Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘météore’

8 septembre (Pablo Neruda)

Posted by arbrealettres sur 10 mars 2020



8 septembre

Aujourd’hui, notre temps a été coupe pleine,
aujourd’hui, notre temps a été vague immense,
aujourd’hui, terre entière.

Aujourd’hui la mer, houle furieuse,
nous a portés si haut dans un baiser
que nous avons tremblé
sous l’éclair fulgurant
et l’un à l’autre liés, nous sommes descendus
au fond des eaux sans desserrer l’étreinte.

Aujourd’hui nos corps ont grandi, grandi,
ils sont arrivé jusqu’au bout du monde
et ils ont roulé, fusionné :
goutte unique
de cire ou météore.

Entre nous – toi et moi – une porte nouvelle
s’est ouverte où quelqu’un, encore sans visage,
nous attendait.

(Pablo Neruda)


Illustration: Giorgio de Chirico

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Cueillir au vol les météores (Michel Leiris)

Posted by arbrealettres sur 2 mars 2020


 


météore_IRENA

 

Cueillir au vol les météores
Faire crépiter leur succession de pointes acérées
sans que jamais elles s’apprivoisent
en longes
ou crinières bien peignées
de lignes courbes ou droites
filant vers la guipure de bord de table en quoi
happé
l’horizon se résout

(Michel Leiris)

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Oh que quelqu’un nous parle ! (Victor Hugo)

Posted by arbrealettres sur 25 janvier 2020



Illustration: Laurent S
    
Oh que quelqu’un nous parle ! Oh ! que quelqu’un nous dise
Que nous ne sommes point à jamais dans la bise
Et dans l’âpre ouragan, et dans l’obscurité !
Qu’un jour nous sortirons de ce vent irrité
Qu’on verra, cieux profonds, subitement éclore
Un éblouissement d’aube et de météore,
Et qu’alors frissonnants, comme un essaim qui fuit,
Nous nous envolerons des branches de la nuit !

(Victor Hugo)

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Post-merci (René Char)

Posted by arbrealettres sur 30 septembre 2019



Post-merci

Nous sommes des météores à gueule de planète.
Notre ciel est une veille, notre course une chasse,
et notre gibier est une goutte de clarté.

Ensemble nous remettrons la Nuit sur ses rails ;
et nous irons, tour à tour nous détestant et nous aimant,
jusqu’aux étoiles de l’aurore.

J’ai cherché dans mon encre ce qui ne pouvait être quêté :
la tache pure au-delà de l’écriture souillée.

En poésie, devenir c’est réconcilier.
Le poète ne dit pas la vérité ; il la vit ;
et la vivant, il devient mensonger.
Paradoxe des Muses : justesse du poème.

Dans le tissu du poème doit se retrouver un nombre égal de tunnels dérobés,
de chambres d’harmonie, en même temps que d’éléments futurs,
de havres au soleil, de pistes captieuses et d’existants s’entr’appelant.
Le poète est le passeur de tout cela qui forme un ordre.
Et un ordre insurgé.

(René Char)

 

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Que ma présence (René Char)

Posted by arbrealettres sur 28 septembre 2019



Que ma présence qui vous cause
énigmatique malaise,
haine sans rémission,
soit météore
dans votre âme.

(René Char)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , | Leave a Comment »

Oui, j’aime ce morceau de terre que tu es (Pablo Neruda)

Posted by arbrealettres sur 23 avril 2019



Oui, j’aime ce morceau de terre que tu es,
moi qui, parmi toutes les prairies planétaires,
ne possède pas d’autre étoile. L’univers
c’est toi qui le répètes et qui le multiplies.

En tes larges yeux il y a la lumière
qui des constellations vaincues vient jusqu’à moi,
ce sont les chemins qui palpitent sur ta peau
parcourus par le météore dans la pluie.

Tes hanches furent toute la lune pour moi,
le soleil, les plaisirs de ta bouche profonde,
et l’ardente lumière et tout le miel dans l’ombre

ce fut ton coeur brûlé par de longs rayons rouges :
je parcours de baisers la forme de ton feu,
ma petite planète, géographie, colombe.

***

Amo el trozo de tierra que tú eres,
porque de las praderas planetarias
otra estrella no tengo. Tú repites
la multiplicación del universo.

Tus anchos ojos son la luz que tengo
de las constelaciones derrotadas,
tu piel palpita como los caminos
que recorre en la lluvia el meteoro.

De tanta luna fueron para mí tus caderas,
de todo el sol tu boca profunda y su delicia,
de tanta luz ardiente como miel en la sombra

tu corazón quemado por largos rayos rojos,
así recorro el fuego de tu forma besándote,
pequeña y planetaria, paloma y geografía.

(Pablo Neruda)

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 1 Comment »

Pas à pas (Tahar Bekri)

Posted by arbrealettres sur 13 avril 2019



Pas
à pas

Il sillonnait les déserts sans haltes
Et se souvenait :
Quand tu arrives au bout du chemin
Continue ta marche

Que vienne mourir dans tes bras, le météore

***

Step
by step

He furrowed the deserts without respite
And remembered :
When you arrive at the end of the path
Keep on walking

Let what comes die in your arms, the meteor

(Tahar Bekri)


Illustration

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , | 2 Comments »

Où se termine l’arc-en-ciel ? (Pablo Neruda)

Posted by arbrealettres sur 10 janvier 2019



Ne cesser d’attendre fait-il
plus souffrir que jamais n’attendre ?

Où se termine l’arc-en-ciel ?
Dans ton âme ou à l’horizon ?

Et si une étoile invisible
était le ciel des suicidés ?

Où sont les vignobles de fer
d’où le météore s’abat ?

(Pablo Neruda)


Illustration

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , | 2 Comments »

DES MOUCHES (Kathleen Raine)

Posted by arbrealettres sur 2 décembre 2018




DES MOUCHES-

Mais ce que je vois
En éclairs sous les feuilles
Alors que le soleil radieux du matin emplit le sycomore
Est un vol
De minuscules météores, rayons
En une transmutation vivante de lumière.

***

FLIES-

But what I see
Flashing under leaves
As morning sunbeams fill the sycamore tree
Is flight
Of minute meteors, rays
In living transmutation of light.

(Kathleen Raine)

Illustration

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , | 2 Comments »

Traverser comme un météore (Roberto Juarroz)

Posted by arbrealettres sur 28 juin 2018



 Illustration: Salvador Dali
    
Traverser comme un météore
l’infini des dieux
et s’engager dans les autres infinis,
les infinis de nudité
où les roses

fleurissent sans pourquoi
là où une aile sert aussi à penser.

On ne peut trouver une chose
que là où elle n’est pas.

On ne peut trouver une chose
que là où il y a rien.

(Roberto Juarroz)

 

Recueil: Poésie verticale 13
Traduction: Roger Munier
Editions:

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :