleuriste sourit
le jardinier attend
et dit Vous avez le temps !
Chaque battement de nos cœurs
est une fleur arrosée par le sang
par le tien par le mien
par le même en même temps.

(Jacques Prévert)

Découvert ici: https://eleonoreb.wordpress.com/

Recueil: Choses et autres
Traduction:
Editions: Gallimard

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Un couvreur perdu (Alain Lance)

Posted by arbrealettres sur 18 juin 2018




    
Un couvreur perdu parmi les gros pigeons
Parmi les fientes et les plumes courtes
Un homme jeune
Accroupi
Martèle le zinc
Rajoute des coups
Pour la rage

Et tout le quartier résonne comme une méchante boîte.

(Alain Lance)

 

Recueil: Temps criblé
Editions: Obsidiane et le temps qu’il fait

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

C’est peut-être bien l’amour à la longue (Marguerite Duras)

Posted by arbrealettres sur 18 juin 2018



 


    
C’est peut-être bien l’amour à la longue qui rend méchant comme ça.
Les prisons en or des grandes amours.
Il n’y a rien qui enferme plus que l’amour.
Et d’être enfermé à la longue, ça rend méchant, même les meilleurs.

(Marguerite Duras)

 

Recueil: Les petits chevaux de Tarquinia
Traduction:
Editions: Gallimard

Posted in méditations | Tagué: , , , , , , | Leave a Comment »

TU FERAIS BIEN D’ÉCLAIRER TON ENFANT… (Attila József)

Posted by arbrealettres sur 13 juin 2018




    
TU FERAIS BIEN D’ÉCLAIRER TON ENFANT…

Tu ferais bien d’éclairer ton enfant :
Les croque-mitaines, ce sont les gens…
Les sorcières ? de vieilles harengères…
Et ce loup ? rien qu’un chien méchant qui crie.

Marchands, savants, tous, contre de l’argent
Échangent leur espoir lui-même.
Ils vendent du charbon, du sentiment…
Et certains vendent des poèmes.

Pour le consoler, dis à ton petit
(Si çа console!): le monde est ainsi!
Ou bien, berce-le d’un conte léger :
Le Communisme en fascisme changé ! …

Car enfin, il faut qu’il y ait de l’ordre !
Et cet ordre à ceci pour but :
Même un enfant, il faut que çа rapporte,
Et ce qu’on aime est défendu.

Quand ton enfant, bouche bée, te regarde
Ou se lamente d’une voix geignarde,
Ne sois pas dupe et ne crois pas vraiment
L’avoir pétri de ton enseignement.

Regarde-le : il lance avec astuce,
Pour être plaint, des cris stridents
Et, tandis qu’il rit au sein blanc qu’il suce.
Poussent ses ongles et ses dents.

(Attila József)

 

Recueil: Aimez-moi – L’oeuvre poétique
Traduction: Georges Kassaï
Editions: Phébus

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

LA GEÔLIÈRE (Max Jacob)

Posted by arbrealettres sur 3 juin 2018



Illustration
    
LA GEÔLIÈRE

« Je suis le méchant garde-chiourme
qui des braves gens est honni
je suis gourmand, je suis gourmet
de la douleur des prisonniers.

-Je suis l’indulgent garde-chiourme
ces garçons-là… des assassins ?
Non ! des jeunes qui jettent leur gourme
ou des tempéraments malsains! »

Mais toi, que je tiens en volière
ma juge, amante et vraie geôlière
m’aimes-tu blanc, m’aimes-tu vert ?
(Oeil, avant-garde de l’enfer,
m’aimes-tu pour son goût pervers ?
Ou seulement pour te distraire ?

(Max Jacob)

 

Recueil: Actualités éternelles
Traduction:
Editions: De la Différence

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Pour mon Coeur (Renée Vivien)

Posted by arbrealettres sur 12 mai 2018




    
Pour mon Coeur

Mystérieux, amer et terrible, ô mon coeur,
Eloigne enfin de toi la haine et la rancoeur !

Sache combien est grand ce bienfait qu’on te donne
De pouvoir pardonner, ô mon coeur ! et pardonne !

Ne garde plus l’amer souvenir des joies dues !
Et qu’il soit comme un mot effacé sur les nues !

Sois léger et sois doux comme l’ombre d’une aile,
O mauvais coeur, tenace et méchant et fidèle !

O mon coeur ! exhalant, dans un vaste soupir,
Le pardon retenu, sache enfin t’attendrir !…

(Renée Vivien)

 

Recueil: Dans un coin de violettes
Editions: E. SANSOT & Cie

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

La tempête pleure (Sergueï Essénine)

Posted by arbrealettres sur 6 avril 2018



Illustration: Pierrette Lilot    
    
La tempête pleure, tel un violon tsigane.
Fille aimée, méchant sourire, n’ai-je pas
À cause de ton oeil bleu perdu courage ?
Il me faut beaucoup; beaucoup m’est inutile.

Nous sommes si éloignés, si peu semblables —
Tu es jeune et j’ai tout vécu. Bonheur à
La jeunesse, je n’ai plus que la mémoire
Dans cette nuit de neige et de tourbillons.

Personne ne me caresse, la tempête est mon violon.
Ton sourire bouleverse mon coeur comme une tourmente.

***

(Sergueï Essénine)

 

Recueil: Poèmes 1910-1925
Traduction:
Editions: La Barque

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Ballade du pauvre (Attila Jozsef)

Posted by arbrealettres sur 2 avril 2018



Ballade du pauvre

– Mon brave homme, dis-moi combien pour ce berceau?
– Il est petit, l’enfant, il lui faut ce berceau.
– Je suis roi et les rois ont l’or avec la force,
II me faut ce berceau ou de gré ou de force.

Si le pauvre, lon-la, n’obéit sur-le-champ,
Le roi fera venir ses soldats sur-le-champ.
Le pauvre homme a lancé le berceau dans le lac,
Et puis c’est son enfant qu’il jette dans le lac.

Il rit, il pleure, il rit, le pauvre homme en prison.
Et de rire et de rire il éclate en prison.
Le monde des méchants n’aura pas son enfant,
Dans le monde des lacs il est bien mieux, l’enfant.

(Attila Jozsef)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :