Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘merle’

Grande chamaillerie (Gérard Le Gouic)

Posted by arbrealettres sur 28 juin 2022




    
Grande chamaillerie

Grande chamaillerie du pommier à l’osier,
du sureau au laurier. Une bagarre générale
entre les pies et les merles auxquels se joignent
les tourterelles. Les mésanges, les rouges-gorges,
les moineaux se sauvent, se cachent
dans le lierre du mur. Je n’en connaîtrai
jamais la cause. Elle doit être pourtant
de taille.

(Gérard Le Gouic)

Recueil: Plumes de poèmes
Traduction:
Editions: Rue du Monde

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Berceuse (Maurice Carême)

Posted by arbrealettres sur 29 mai 2022



Berceuse

Au fond des bois
Couleur de faine,
La feuille choit
Si doucement
Que c’est à peine
Si on l’entend.

À la fontaine,
Le merle boit
Si doucement
Que c’est à peine
Si on l’entend.

À demi voix,
Si doucement
Que c’est à peine
Si on l’entend,

Une maman
Berce la peine
De son enfant.

(Maurice Carême)


Illustration: William Bouguereau

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , | 2 Comments »

NAITRE ET MOURIR (Franz Hellens)

Posted by arbrealettres sur 27 mai 2022



 

NAITRE ET MOURIR

La colombe quel jour a-t-elle ouvert les ailes
Pour son premier essor à la lumière,
Et le merle quel beau matin a-t-il
Pour des cieux inconnus lancé son premier cri ?

Demande au piètre état civil
L’heure de ton premier soupir au monde :
Tu ne prendras jamais au merle, à la colombe,
Le secret simplement de naître et de mourir.

(Franz Hellens)

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Premier Matin (Charles-Ferdinand Ramuz)

Posted by arbrealettres sur 27 février 2022




    
Premier Matin

L’horloge a sonné quatre coups,
l’horloge sonne le réveil;
la rosée tombe et déjà l’aube cède à l’aurore.
L’aurore agite ses mains roses;
les fenêtres des étables
qui s’allument une une
ont de grandes ombres qui passent
à leurs croisées,
et les cheminées des cuisines fument.
Des sabots claquent sur les pavés,
un merle siffle dans les noyers
et, par les portes entr’ouvertes,
on entend le souffle des vaches,
le mouvement de leurs mâchoires
le bruit des chaînes contre le râtelier.

(Charles-Ferdinand Ramuz)

Recueil: Le Petit Village
Traduction:
Editions: Héros-Limite

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Crépuscule (Franck Bouysse)

Posted by arbrealettres sur 16 janvier 2022




    
Crépuscule

Des merles s’égosillent
Au coeur d’un roncier
La lumière suppure
En cette fin de jour

Clouée sur la pénombre
La lune pleine
Enfante une clarté
Qui étirе l’espace

(Franck Bouysse)

Recueil: Fenêtre sur Terre
Traduction:
Editions: Phébus

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Mon regard est l’aveuglé (Gaston Puel)

Posted by arbrealettres sur 10 novembre 2021


07111305335020711412770


Le soir le chant du merle
Du paysage fait une grappe
Sous la treille des étoiles.

Chaque chose que je nomme
(Arbre, pré, buisson, labour)
De la pensée se détourne.

Mon regard est l’aveuglé
Du tout sans nom
qui me regarde.


(Gaston Puel)

Posted in poésie | Tagué: , , , , | 2 Comments »

Le merle siffle (Roger Munier)

Posted by arbrealettres sur 7 octobre 2021



Au faîte du haut poirier,
le merle siffle en puissance,
prend le monde à témoin…

D’autre chose qu’il ne sait pas
et que nous ne savons pas.

(Roger Munier)

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , | Leave a Comment »

PLACET POUR DES CHEVEUX (Emile Nelligan)

Posted by arbrealettres sur 24 juin 2021



PLACET POUR DES CHEVEUX

Reine, acquiescez-vous qu’une boucle déferle
Des lames des cheveux aux lames du ciseau,
Pour que j’y puisse humer un peu de chant d’oiseau,
Un peu de soir d’amour né de vos yeux de perle ?

Au bosquet de mon coeur, en des trilles de merle,
Votre âme a fait chanter sa flûte de roseau.
Reine, acquiescez-vous qu’une boucle déferle
Des lames des cheveux aux lames du ciseau ?

Fleur soyeuse aux parfums de rose, lis ou berle,
Je vous la remettrai, secrète comme un sceau,
Fût-ce en Éden, au jour que nous prendrons vaisseau
Sur la mer idéale où l’ouragan se ferle.

Reine, acquiescez-vous qu’une boucle déferle ?

(Emile Nelligan)


Illustration: Renata Brzozowska

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Pour dix mille imbéciles… (Lambert Schlechter)

Posted by arbrealettres sur 24 mai 2021




    
Pour dix mille imbéciles…

pour dix mille imbéciles un Spinoza
pour mille assassins un Véronèse

et chaque matin la rosée
et chaque soir le chant du merle

vivre dans le chaos des contradictions
survivre en se blindant, faisant semblant

à défaut d’une métaphore pour les génocides
on fait l’éloge de la pivoine

et plastronne que la vie est belle

(Lambert Schlechter)

Découvert ici: https://schabrieres.wordpress.com/

Recueil: Milliards de manières de mourir
Traduction:
Editions: 99 neuvains

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Premier sourire du printemps (Théophile Gautier)

Posted by arbrealettres sur 1 mai 2021



cerf boire e [800x600]

Premier sourire du printemps

Tandis qu’à leurs oeuvres perverses
Les hommes courent haletants,
Mars qui rit, malgré les averses,
Prépare en secret le printemps.

Pour les petites pâquerettes,
Sournoisement lorsque tout dort,
Il repasse des collerettes
Et cisèle des boutons d’or.

Dans le verger et dans la vigne,
Il s’en va, furtif perruquier,
Avec une houppe de cygne,
Poudrer à frimas l’amandier.

La nature au lit se repose ;
Lui descend au jardin désert,
Et lace les boutons de rose
Dans leur corset de velours vert.

Tout en composant des solfèges,
Qu’aux merles il siffle à mi-voix,
Il sème aux prés les perce-neiges
Et les violettes aux bois.

Sur le cresson de la fontaine
Où le cerf boit, l’oreille au guet,
De sa main cachée il égrène
Les grelots d’argent du muguet.

Sous l’herbe, pour que tu la cueilles,
Il met la fraise au teint vermeil,
Et te tresse un chapeau de feuilles
Pour te garantir du soleil.

Puis, lorsque sa besogne est faite,
Et que son règne va finir,
Au seuil d’avril tournant la tête,
Il dit :  » Printemps, tu peux venir !  »

(Théophile Gautier)

Illustration

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 2 Comments »

 
%d blogueurs aiment cette page :