Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘mélèze’

MÉLÈZES (Renée Brock)

Posted by arbrealettres sur 21 avril 2019



 

Illustration
    
MÉLÈZES

Te souviens-tu du sable à deux ?
Me voici seule sur la neige.
Je t’écris, petit amoureux,
Dos aux squelettes des mélèzes,
Dans l’odeur du genévrier.

Je t’ai perdu, mon amoureux.

Ô de ce temps sableux avais-je,
Comme une avare en ses greniers,
Mis trop peu de ce sable à deux ?

(Renée Brock)

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Comme tout est simple, mon Dieu ! (Maurice Carême)

Posted by arbrealettres sur 6 octobre 2018



 

vache-animal-humour-naif_1150

Comme tout est simple, mon Dieu !
Ce nuage sur le mélèze,
Cette vache dans le pré bleu,
Au bord du sentier, cette fraise.

Ainsi je suis devenu sage
Sans même m’en être aperçu.
Des jours disparus, je n’ai plus
Que les clartés sur le visage.

Et mon coeur est aussi à l’aise,
Aussi calme en vos mains, mon Dieu,
Que ce nuage, ce mélèze,
Cette vache dans le pré bleu.

(Maurice Carême)

Illustration

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

RIMES DU COEUR (Louise de Vilmorin)

Posted by arbrealettres sur 21 août 2018



RIMES DU COEUR

De ce temps si vite passé
Rien n’est resté à la patience.

Je n’eus pas le temps d’y penser
Ni de faire un traité d’alliance
J’ai tout pris et tout dépensé.

Chaque plaisir, chaque malaise
Trouvaient les mots qui font pâlir.

Rimes du cœur sous les mélèzes,
La forêt comprend le désir
Et pleurait pour que mieux je plaise.

J’ai pris le rire en sa saison
Quand il venait en avalanche.

Quand parfumés de déraison
S’ouvraient les jasmins à peau blanche
J’acceptais la comparaison.

Il faisait bon si j’étais bonne
Meilleur si je faisais semblant.

Les vœux qu’on ne dit à personne
Éveillés par le cri des paons
Chantaient au remords qui fredonne.

La neige tombe, ohé! traîneau
Je vais partir en promenade.

La neige anoblit mon manteau
Je suis la reine des nomades
Dans mon lit à quatre chevaux.

Je suis la reine sans coutumes
Qui connaît tous les jeux anciens.

La parole était mon costume
Et la lune mon petit chien
Jaloux d’un astre qui s’allume.

Une larme au bord de mes cils
Je dois poursuivre mon voyage.

Beau château restez de profil,
Pour rebroder vos personnages
Je prends mon aiguille et mon fil.

Le bonheur est un invalide
Qui passe en boitant comme moi.

Il n’a pas l’épaule solide
Mais je sais ce que je lui dois:
Mon cœur est plein, j’ai les mains vides.

(Louise de Vilmorin)

Illustration

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Du mélèze de l’archipel tu as les fibres (Pablo Neruda)

Posted by arbrealettres sur 28 juillet 2018



SONY DSC

Du mélèze de l’archipel tu as les fibres,
cette chair travaillée par les siècles du temps,
des veines qui ont vu l’océan des troncs d’arbres,
un sang d’herbe tombé du ciel dans la mémoire.
Et personne pour recueillir mon coeur perdu
parmi les racines, dans la fraîcheur amère
du soleil que multiplie la fureur de l’eau,
là vit l’ombre qui me laisse voyager seul.
C’est pourquoi tu es partie du Sud comme une île
peuplée et couronnée de plumes et de bois
et j’ai senti l’odeur des bosquets vagabonds,
retrouvé le miel noir connu dans la forêt,
sur ta hanche effleuré les pétales obscurs
qui sont nés avec moi pour construire mon âme.

***

Tienes del archipiélago las hebras del alerce,
la carne trabajada por los siglos del tiempo,
venas que conocieron el mar de las maderas,
sangre verde caída del cielo a la memoria.
Nadie recogerá mi corazón perdido
entre tantas raíces, en la amarga frescura
del sol multiplicado par la furia del agua,
allí vive la sombra que no viaja conmigo.
Por eso tú saliste del Sur como una isla
poblada y coronada por plumas y madera
y yo sentí el aroma de los bosques errantes,
hallé la miel oscura que conocí en la selva,
y toqué en tus caderas los pétalos sombríos
que nacieron conmigo y construyeron mi alma.

(Pablo Neruda)

Illustration:  Agnieszka Targowska

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Pas un bruit… (Marie Dauguet)

Posted by arbrealettres sur 15 novembre 2017




    
Pas un bruit…

Pas un bruit dans la coupe immense,
Sous les taillis pas un murmure,
De la tiédeur et du silence
S’écoulant au long des ramures.

L’air orageux lourdement plane,
Où la résine des mélèzes
Mêle son odeur, où se fane
La mousse, où s’étouffe et s’apaise

Le sanglotement des fontaines
Dont les méandres bleus se tordent
A l’ombre immobile des chênes.
La vaste paix monte et déborde,

S’épand en la nuit qui commence,
Calme ambiance que renforce,
Exhalant leurs sourdes fragrances,
Les troncs dénudés qu’on écorce.

Harmonieusement confus,
Déroule ses floraisons blanches
L’écho lointain d’un angélus
Mélangé aux fouillis des branches.

Et soudain la forêt s’étire,
Darde ses frondaisons flexibles;
La forêt tendrement soupire
Comme un coeur vers l’inaccessible.

(Marie Dauguet)

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Dans le brouillard en suspens (Yoshio Negishi)

Posted by arbrealettres sur 30 octobre 2017


 

 


foret

Dans le brouillard en suspens
encore un bois de mélèzes
après celui-ci

(Yoshio Negishi)

Illustration

 

 

Posted in haïku, poésie | Tagué: , , , , , | Leave a Comment »

La lande (Marie Dauguet)

Posted by arbrealettres sur 18 octobre 2017




    
La lande

Maléfique, voici la mare
Que l’ombre tremblante bigarre.
Reflets de lune en verts glacis,
Par la lande qui se dénude
Etalant sa décrépitude
Glissent sur les ajoncs moisis.

Le réel absurde s’évade;
La chaotique cavalcade
Surgit des fantômes dressés
Sous les tâtonnantes étoiles
Dont le vent écarte les voiles,
Surgit aux lointains effacés.

Comme un encensoir la braise,
Leur coeur flambant que rien n’apaise,
Pas même le tombeau, reluit
Au creux sombre de leur poitrine;
Des gestes brûlants se devinent
Dont l’éclair traverse la nuit.

Brisant les dalles et les pierres,
Dénouant les rameaux des lierres,
Les amants ont joint leur essor,
Comme les mélèzes frémissent,
Les lèvres ardentes bruissent
Se baisant par delà la mort.

Froissant le houx et la bourdaine
L’âpre galop qui les entraîne,
Rapproche genoux à genoux
Et vertèbres contre vertèbres
Les spectres vêtus de ténèbres
Et secoués de spasmes fous.

La lande étangement fermente…
Plus que toi la mort est clémente
Dont s’entr’ouvre parfois le seuil.
O vie amère!… – D’écarlates
Roses, d’oeillets et d’aromates.
Que l’on remplisse mon cercueil!

D’un linceul aux blancheurs de soie
Qu’on m’enveloppe, que je sois
Prêt aux réveils extasiés;
Que vainqueur de la mort, j’étreigne
Mon rêve à cette heure où se baigne
La lune par les verts bourbiers.

(Marie Dauguet)

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Comme une joie unique (Ossip Mandelstam)

Posted by arbrealettres sur 13 décembre 2016



Comme une joie unique
tu es dorénavant donné au coeur —
Inlassablement, tombe,
fontaine mystérieuse.

En hautes gerbes
Elance-toi et retombe —
Et de toutes tes voix
Soudain, d’un coup, tais-toi.

Mais habille-moi toute l’âme
Par la chasuble d’une pensée grave,
Comme du mélèze humide
L’abri frissonnant.

***

Единственной отрадой
Отныне сердцу дан —
Неутомимо падай,
Таинственный фонтан.

Высокими снопами
Взлетай и упадай
И всеми голосами
Вдруг — сразу умолкай.

Но ризой думы важной
Всю душу мне одень,
Как лиственницы влажно-
Трепещущая сень.

***

A sole delight
for the heart, from this time on
– mysterious fountain,
fall, and fall, and go on

Fly up like tall sheaves,
blow up, drop down
and let all your voices
stop — suddenly — at once.

But dress my whole soul
in a cloak of grand thought,
flickering like the damp
larch-tree’s canopy.

(Ossip Mandelstam)

Découvert ici: https://schabrieres.wordpress.com/

Illustration: Anne-Marie Zilberman

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Le lit défait (Yves Bergeret)

Posted by arbrealettres sur 7 novembre 2015



Le lit défait

La crête au loin sous la nuée,
La pente songeuse où frissonnent les mélèzes,
Les collines voisines, les cyprès et les peupliers
viennent déposer doucement sur le papier
leur amour non nourri, leur langueur solitaire;
le vol de l’oiseau, le chant de l’insecte
strient la feuille, finement;
le paysage vient s’asseoir sur les genoux
de la paix silencieuse, mais elle se retire déjà
du blanc de la feuille en y laissant le dessin du paysage
comme un lit défait où s’est étiré
le rêve du monde saisi par une lumière
inespérée

(Yves Bergeret)

Illustration: Charles Guilloux

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Beauté sonore (Pierre Dhainaut)

Posted by arbrealettres sur 22 juillet 2015


le_frene_fourchu

Mélèze ou frêne ou tremble,
beauté sonore, dont tu es sûr
en effleurant l’écorce.

(Pierre Dhainaut)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , | Leave a Comment »