Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘(Michel Voiturier)’

Origine (Michel Voiturier)

Posted by arbrealettres sur 8 novembre 2017




    

Origine

Autrefois, frontière s’appelait rivière ou éperon, mer ou brisant.

Quand vinrent les hommes avec leur idée de lopin, tout changea.

Il devint impensable de se rendre au-delà de ou à travers la parcelle
que quelqu’un avait annexée à la présence de son corps.

Le terroir se morcela, de sorte que chaque morceau
soit étiqueté du nom de celui qui avait pris pieds sur lui.
Le sol n’accepta plus que trace d’un seul unique pas.

(Michel Voiturier)

 

Recueil: Dits en plain désert
Editions: Clarisse

Posted in méditations | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Source (Michel Voiturier)

Posted by arbrealettres sur 8 novembre 2017



Illustration: Jean-Jacques Henner
    
Source

L’une se pencha. Elle tendit sa paume vers l’eau.
La peau prenait l’allure d’une amphore.
La main s’approcha, coupe charnelle.

Le forestier était créature honnête.
Il tira d’abord en l’air.
Ensuite il ajusta, comme au stand d’entraînement.
De façon que le corps en tombant ne rougisse pas le flux transparent
et ne perturbe pas les poissons autorisés à aller et revenir selon leur fantaisie.

(Michel Voiturier)

 

Recueil: Dits en plain désert
Editions: Clarisse

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Boue (Michel Voiturier)

Posted by arbrealettres sur 8 novembre 2017




    
Boue

Les pierres avaient été déposées à intervalles rythmés.
Elles épousaient les minuscules dénivellations.
Elles étaient régulièrement poncées et lavées
afin que la mousse ne parvienne à les confondre avec l’herbe,
ce qui aurait, à l’évidence, accouché de conflits incessants.

Le propriétaire regardait cela d’un oeil vif.
Il jaugeait sa satisfaction au nombre de cailloux
que son regard embrassait d’un seul jet.

Quelques décennies plus loin,
l’arrivée impromptue d’une boue devenue torrent recouvrit tout.
Inexorable. Plus de signe.
Plus de borne. Plus de légitimité décrétée.
Enfouie pour longtemps.

(Michel Voiturier)

 

Recueil: Dits en plain désert
Editions: Clarisse

Posted in méditations | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

À la touffeur du jour (Michel Voiturier)

Posted by arbrealettres sur 8 novembre 2017




Illustration: ArbreaPhotos
    

À la touffeur du jour succède le frisquet de la nuit.
Brusque coupure que le corps gère en ayant la chair de poule.
Quand l’âme est soumise au gel, se figent les serments murmurés à l’oreille aimée.

(Michel Voiturier)

 

Recueil: Dits en plain désert
Editions: Clarisse

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :