Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘mieux’

Le mieux est toujours (Eugène Guillevic)

Posted by arbrealettres sur 18 mai 2018



    

Le mieux est toujours
D’essayer de ne plus rien dire

Quand les premières noces
Ont été une fête.

(Eugène Guillevic)

 

Recueil: Relier
Traduction:
Editions: Gallimard
Publicités

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , | Leave a Comment »

Depuis que fut la lune (Sadegh Hedayat)(Omar Khayam)

Posted by arbrealettres sur 17 mai 2018




    
Depuis que fut la lune ou l’astre du matin
Vit-on rien de plus beau que le rubis du vin ?
Je m’étonne toujours que les marchands en vendent,
Car pour racheter mieux, ils chercheront en vain.

(Sadegh Hedayat)(Omar Khayam)

 

Recueil: Les chants d’Omar Khayam
Traduction: M.F. Farzaneh et Jean Malaplate
Editions: José Corti

Posted in humour, méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

CHANSON DE LA BELLE RÉCOLTE (Negro Spirituals)

Posted by arbrealettres sur 10 avril 2018




    
CHANSON DE LA BELLE RÉCOLTE

Oh, venez peler l’ maïs,
J’ suis content!
Le plus beau du pays,
J’ suis content!

Jamais on n’avait vu,
J’ suis content!
De maïs plus velu,
J’ suis content!

Jamais, depuis qu’ j’ suis né,
J’ suis content!
Des grains si bien formés,
J’ suis content!

Travaillez vite et mieux,
J’ suis content!
Pour plaire à not’ Monsieur,
J’ suis content!

Ses esclaves sont bien gras,
J’ suis content!
Et luisants comme des rats,
J’ suis content!

Ceux d’ Monsieur Jones sont maigres,
J’ suis content!
Il affame ses pauv’ nègres,
J’ suis content!

Mais nous sommes bien nourris,
J’ suis content!
De beaux épis d’ mais,
J’ suis content!

(Negro Spirituals)

 

Recueil: Fleuve profond, sombre rivière
Traduction: Marguerite Yourcenar
Editions: Gallimard

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Serre-les bien (Samuel Beckett)

Posted by arbrealettres sur 6 avril 2018




ce qu’ont les yeux
mal vu de bien
les doigts laissé
de bien filer
serre-les bien
les doigts les yeux
le bien revient
en mieux

(Samuel Beckett)

Illustration

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Agir et penser comme un chat (5) (Stéphane Garnier)

Posted by arbrealettres sur 5 avril 2018




Illustration: ArbreaPhotos
    
J’aime dans le chat cette indifférence
avec laquelle il passe des salons
à ses gouttières natales.

(René de Chateaubriant)


A ma connaissance, le chat demeure
le seul animal dont toutes les émotions
se lisent au travers de l’orientation des oreilles,
pupilles et battements de queue.

(Anne Calife)


Quand je joue avec mon chat,
qui sait s’il ne s’amuse pas plus de moi
que je fais de lui ?

(Michel de Montaigne)


Il est des beautés qui excèdent le vocabulaire.
Les chats appartiennent à cet ordre.

(Louis Nucéra)


Le chat se contente d’être,
c’est le verbe qui lui va le mieux.

(Louis Nucéra)


La seule personne qui me comprenne,
sur cette terre,
c’est mon chat.

(Diane Gontier)

 

Auteur: Stéphane Garnier
Recueil: Agir et Penser comme un Chat
Editions: De l’Opportun

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 2 Comments »

Ballade du pauvre (Attila Jozsef)

Posted by arbrealettres sur 2 avril 2018



Ballade du pauvre

– Mon brave homme, dis-moi combien pour ce berceau?
– Il est petit, l’enfant, il lui faut ce berceau.
– Je suis roi et les rois ont l’or avec la force,
II me faut ce berceau ou de gré ou de force.

Si le pauvre, lon-la, n’obéit sur-le-champ,
Le roi fera venir ses soldats sur-le-champ.
Le pauvre homme a lancé le berceau dans le lac,
Et puis c’est son enfant qu’il jette dans le lac.

Il rit, il pleure, il rit, le pauvre homme en prison.
Et de rire et de rire il éclate en prison.
Le monde des méchants n’aura pas son enfant,
Dans le monde des lacs il est bien mieux, l’enfant.

(Attila Jozsef)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Fatigue. (Antoine Emaz)

Posted by arbrealettres sur 23 mars 2018



Illustration: Hélène Hugon
    
Fatigue. Il suffirait d’une fleur juste pour tout gommer autour.

La nuit efface la page : c’est mieux.

(Antoine Emaz)

 

Recueil: Caisse claire
Traduction:
Editions: Points

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Les choses que je préfère (Richard Rodgers)(Oscar Hammerstein)

Posted by arbrealettres sur 7 mars 2018



 

Les choses que je préfère

Les roses mouillées par la pluie et les moustaches des chatons
Les bouilloires en cuivre brillant et les chaudes mitaines en laine
Les paquets emballés qu’attachent des ficelles
Voilà quelques unes des choses que je préfère

Les poneys couleur crème et les streudels aux pommes bien croustillantes
Les sonnettes et les clochettes et du snitzels avec des nouilles
Le vol des oies sauvages, le reflet de la lune sur leurs ailes
Voilà quelques unes des choses que je préfère

Les jeunes filles en robe blanche, leurs écharpes de satin bleu
Les flocons de neige s’accrochant à mon nez et à mes cils
L’hiver d’un blanc argenté qui devient printemps
Voilà quelques unes des choses que je préfère

Quand le chien mord
Quand l’abeille pique
Si je me sens triste
Je n’ai qu’à penser aux choses que je préfère
Et alors, tout va bien

Les roses mouillées par la pluie et les moustaches des chatons
Les bouilloires en cuivre brillant et les chaudes mitaines en laine
Les paquets emballés qu’attachent des ficelles
Voilà quelques unes des choses que je préfère

Les poneys couleur crème et les streudels aux pommes bien croustillantes
Les sonnettes et les clochettes et du snitzels avec des nouilles
Le vol des oies sauvages, le reflet de la lune sur leurs ailes
Voilà quelques unes des choses que je préfère

Les jeunes filles en robe blanche, leurs écharpes de satin bleu
Les flocons de neige s’accrochant à mon nez et à mes cils
L’hiver d’un blanc argenté qui devient printemps
Voilà quelques unes des choses que je préfère

Quand le chien mord
Quand l’abeille pique
Si je me sens triste
Je n’ai qu’à penser aux choses que je préfère
Et alors, tout va bien

***

My Favorite Things

Raindrops on roses and whiskers on kittens
Bright copper kettles and warm woollen mittens
Brown paper packages tied up with strings
These are a few of my favorite things2

Cream colored ponies and crisp apple strudels
Doorbells and sleigh bells and schnitzel with noodles
Wild geese that fly with the moon on their wings
These are a few of my favorite things.

Girls in white dresses with blue satin sashes
Snowflakes that stay on my nose and eyelashes
Silver white winters that melt into springs
These are a few of my favorite things

When the dog bites, when the bee stings
When I’m feeling sad
I simply remember my favorite things
And then I don’t feel so bad

Raindrops on roses and whiskers on kittens
Bright copper kettles and warm woolen mittens
Brown paper packages tied up with strings
These are a few of my favorite things

Cream colored ponies and crisp apple strudels
Doorbells and sleigh bells and schnitzel with noodles
Wild geese that fly with the moon on their wings
These are a few of my favorite things

Girls in white dresses with blue satin sashes
Snowflakes that stay on my nose and eyelashes
Silver white winters that melt into springs
These are a few of my favorite things

When the dog bites, when the bee stings
When I’m feeling sad
I simply remember my favorite things
And then I don’t feel so bad.

Découvert ici: https://misstakeontheropeblog.wordpress.com (Dans une Reprise par Björk)
Illustration: ArbreaPhotos

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Visages de la rue (Jules Supervielle)

Posted by arbrealettres sur 6 mars 2018




Illustration: François Contesse
    
Visages de la rue, quelle phrase indécise
Écrivez-vous ainsi pour toujours l’effacer
Et faut-il que toujours soit à recommencer
Ce que vous essayez de dire ou de mieux dire?

(Jules Supervielle)

 

Recueil: Le forçat innocent suivi de Les amis inconnus
Traduction:
Editions: Gallimard

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Visage qui m’attire (Jules Supervielle)

Posted by arbrealettres sur 6 mars 2018




    
Visage qui m’attire en mes secrètes rives,
Ton nom simple et léger je ne sais pas le dire,
Sur ma langue toujours il se contracte et meurt.
Mais s’il est mort de peur, la peur le ressuscite.

Heureux celui qui peut dire : « Voici de l’herbe ».
« Regardez ce cheval buvant à la rivière »
Ou bien : « Paul » ou « Robert » ou bien « Marie » ou « Jeanne ».
Mais c’est un autre nom celui qu’en moi j’étrangle
Si mal, avec des mains qui sauraient mieux aimer.

(Jules Supervielle)

 

Recueil: Le forçat innocent suivi de Les amis inconnus
Traduction:
Editions: Gallimard

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :