Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘méprise’

Liberté (Charles Cros)

Posted by arbrealettres sur 23 mai 2019



 

Rockwell Kent  o1_1280 [1280x768]

Liberté

Le vent impur des étables
Vient d’ouest, d’est, du sud, du nord.
On ne s’assied plus aux tables
Des heureux, puisqu’on est mort.

Les princesses aux beaux râbles
Offrent leurs plus doux trésors.
Mais on s’en va dans les sables
Oublié, méprisé, fort.

On peut regarder la lune
Tranquille dans le ciel noir.
Et quelle morale ?… aucune.

Je me console à vous voir,
A vous étreindre ce soir
Amie éclatante et brune.

(Charles Cros)

Illustration: Rockwell Kent

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

LA DOUBLE MÉPRISE (Norge)

Posted by arbrealettres sur 16 octobre 2018



LA DOUBLE MÉPRISE

Cloaque partout,
et la vie c’est donc: patauger, disait Elvire.
Quand elle leva pour la première fois le regard vers les étoiles : merveilles partout,
et la vie c’est donc planer, disait Elvire.
Mais non, mais non, Elvire, tu te trompes encore.

(Norge)

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

L’amoureux comblé (Oscar Mandel)

Posted by arbrealettres sur 14 août 2018



 

Illustration: Anita Burnaz
    
L’amoureux comblé

Quand méprisé je gémissais,
que de poèmes pleuvaient!
Tu m’as ouvert la porte.
Ma plume est morte.

***

No more poems

While i wept Ah woe is me
I sobbed a bucket-full of poetry.
But now, unbarred her door,
drop, dumb pen, drop to the floor.

(Oscar Mandel)

 

Recueil: Cette guêpe me regarde de travers
Traduction:
Editions: Bruno Doucey

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , | Leave a Comment »

UN INFINI CHAGRIN (Pierre Jean Jouve)

Posted by arbrealettres sur 14 juin 2018



Illustration: Lawrence Alma-Tadema
    
UN INFINI CHAGRIN sort des passes d’amour
Même riches de coeur, et grandit la méprise
A partir des toisons d’un piédestal sacré
Sur lequel nue on a installé la déesse;

Les charnelles poussées en mourant se déplacent
Et doivent dans le non-charnel avoir accès
Pour finir apaisement tremblant : qu’elles reforment
Dans un beau vers noirci tout l’émoi transmué!

Le vers qui dit le seul Amour sans un objet
La seule effusion dans le sein de mon père
Participant à notre plus triste secret.

(Pierre Jean Jouve)

 

Recueil: Diadème suivi de Mélodrame
Traduction:
Editions: Gallimard

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

NUAGES (Guy Goffette)

Posted by arbrealettres sur 22 avril 2018




    
NUAGES

Dits, dédits, amours, méprises,
et jour et nuit, l’un dans l’autre,
le blanc valant le noir et tous

fil blanc perdu dans les bois,
fleuve plein de gestes et d’appels,
mare aux canards miteux — tous

s’en vont finir dans le pur océan
et nul n’y revendique : moi, moi,
moi, comme ici, nul

qui cherche à bâtir pour lui seul
une barque pérenne, un nom
contre le temps et gravé

dans la pierre, nul
car le ciel est à eux, qu’ils dénouent
et font bouger, les nuages.

(Guy Goffette)

 

Recueil: Éloge pour une cuisine de province
Traduction:
Editions: Gallimard

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Sagesse du matin (Jean-Louis Chrétien)

Posted by arbrealettres sur 30 janvier 2018



Illustration: David Caspar Friedrich
    
sagesse du matin ta lumière
donne aux choses déconcertées
un nom neuf qui est le vrai
tout le jour laborieusement
nous l’épelons avec bien des méprises
dans l’espoir de les tutoyer
le soir quand nos yeux se taisent
et que nos mains sans fin se cherchent
ce sont elles qui nous le murmurent

(Jean-Louis Chrétien)

 

Recueil: Joies escarpées
Traduction:
Editions: Obsidiane

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

SI LA PEINE PEUT TE PEINER (Emily Brontë)

Posted by arbrealettres sur 7 décembre 2017




Illustration: Catherine Besnard
    

SI LA PEINE PEUT TE PEINER

Si la peine peut te peiner,
Le deuil en écho t’endeuiller,
T’attendrir aucune pitié,
Viens-t’en sur l’heure!

Je ne saurais être plus seule
Ni broyer plus noires pensées :
Tant bat pour toi mon coeur usé
Qu’il va se rompre.

Quand je suis méprisée du monde
Et, priant, du ciel rebutée,
Mon ange va-t-il pas m’entendre,
Me consoler?

Si! Tant d’heures à me languir
Avec tant de larmes versées
Vont pour sûr te reconquérir,
Mon bien-aimé!

***

IF GRIEF FOR GRIEF CAN TOUCH THEE

If grief for grief can touch thee,
If answering woe for woe,
If any ruth can melt thee,
Come to me now!

I cannot be more lonely,
More drear I cannot be 1
My worn heart throbs so wildly
‘Twill break for thee.

And when the world despises,
When heaven repels my prayer,
Will not my angel comfort?
Mine idol hear?

Yes, by the tears I’ve poured thee,
By all my hours of pain,
O I shall surely win thee,
Beloved, again !

(Emily Brontë)

 

Recueil: Poèmes
Traduction: Pierre Leyris
Editions: Gallimard

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Aux Mouettes (Renée Vivien)

Posted by arbrealettres sur 17 août 2017




    
Aux Mouettes

Je vous envie autant que je vous aime, oiseaux
Qui traversez sans moi tout l’infini des eaux.

Vous qui passez battant tout l’infini des ailes,
Rendez-moi, rendez-moi comme vous infidèles !

Que je sois libre ainsi que vous dans le ciel clair,
Que mon domaine soit le règne de la mer !

Et partout subissant l’éternelle infortune,
J’obéirai, muette, à l’ordre de la lune.

Dans une obéissance au regard somnolent
J’endurerai son règne intermittent et lent.

Mais mon sort est parmi les choses méprisées,
Et pourtant ! Et pourtant ! — Ô mes ailes brisées !

(Renée Vivien)

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

La misère est ignorée (Jean-Claude Demay)

Posted by arbrealettres sur 27 janvier 2017



le-riche-et-le-pauvre-lazare-i-800x600

La misère est ignorée quand elle n’est pas méprisée.
Ce monde n’est pas juste.
L’égalité, la fraternité et la liberté
n’existent plus que sur le fronton des mairies.
Un homme « bien » est un homme qui a des biens.

(Jean-Claude Demay)

 

 

Posted in méditations | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , | 1 Comment »

Les chères mains qui furent miennes (Verlaine)

Posted by arbrealettres sur 26 janvier 2017



Les chères mains qui furent miennes,
Toutes petites, toutes belles,
Après ces méprises mortelles
Et toutes ces choses païennes,

Après les rades et les grèves,
Et les pays et les provinces,
Royales mieux qu’au temps des princes,
Les chères mains m’ouvrent les rêves.

Mains en songe, mains sur mon âme,
Sais-je, moi, ce que vous daignâtes,
Parmi ces rumeurs scélérates,
Dire à cette âme qui se pâme?

Ment-elle, ma vision chaste
D’affinité spirituelle,
De complicité maternelle,
D’affection étroite et vaste?

Remords si cher, peine très bonne,
Rêves bénits, mains consacrées,
Ô ces mains, ces mains vénérées,
Faites le geste qui pardonne!

(Verlaine)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 4 Comments »

 
%d blogueurs aiment cette page :