Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘méfait’

JE LE SAVAIS (Attila József)

Posted by arbrealettres sur 13 juin 2018



Illustration: Pal Szinyei-Merse
    
JE LE SAVAIS

Je le savais bien : te voilà présente.
Vois les tournesols à la tête lente,
Leurs têtes de pierre ont toutes viré.
Et vois le désordre auprès des salades,
Méfait de la brise et de ses gambades.

«Au vent de ta jupe », ai-je murmuré.
Ruisseau de pavots à l’écume rouge.
Rouge aussi, dedans, le seigle qui bouge
Tel banc de poissons dont le tremblement
Est un doux sourire au doux bruissement.

Tu deviens mon bain, ma boisson qui sonne,
Tes deux bras si beaux sont des courants frais,
Dans ce remuement ton sein tourbillonne :
Mille clapotis que j’entends tout près
Lorsqu’à mon oreille ton souffle bourdonne.

Viens te laisser boire et plie sous mes dents
Que trouble ton feu. Car la mort, longtemps,
A soif de l’été, cette cruche immense
Où coule la bière à vive cadence.
Les nuages bien joufflus
Ne sont qu’écume au-dessus…

(Attila József)

 

Recueil: Aimez-moi – L’oeuvre poétique
Traduction: Georges Kassaï
Editions: Phébus

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Dérive (Hédi Kaddour)

Posted by arbrealettres sur 23 mars 2018



dérive

rien ne semble s’être méfait
la paysanne
à qui l’on vient de refuser
le troc de ses oeufs
n’a même pas l’air triste
et ceux qui dans la boutique
détournent le regard
ignorent encore
qu’ils dérivent aussi
vers la même lésion du temps

(Hédi Kaddour)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , | 2 Comments »

Ne goûte qu’au présent (Omar Kayyâm)

Posted by arbrealettres sur 8 juillet 2016



Regarde les méfaits de cette voûte céleste,
Et vois ce monde vide… puisque les amis sont partis.
Autant que tu le peux, vis un moment pour toi-même.
Ne goûte qu’au présent. Le passé a l’odeur des morts.

(Omar Kayyâm)

 

 

Posted in méditations | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

LES MÉFAITS DE LA LUNE (Paul Verlaine)

Posted by arbrealettres sur 1 mai 2015



LES MÉFAITS DE LA LUNE

SUR
mon front, mille fois solitaire,
Puisque je dois dormir loin de toi,
La lune déjà maligne en soi,
Ce soir jette un regard délétère.

Il dit ce regard — pût-il se taire !
Mais il ne prétend pas rester coi, —
Qu’il n’est pas sans toi de paix pour moi;
Je le sais bien, pourquoi ce mystère,

Pourquoi ce regard, oui, lui, pourquoi ?
Qu’ont de commun la lune et la terre ?
Bah, reviens vite, assez de mystère !
Toi, c’est le soleil, luis clair sur moi !

(Paul Verlaine)

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :